En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Notre-Dame-des-Landes : la préfecture de Loire-Atlantique relance les travaux

Le projet controversé d'aéroport est relancé avec la publication de quatre arrêtés préfectoraux relatifs à la loi sur l'eau et à la biodiversité, conditionnant le démarrage des travaux, via des mesures compensatoires notamment.

Aménagement  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

La préfecture de Loire-Atlantique a publié samedi 21 décembre quatre arrêtés relatifs à la loi sur l'eau et à la biodiversité, autorisant la reprise des travaux du projet d'aéroport du grand Ouest Notre-Dame-des-Landes. Ils portent aussi sur les mesures de compensation des zones humides impactées.

Les deux premiers arrêtés préfectoraux, publiés par la Direction de la coordination et du management de l'action publique, portent sur l'aménagement de la plateforme aéroportuaire et de sa desserte routière, et des "enjeux liés à l'eau et aux milieux aquatiques".

Les deux autres publiés par la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal) concernent la dérogation aux interdictions notamment de détruire, capturer ou transporter des espèces protégées sur la zone dédiée à l'aéroport et sur ses dessertes.

L'analyse des incidences du projet et la définition des mesures sont basées sur la logique ERC (Eviter - Réduire et, en cas d'incidences résiduelles, Compenser). En matière de compensations, les maîtres d'ouvrage (le concessionnaire Aéroport du Grand Ouest (AGO)-Vinci et la Dreal des Pays de la Loire) prévoient notamment la création de "deux nouvelles mares pour une mare détruite", afin de "limiter la destruction directe" de certains amphibiens. Soit 110 mares à recréer (contre 55 mares détruites) par le projet d'aéroport et 42 mares par la desserte routière (contre 21 supprimées). Selon le préfet de Loire-Atlantique, les premières actions de transferts des espèces et de défrichage pourraient être menées au cours du premier semestre 2014.

"Il est temps de passer aux travaux préalables avant la réalisation du projet", a déclaré dimanche 22 décembre, la porte-parole du Gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, interrogée au "Grand rendez-vous" de i-Télé/Le Monde/Europe 1.

Vers des recours en justice

Différentes associations environnementales (FNE, LPO, Agir pour la biodiversité, etc.) avaient déjà annoncé qu'elles se saisiraient des tribunaux pour faire annuler ces autorisations. Le préfet de Loire-Atlantique avait précisé mi-décembre qu'en cas de recours en "référé suspension", déposés dès la publication des arrêtés, l'autorisation des travaux de cet aéroport serait suspendue, indique l'AFP. Ces travaux attendraient, pendant deux mois au moins, l'examen de ces recours. En revanche, un recours simple ne serait pas suspensif.

Réactions6 réactions à cet article

 

Quel honte de faire un aéroport qui ne servira à rien !!
D'ici sa mise en service, nous prendrons en pleine face une crise pétrolière et le trafic aérien sera réduit !
Oh, pour les années prochaines, il y aura des emplois et plein d'argent public qui coulera à flot, et c'est tout ce qui compte pour ceux qui veulent se faire ré-élir et palper du fric ! Des hommes politiques aux services de LEURS intérets et des multi-nationales et non ceux des citoyens !
Quand on pense que l'actuel aéroport est adaptable facilement et pour bien moins cher, dixit certains pilotes eux même ! Ce projet est une honte de saccage de la nature, et de non respect des habitants qui vivent là !

Roro | 24 décembre 2013 à 00h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On connait le prefet de Loire-atlantique, il est favorable au projet de NDDL depuis des lustres, il n'est juste qu'aux ordres de sa hiérarchie et ne fait donc qu'obéir.
Ces gens là devrait réfléchir un jour cela ne serait que bénéfique pour les concitoyens. Construire cet aéroport est un acte d'irresponsables.

m@nu | 24 décembre 2013 à 08h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Décidément il ne sortira rien de bon de ce gouvernement à part des erreurs à répétition

lio | 24 décembre 2013 à 12h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

gardarem lou larzac
bis repetita placent

laubergiste | 24 décembre 2013 à 16h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Comme quoi, une mobilisation d'un grand nombre de citoyens, un tolé médiatique et la véracité de l'inutilité réelle de ce projet ne changerons rien.
Quelques oligarches bien placés ne lâcherons pas ce projet. A qui profite le crime? toujours aux mêmes...en autre, Vinci. Et dire que nous sommes une démocratie...une fausse démocratie! A quand un référendum sur la question, ou n'importe quelle autres questions, tiens? Depuis quand n'avons nous pas été consulter sur un sujet, hormis les votes électorales ou nos bulletins blanc ne sont même pas pris en compte?

Et sur quelles zones allons nous compenser la perte de ces zones humides? Forets? Terres agricoles? Zones urbaines (ca serait bien drôle ca tiens)? Friches industrielles?

planct | 26 décembre 2013 à 12h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"Cet aéroport à été pensé écologiquement, il y a aura deux mares et trois panneaux solaires" Cf le directeur du projet chez Vinci lors d'un interview chez france 2.
Ah ben alors.... Mais ils sont c**s ou quoi?
Oui.

deb | 26 décembre 2013 à 13h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…