En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Rénovation des bâtiments : l'association BBCA lance son référentiel bas-carbone

Après son référentiel sur le bâtiment neuf bas-carbone, l'association BBCA s'attaque à la rénovation. Son nouveau référentiel encourage les bonnes pratiques visant une réduction des émissions carbonées tout au long du cycle de vie.

Bâtiment  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com
Rénovation des bâtiments : l'association BBCA lance son référentiel bas-carbone

L'association pionnière dans la prise en compte des émissions de CO2 au cours du cycle de vie d'un bâtiment neuf franchit une nouvelle étape. Après sept mois de travail, elle présente son nouveau référentiel pour la rénovation cette fois. "La diminution drastique des émissions de carbone du parc existant est un enjeu majeur de la politique bas carbone dans le bâtiment et une attente forte des investisseurs", a justifié Stanislas Pottier, Président de l'association BBCA. "Le parc existant des années 60 doit réduire ses émissions d'ici 2050. Or, il émet actuellement jusqu'à 3 tonnes de CO2 par m2 (sur 50 ans) quand un bâtiment neuf labellisé BBCA en émet moins d'une tonne", rappelle Hélène Genin, déléguée générale de BBCA. Ce nouveau référentiel sera la base du futur label BBCA Rénovation qui sera lancé en mars 2018.

40 opérations pour nourrir le référentiel

Avec l'aide de trois bureaux d'étude - Sintéo, Pouget Consultants et Artelia - et le mécénat de Bouygues Bâtiment Ile-de-France, l'association a créé son référentiel pour qu'il s'applique aux rénovations lourdes qui impliquent un curage de tout le second œuvre. Il pourra aussi s'appliquer aux rénovations thermiques qui nécessitent un renforcement de l'isolation et le changement de matériaux et d'équipements.

Le référentiel a été conçu dans un premier temps pour les logements collectifs et les bureaux en s'appuyant sur 40 opérations de réhabilitation déjà réalisées. Par les formules de calcul qu'il intègre, il a pour but d'encourager les bonnes pratiques identifiées sur le terrain.

Quatre indicateurs pour encourager les bonnes pratiques

La démarche Rénovation Bas Carbone s'appuie sur la méthode BBCA définie pour le bâtiment neuf et reprend ses quatre indicateurs : construction raisonnée, exploitation maîtrisée, stockage carbone et économie circulaire. Elle combine l'amélioration du bâti et l'optimisation de la performance énergétique et valorise la conservation de l'existant, l'amortissement des matériaux, le réemploi et le recours aux matériaux stockeurs de carbone. En matière d'exploitation du bâtiment, le calcul prend en compte toutes les émissions carbone de tous les usages et favorise le recours aux énergies renouvelables. "En matière de construction par exemple, la conservation des matériaux existant comptera pour zéro dans le bilan carbone. L'enlèvement de produits en place affectera le bilan s'ils ne sont pas arrivés en fin de vie. Leur réemploi sur place sera aussi favorisé", explique Hélène Genin.

Pour l'économie circulaire, le référentiel impose la réalisation d'un diagnostic ressource – un point essentiel pour mieux gérer les déchets - ou encore la réflexion sur la mutualisation des surfaces. Côté stockage de carbone, les calculs encouragent le recours à des matériaux biosourcés et prend en compte l'évolution du stock tout au long du cycle de vie du matériaux. "La question du stockage de carbone par la biodiversité n'est pas encore intégrée mais elle le sera à l'avenir dans une approche à l'échelle du quartier en préparation pour 2018", prévient Hélène Genin.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…