En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'ASN place la centrale nucléaire de Flamanville sous surveillance renforcée

Energie  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com
L'ASN place la centrale nucléaire de Flamanville sous surveillance renforcée

Ce mercredi 11 septembre, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) annonce avoir placé les deux réacteurs de 1.300 mégawatts (MW) de la centrale nucléaire de Flamanville (Manche) sous surveillance renforcée. Cette décision fait suite aux "difficultés rencontrées par EDF sur cette centrale depuis mi-2018", explique l'ASN.

Le suivi renforcé porte sur trois domaines : la maîtrise des activités de maintenance et d'exploitation, la gestion du retour d'expérience (en particulier la déclaration des événements significatifs à l'ASN), ainsi qui le contrôle de la sûreté exercé par EDF et la priorité accordée aux enjeux de sûreté dans les prises de décision. Il "se traduira notamment par des contrôles supplémentaires et par une attention particulière portée à la mise en œuvre du plan d'action défini [cet été] par EDF".

Le directeur de la centrale convoqué en juillet

"Le 4 juillet 2019, le directeur général de l'ASN avait convoqué le directeur de la centrale nucléaire de Flamanville 1 et 2 et lui avait demandé de lui transmettre un plan d'action visant à renforcer la maîtrise et le contrôle des activités d'exploitation", explique l'Autorité.

Celle-ci reprochait à EDF "les déficiences dans la maîtrise des gestes techniques associés à certaines activités d'exploitation, le nombre élevé d'événements significatifs liés à des défauts de maintenance et des défauts de surveillance des prestataires, la mauvaise maîtrise de certaines opérations de maintenance ainsi que la qualité insuffisante des documents qui lui étaient transmis dans le cadre de la visite décennale du réacteur 1".

Réactions1 réaction à cet article

 

La saga catastrophe-gabegie continue ! Ce serait presque comique si cette centrale ne faisait pas planer une sérieuse menace à venir pour les populations pour de nombreuses générations et si autant d'argent public n'était pas ainsi gaspillé sur l'autel de certitudes erronées, de suffisance technique et d'égos surdimensionnés. La rigueur de la comptabilité publique, dès lors qu'il s'agit de l'industrie du nucléaire, n'obéit manifestement plus aux mêmes règles que dans les autres domaines...

Pégase | 11 septembre 2019 à 14h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager