En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Pesticides : les producteurs de raisins assignent en justice des associations européennes

Agroécologie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
En réponse aux analyses publiées par des associations européennes sur les résidus de pesticides dans le raisin de table, les producteurs assignent en justice pour dénigrement.
L'étude, réalisée par plusieurs organisations écologistes1 dont le Mouvement pour le droit et le respect des générations futures en France (MDRGF) et publiée fin novembre 2008, révélait la présence de résidus de pesticides dans la quasi totalité des raisins de table prélevés dans 5 pays européens (Italie, France, Pays-Bas, Hongrie et Allemagne), dont certains sont interdits dans l'UE.

La Fédération Nationale des Producteurs de Raisins de Table (FNPRT) estime aujourd'hui que la présentation de l'enquête était tendancieuse et a provoqué une baisse des ventes de raisin. Elle assigne par conséquent les associations devant le Tribunal de Grande Instance de Paris et demande 500.000 euros pour dénigrement.

Cette attaque jugée choquante et déplacée par les associations est vécue comme une atteinte à la liberté d'information : cette attaque scandaleuse vise simplement à nous faire taire car notre travail dérange tous ceux qui voudraient que rien ne change dans les pratiques agricoles polluantes actuelles, estime le MDRGF.

Pour sa défense, le MDRGF explique que cette enquête est tout sauf tendancieuse puisqu'elle ne se fonde pas sur des préjugés mais sur des faits avérés et vérifiables et précise que sa publication a eu lieu après la période de vente du raisin de table qui s'étale du mois d'août au mois de novembre : de plus les quantités vendues en 2008 ont été supérieures à 2007, ajoute l'association.

Notes

1 - Legambiente en Italie, le Mouvement pour le droit et le respect des générations futures en France, Milieudefensie aux Pays-bas, Levego Munckasoport en Hongrie et Greenpeace en Allemagne.

Réactions7 réactions à cet article

 
Bravo MDRGF

bien joué, il faut continuer les actions de ce genre, informer le consommateur, qu'il devienne consom'acteur, et faire taire ce lobbi agricole qui tire les ficelles et joue avec l'environnement et notre santé.

Alexia | 04 juin 2009 à 10h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 
raisins de table empoisonnés

Tenez bon MDRGF ! Qu'en est-il des raisins qui font notre bon vin français ?
Je souhaite mieux vous connaître. Pouvez-vous m'envoyer un message sur votre association : statuts, actions. Peut-on y adhérer à titre individuel ?
Merci.

amyreco | 04 juin 2009 à 11h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Les raisins du poison

500.000 euros pour dénigrement !
Combien demanderont tous ceux qui sont empoisonnés par l'agriculture française ?
Allez circulez messieurs les producteurs-pollueurs vous êtes déja assez subventionnés !

jms | 04 juin 2009 à 14h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Continuez le combat

Merci de vous battre pour nous et vamorisons les vins bio

Soleil 78 | 04 juin 2009 à 14h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 
La liberté d'expresion reconnue en justice

Dénigrement ou diffamation, les procès de cette nature se multiplient mais d'ores et déjà la justice a reconnu le droit à la liberté d'expression à une association de défense de l'environnement :
L’Union Vivre en Entre deux Mers, pour avoir distribué quelques tracts commentant un rapport sur l’évaluation des risques sanitaires liés aux émissions atmosphériques d’une usine produisant de l’éthanol à partir de lies et marcs de raisin, s’était retrouvée assignée pour diffamation par cette entreprise qui réclamait aussi une réparation de 500 000 euros. Le 20 janvier 2009, 5 ans après la plainte, un arrêt de la Cour d’Appel de Bordeaux vient de confirmer le jugement rendu en première instance en faveur de cette association. Outre le sérieux, la modération et la bonne foi, la justice lui a reconnu, au nom de la liberté d’expression, le droit de diffuser des commentaires relevant de la libre critique.
Ce jugement est assurément une belle victoire faisant jurisprudence (extraits sur le site de Vivre en Entre Deux Mers).
Toutefois cela ne dissuadera probablement pas certains plaignants misant sur la durée des procédures pour mettre leurs contradicteurs sur la touche pendant quelques années.
Quant aux associations, lorsqu’elles lancent des alertes, elles ne doivent jamais oublier avant de s’exprimer qu'un raisonnement sans faille, une argumentation bien documentée, un ton modéré et l'absence de toute attaque personnelle sont leurs meilleurs atouts pour gagner s’il leur arrive une telle mésaventure, la justice étant très pointilleuse.

MC | 05 juin 2009 à 02h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 
pesticides dans les raisins

Promenez-vous dans les vignobles avant les vendanges!
Vous verrez des parcelles enherbées dites BIO!et d'autres desherbées par plusieurs traitements herbicides.Alors,expliquez nous pourquoi les analyses
de ces vins BIO!en pesticides ne soient pas affichées
devant les caves!Je connais une des réponses:sans
arrosage,rendement trop faible! Et notre santé?

arthur | 05 juin 2009 à 16h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Lire le texte attentivement

Vos réactions haineuses envers les producteurs sont bien du n'importe quoi . Vous parlez de vin, et même de vin bio ...... Dans le cas de cet article, il s'agit de " RAISINS DE TABLE" Si vous ne connaissez pas la différence je comprend que vous soyez une excellente cible pour les marchands de peurs

bocaorne | 10 juin 2009 à 18h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager