En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les deux arrêtés fixant les conditions de tirs sur le loup sont parus

Biodiversité  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Les ministres de l'Agriculture et de la Transition écologique ont publié, ce mardi 20 février, les deux arrêtés fixant les conditions de tirs sur le loup autorisés par les préfets, suite au nouveau plan national publié la veille.

Un premier arrêté confirme, pour 2018, le plafond de tirs de prélèvement à 40 loups. Puis, dès janvier 2019, celui-ci est fixé à 10% de la population moyenne de loups, selon les estimations de la population par l'Office national de la chasse et de la faune sauvage  (ONCFS), qui sont actualisées au printemps. Dans l'hypothèse où le plafond, fixé à 10% de l'effectif moyen annuel, serait atteint avant la fin de l'année civile, le préfet pourrait autoriser des tirs de défense simple ou renforcée additionnels dans la limite de 2% supplémentaires.

Le second arrêté précise les conditions d'interventions autorisées par le préfet : les opérations d'effarouchement de l'animal (par des tirs non létaux, des moyens olfactifs, visuels ou sonores), les tirs de défense simple et renforcée (en vue de protéger les troupeaux et réduire les dommages), ainsi que les tirs de prélèvements simples et renforcés. Ces derniers sont réalisés par des agents de l'ONCFS, des lieutenants de louveterie ou des gardes particuliers assermentés. Des chasseurs peuvent également participer aux tirs de prélèvements sous réserve qu'ils suivent une formation auprès de l'ONCFS. Les chasseurs doivent aussi avoir suivi cette formation pour les opérations de tirs de défense renforcée.

L'Association pour la protection des animaux sauvages (Aspas) prévoit d'attaquer devant le Conseil d'Etat les deux arrêtés.

Le plan national se fixe comme objectif d'atteindre une population de 500 loups d'ici 2023.

Réactions2 réactions à cet article

 

"objectif d'atteindre une population de 500 loups d'ici 2023."
Cherchez l'erreur 1
La densité de loups est estimée officiellement chez nos voisins Espagne et Italie à 95 loups/km2.
Si nous appliquons ce chiffre en France aux zones de présence permanente nous obtenons plus de 900 loups.
Erreur 2 en Aveyron l'ONCFS estime à 2 ou 3 le nombre de loups. Les analyses ADN faites sur le terrain par les éleveurs en confirment 12 génotypes différents.
Erreur 3 depuis 2011 le nombre de victimes par les loups a été multiplié par 2.2 et il faut tenir compte des mesures de protections qui si elle ne font pas baisser les attaques font baisser le nombre de victimes.
le nombre de départements colonisé a été multiplié par 2.5
le nombre de zones de présence permanente a été multiplié par 2.1
LE NOMBRE DE LOUP A ÉTÉ MULTIPLIÉ PAR 1.4?

ouragan | 21 février 2018 à 10h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"objectif d'atteindre une population de 500 loups d'ici 2023."
cherchez l'erreur 4
Jusqu'en 2011, la croissance officielle était de 25% et le nombre de loup atteint 250
En 2013 l'ONCFS explique que la croissance est de 20% et que le nombre de loup reste a 250 !
En 2014 croissance de 20% pour 301 loups
En 2015 croissance de 16% pour 282 loups!!
En 2016 croissance de 16% pour 300 loups!!
En 2017 croissance de 16% pour 360 loups
A ce rythme on est pas prés d'arriver à 500

ouragan | 21 février 2018 à 10h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…