En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les aspirateurs devront répondre à des exigences d'écoconception et d'étiquetage énergétique le 1er septembre

Energie  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Conformément à deux règlements européens publiés le 13 juillet 2013, les aspirateurs électriques fonctionnant sur le secteur y compris les aspirateurs hybrides (à la fois sur le secteur et sur batteries) devront satisfaire à des exigences d'écoconception et d'étiquetage énergétique à compter du 1er septembre 2014.

En matière d'écoconception, les exigences portent sur la consommation d'énergie en cours d'utilisation, le taux de dépoussiérage, les émissions de poussières, le bruit et la durabilité. "Il importe de rationaliser la consommation d'énergie des aspirateurs en utilisant des technologies non propriétaires existantes présentant un bon rapport coût-efficacité et susceptibles de faire baisser les dépenses cumulées liées à l'achat et au fonctionnement de ces produits", stipule le règlement.

Ces exigences sont introduites en deux étapes, en septembre 2014 et en septembre 2017, pour laisser le temps aux fabricants d'adapter la conception de leurs produits.

Ainsi, à partir du 1er septembre 2014, la consommation annuelle d'énergie des aspirateurs concernés devra être inférieure à 62 kWh/an (<43 kWh/an le 1er septembre 2017) alors que la "puissance nominale à l'entrée" sera inférieure à 1.600 W (<900 W le 1er septembre 2017). Le taux de dépoussiérage sur tapis devra quant à lui être supérieur ou égal à 0,70 (>0,75 le 1er septembre 2017). Cette limite ne s'applique pas aux aspirateurs pour sols durs. Le taux de dépoussiérage sur sols durs doit être supérieur ou égal à 0,95 (>0,98 le 1er septembre 2017). Cette limite ne s'applique pas aux aspirateurs pour tapis.

A compter du 1er septembre 2017, l'émission de poussière ne devra pas dépasser 1% tandis que le niveau de puissance acoustique devra être inférieur ou égal à 80 dB(A).

   
Etiquette aspirateur
 
   
Les aspirateurs électriques (fonctionnant sur le secteur) et hybrides devront également répondre à plusieurs exigences en matière d'étiquetage énergétique dès ce 1er septembre. La performance de nettoyage (tapis, sols durs), l'efficacité énergétique (consommation annuelle d'énergie) et les émissions de poussière des aspirateurs devront être évaluées sur une échelle allant de A à G. Le niveau de puissance acoustique et le taux de dépoussiérage seront également étiquetés.

L'efficacité énergétique des appareils est inférieure à 10 kWh/an pour la classe A+++ (moins énergivore) et s'élève à plus de 58 kWh/an pour la classe G, selon le second règlement. Le texte s'appliquera aux aspirateurs à filtre à eau à partir du 1er septembre 2017.

"Dès la rentrée 2014, les aspirateurs les plus bruyants et les plus énergivores seront bannis du marché européen en vertu de nouvelles règles d'écoconception. Ces dernières devraient améliorer l'efficacité énergétique des aspirateurs de 63% et réduire de 14€ en moyenne la facture des ménages soit 3 milliards d'euros au niveau européen", selon Joël Vormus, chargé de mission au Réseau pour la transition énergétique (Cler). Ces textes concernent "plus de 54 millions d'unités vendues en Europe tous les ans".

Ces règlements pour les aspirateurs entrent en vigueur deux mois après ceux concernant les ordinateurs.

Réactions3 réactions à cet article

 

L'aspirateur le moins énergivore restant le balai!

AlexG | 29 août 2014 à 15h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A noter que des marques comme Rowenta, Electrolux et Bosch ont pris de l'avance en proposant des aspirateurs qui affichent parfois seulement 700 watts/h de consommation et généralement moins en pratique dans les tests, notamment la marque française Rowenta avec son sans sac Ergo Force Cyclonic RO6723PA testé à moins de 680 watts/heure par exemple. Dans les réfrigérateurs (souvent 2e poste de consommation après le chauffage), Bosch et Siemens qui présentent souvent les mêmes produits à la base, se distinguent sur quelques modèles ayant les plus basses consommations du marché (72 Wh ou 90 Wh avec congélateur 4 étoiles). Au plan européen remplacer quand nécessaire son éléctroménager en choisissant le plus petit possible par rapport à ses besoins et par une classe A à A+++ c'est environ 15 centrales nucléaires en moins ! Les mousseurs/économiseurs pour robinets d'eau qui économisent environ 40% d'eau "chaude" c'est aussi très efficient (quelques centrales nucléaires en Europe aussi en moins), peu coûteux et simple !

Energie+ | 30 août 2014 à 05h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ce qui m' épate, c' est la consommation annuelle. En partant du fait que cet appareil fonctionne chez X 10 mn/jour, chez Y 2 h le samedi, et chez Z 30 mn/quinzaine, etc...
Franchement, croyez-vous que l'utilisateur moyen consigne la durée d' utilisation sur un carnet prévu à cet effet ? Le variateur de puissance ? Au mini, au maxi, ou (approximativement) demi-puissance ? Cela fait beaucoup de disparités.
Il est normal de tendre vers un matériel plus économe, mais de grâce, qu'on nous épargne ces chiffres de technocrates.

Allez, pour faire bonne mesure : un carnet de route* pour tout l' électroménager avec durée d' utilisation, puissance, et contrôles inopinés d' agents assermentés à cet effet... Une idée à suggérer à Brussel !
* Peut être remplacé par une tablette avec liaison blue-tooth sécurisée, et connexion systématique vers un centre de contrôle.

Pavel | 01 septembre 2014 à 18h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager