En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le documentaire ''Déchets, le cauchemar du nucléaire'' diffusé le 13 octobre sur ARTE

Déchets  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
ARTE diffuse le mardi 13 octobre à 20h45 le documentaire de la journaliste de ''Libération'' Laure Noualhat et d'Éric Guéret qui aborde le ''sujet tabou'' des déchets radioactifs.

Si l'énergie nucléaire, ''réputée propre et sobre est souvent présentée comme une formidable alternative à l'épuisement des ressources fossiles'', qu'en est-il des déchets que ''l'industrie prétend pouvoir recycler''? ''Qu'en est-il réellement, quel héritage pour nos enfants, et les enfants du futur ?'', s'interrogent les auteurs qui ont mené une enquête en France, Allemagne, Grande Bretagne, Etats-Unis et Russie.

En partant à la quête de ''la vérité sur les déchets'', le film ''Déchets, le cauchemar du nucléaire'' également réalisé par Éric Guéret ''a l'ambition de donner enfin à chacun les clefs pour comprendre des choix qui pèsent lourd dans l'avenir de l'humanité''.

Le film, d'une durée de 98 mn, est sorti le 6 octobre en DVD. Le livre publié par Laure Noualhat et coédité par ARTE éditions & Le Seuil, sera disponible en librairies le 8 octobre.

Réactions2 réactions à cet article

 
Découvrez la bande-annonce....

... de ce film d'investigation coup de poing "Déchets: le cauchemar du nucléaire":

http://www.dailymotion.com/user/arte/video/xakmz7_dechets-le-cauchemar-du-nucleaire_news

Pascal | 09 octobre 2009 à 16h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 
communiqué

Ceci est un communiqué des éditions l’Esprit frappeur

Nous souhaitons réagir à propos de la diffusion de Déchets : le cauchemar du nucléaire, documentaire réalisé par Eric Guéret et Laure Noualhat, sur Arte, le mardi 13 octobre 2009, à 20h45.

La qualité de ce travail – « une enquête coup de poing », dit le réseau Sortir du nucléaire – nous oblige à ajouter ici un bémol. Si ceci est très bien, cela aurait été encore mieux en mentionnant ses sources…

L’occultation des sources d’information, sur des sujets aussi sensibles que le nucléaire, ne facilite pas la compréhension.

Pour le grand public, la citation d’ouvrages à des prix abordables, accessibles à tous, documentés et référencés, est importante et complémentaire.

Cela aurait l’avantage de présenter des sources plus équilibrées, et d’éviter de donner l’impression que le sujet n’a été pas sérieusement fouillé pour la réalisation du documentaire que vous présentez, et dans le livre tiré de cette enquête, co-édité par Le Seuil et Arte.

Plusieurs ouvrages, parus récemment, auraient mérité de figurer dans les références bibliographiques, sur le site Internet de la chaîne Arte dédié à cette soirée, à la fin de la diffusion du documentaire – et au cours du débat qui suivra –, comme dans ce livre-enquête.

En ce qui nous concerne, vous trouverez dans le catalogue des éditions Esprit Frappeur, les ouvrages :

* Perline, Tout nucléaire, une exception française (1997 – 1,5 euro) EF007

* Bella et Roger Belbéoc’h, Sortir du nucléaire, c’est possible, avant la catastrophe ! (2002 - 3 euros), EF020

* Roger Belbéoc’h, Tchernoblues, de la servitude volontaire à la nécessité de la servitude (2002 – 4 euros), EF105

* Ben Cramer et Camille Saïsset, La descente aux enfers nucléaires, Mille milliards de becquerels dans la terre de Bure (2004 – 6 euros), EF128

Et c’est particulièrement pour ce dernier ouvrage – qui porte sur le même sujet que cette émission d’Arte et le livre qui l’accompagne – que l’on s’étonne aujourd’hui.

Camille Saïsset, co-auteure de La descente aux enfers nucléaires, s’est émue la première :

« Ce mercredi soir, grande soirée sur les déchets nucléaires sur Arte. Un documentaire suivi d’un débat avec PPDA... En effet, en parallèle de la réalisation de ce docu d’Eric Guéret et Laure Nouhalhat, un livre-enquête a été écrit par celle-ci, deux œuvres qui portent le même titre : Déchets : le cauchemar du nucléaire. »
« Jusque-là, tout va bien, à peu près. En effet, notre ouvrage La Descente aux Enfers nucléaires, mille milliards de Becquerels dans la terre de Bure, paru aux éditions l’Esprit Frappeur en juin 2004, ne figure pas dans la biblio de cet ouvrage sortit ce 8 octobre ; sur la dizaine de titres cités, figurent par contre deux d’Anne Lauvergeon, la patronne d’Areva... Dans le cadre, de l’annonce de la soirée télévisée, sur le site de Arte, se trouve un onglet biblio.. Une liste d’ouvrages qui seront probablement repris par PPDA à l’antenne le jour dit. »

« Là encore, pas La Descente aux enfers nucléaires...

"Biblio peut être pas complète", dirait l’auteur. Le webmaster d’Arte aurait été averti de l’existence de notre ouvrage et pourtant, rien... »

Son co-auteur, Ben Cramer, renchérit :

« Il est étonnant de voir que La descente aux enfers nucléaires ne soit pas référencé, alors qu’il l’a été à la Cité des Sciences, par les autorités de sûreté nucléaire, il y a deux ans, et qu’il contient lui-même 8 pages de bibliographie et aucun livre de pub d’Areva. »
« Il est étonnant de voir que le titre est tellement proche entre “descente aux enfers” et “cauchemar”. »
« Il est surprenant que certaines infos sur l’international et sur le lien civil/militaire se recoupent sans qu’il y ait le moindre renvoi aux sources d’inspiration… »
« Peut-être que ces silences s’expliquent par le fait que, dans cette affaire des déchets de Bure, il y a de grosses casseroles que La descente aux enfers nucléaires n’hésite pas à dénoncer :

- tabou : la mort d’une victime sur le chantier ;

- un invalide à vie dû au chantier ;

- géographie : un continuum depuis Moronvilliers en passant par Valduc ;

- une critique en règle des opposants qui ne s’opposent pas beaucoup, (et s’opposent toute autocritique) ;

- la perspective d’un chantier à finalité pas seulement expérimentale ;

- et la perspective d’un site pas seulement français mais européen. »


Quoiqu’il en soit dans cette affaire, profitons de l’occasion pour dénoncer ici le fait que l’on peut voir fréquemment des éditeurs ou des médias institutionnels ignorer purement et simplement le travail d’éditeurs indépendants, rarement mentionnés, souvent pillés…

Ce mécanisme tend à conforter un système monopolistique de diffusion de l’information, dont il est à craindre qu’il tend au contrôle de l’espace critique. Même et y compris quand il s’agit, comme ici, de diffuser une information critique, le fait qu’on prenne soin au passage de nier l’existence d’autres travaux critiques, nous oblige à dénoncer cette entreprise encensée par ailleurs à juste titre.

Dans le parcours de l’édition critique, on aura souvent vu de fausses critiques se substituer aux vraies. On sait que c’est un soucis constant du pouvoir que de contrôler sa propre critique. Serait-on ici dans un cas semblable ?

Contact presse : Farid / 06 14 81 56 79

ESPRIT FRAPPEUR | 13 octobre 2009 à 16h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager