Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Un cahier des charges fixe les critères des PNPP à usage biostimulant

Agroécologie  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Le 17 juin, le ministère de l'Agriculture a publié, au Journal Officiel, un arrêté qui définit le cahier des charges à respecter pour la fabrication, la commercialisation et l'utilisation de certaines préparations naturelles peu préoccupantes (PNPP). Le texte concerne les PNPP à usage biostimulant issues de parties consommables de plantes utilisées en alimentation animale ou humaine. La loi Agriculture et alimentation de 2018 a en effet instauré une procédure d'autorisation simplifiée pour ces préparations, en les dispensant d'évaluation lorsqu'elles sont conformes à un cahier des charges.

Cet arrêté « constitue une avancée importante pour faciliter l'utilisation de ces recettes traditionnelles ou innovantes », souligne le ministère de l'Agriculture dans un communiqué. Ces préparations, dont la capacité à stimuler la résistance et la croissance des plantes « est parfois reconnue de façon ancestrale, peuvent contribuer à éviter ou réduire l'utilisation de produits de synthèse chimique ».

Des règles d'utilisation sont notamment prévues. Les produits contenant des huiles essentielles ne doivent pas être appliqués à moins de cinq mètres d'un point d'eau (et 20 mètres en arboriculture et culture de houblon). De même, ces produits ne doivent pas être appliqués en présence d'insectes pollinisateurs et/ou auxiliaires (abeilles, bourdons, coccinelles, etc.). En outre, les produits issus de procédés non-thermiques ne doivent pas être utilisés à moins de trois jours de la récolte.

Réactions1 réaction à cet article

 

Pour un peu, le vaillant ministère de l'agriculture nous ferait croire que ces préparations naturelles peu préoccupantes sont bien plus dangereuses que les chimiques, quand bien même il s'agit des "parties consommables de plantes utilisées en alimentation animale ou humaine" ! On ne se méfierait donc pas assez de l'horrible arsenal létal qui se cache dans un pied de rhubarbe, d'ortie ou de saule !
Éternelle lutte du génie humain civilisateur contre l'hostile, envahissante et sauvage nature, qui se joue avant tout sur les champs de bataille du milieu rural !

Pégase | 24 juin 2021 à 13h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Bouée DB600 : station d'alerte instrumentée et autonome en milieux naturels Xylem Analytics France