Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Arrêté Abeilles : le ministère de l'Agriculture publie une liste de cultures non attractives à rallonge

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Le ministère de l'Agriculture a publié, le 24 mars, la liste des cultures qui ne sont pas considérées comme attractives pour les abeilles ou d'autres pollinisateurs. L'encadrement de l'utilisation des pesticides en période de floraison, fixé par le nouvel arrêté Abeilles, ne s'applique donc pas à ces cultures.

Cette liste comprend les céréales à paille (avoine, blé, épeautre, orge, riz seigle, triticale, tritordeum et autres hybrides de blé), les autres cultures céréalières (hors sarrasin et maïs), les graminées fourragères (dont moha et ray-grass), le houblon, la lentille, les pois, la pomme de terre, le soja et la vigne. Cette liste a été élargie par rapport à celle soumise à la consultation du public par le ministère, en décembre dernier. Ce dernier avait alors indiqué qu'elle avait été élaborée sur la base du document guide de l'Autorité européenne de sûreté des aliments (Efsa) pour l'évaluation des risques des produits phytopharmaceutiques pour les abeilles de 2013 et du document du ministère de l'Agriculture américain de 2017 sur l'attractivité des cultures pour les abeilles pollinisatrices.

Le projet de liste, bien que moins large, avait déjà suscité la réaction courroucée des syndicats professionnels apicoles. « Votre liste des cultures non attractives pour les abeilles est fausse, Monsieur le ministre de l'Agriculture », s'indignaient, le 14 mars, les présidents du Syndicat national d'apiculture (SNA), de l'Union nationale de l'apiculture française (Unaf) et de l'association Terres d'abeilles. « Oui, les céréales à paille, les légumineuses et la vigne sont des plantes attractives pour les abeilles, rappelaient les organisations. Autoriser les traitements sur l'ensemble de ces plantes attractives en période de production d'exsudats ou de floraison continuerait de mettre en danger les abeilles et autres pollinisateurs sauvages ! » Non seulement les syndicats apicoles n'ont pas été écoutés, mais la liste s'est allongée, avec davantage de céréales et de graminées fourragères, le houblon et la pomme de terre.

Réactions6 réactions à cet article

 

Bonjour, nos "chers" écolos ne doivent pas aller dans les vignes lors de leur floraison ! On ne traite jamais les vignes à la floraison, pour éviter un effet néfaste pour la pollinisation (qui n'est pas assurée par des pollinisateurs). Il faudrait que tous ces détracteurs de l'agriculture Française connaissent un peu mieux les végétaux !

Marc07 | 26 mars 2022 à 11h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Marc 07, Un arrêté généraliste ne se préoccupe pas des périodes de floraison de chaque culture qu'il vise. Ceci étant, dites-moi quel est votre domaine viticole, afin que je l'évite et, hélas ceux adjacents aussi car les traitements chimiques en aérosols se promènent assez bien dans l'atmosphère. Pour le reste, les "détracteurs" de VOTRE modèle agricole sont pour la plupart et de plus en plus des agriculteurs, qui en ont eu assez de produire - mal- et de s'empoisonner et empoisonner les autres pour nourrir des lobbys et des banques.

petite bête | 28 mars 2022 à 09h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quand on aura compris que ce qui compte pour les économistes et leurs relais que sont les chambres d'agriculture et le syndicat hégémonique censé représenter les agriculteurs, ce n'est pas ce que produisent les agriculteurs, mais ce que l'on peut leur vendre, que la production agricole est financièrement moins importante que tout ce qui permet de l'obtenir, ou de l'utiliser ensuite alors on s'apercevra que le revenu des agriculteurs est la variable d'ajustement des bénéfices de tous ceux qui ont quelque chose à leur vendre ou à leur prendre pour en faire de la "valeur ajoutée" et du rendement actuariel boursier.

petite bête | 28 mars 2022 à 09h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
Pourrions-nous savoir sur quelle(s) base(s) la liste des cultures non soumises à l'arrêté "Abeilles" a été élargie ?
Cordialement,
Laëtitia

Laëtitia | 28 mars 2022 à 09h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Syndicat national d'apiculture (SNA), de l'Union nationale de l'apiculture française (Unaf) sont ils vraiment écolos?

quand on mangera les pissenlits par la racine.. | 28 mars 2022 à 10h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il n'y a sans doute pas de bases autres que de prétextes à donner satisfaction au lobby de l'agro-business, qui a certainement fourni du "prêt-à-penser" aux politiques.
Quand on intitule "Union des industriels pour la protection des plantes (UIPP)" un certain nombre de producteurs de "substances" qui sont stockées dans des entrepôts classés "SEVESO II seuil haut" (le plus haut degré de dangerosité) et que ces substances sont destinées à être répandues dans nos campagnes, on se doute bien qu'il s'agit de tuer toute vie autour de la plante que l'on veut protéger. Voulez-vous protéger un membre de votre famille d'un éventuel danger sanitaire? Tuez son entourage!

petite bête | 28 mars 2022 à 17h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

RiverSurveyor : profileur acoustique pour la mesure de débits en rivières Xylem Analytics France