Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Nanomatériaux dans les aliments : l'Afoc inquiète des risques toxicologiques

Risques  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

L'Association France ouvrière consommateurs (Afoc) a fait part mercredi 29 février de ses inquiétudes vis-à-vis des risques potentiels induits par des produits alimentaires contenant des nanomatériaux, et ce, malgré ''des avancées" au niveau réglementaire européen et français.

L'association cite dans un communiqué le décret gouvernemental du 17 février qui rend obligatoire la déclaration au ministère de l'Ecologie des substances à l'état nanoparticulaire par les fabricants, les importateurs, et les distributeurs, dès lors qu'ils produisent, importent ou distribuent au moins 100 grammes par an de cette substance. "Ces informations seront ensuite mises à disposition du public".

L'Afoc rappelle également le projet de règlement européen visant à favoriser l'information des consommateurs et qui prévoit la mention ''nano" dans la liste des ingrédients alimentaires, des nanomatériaux manufacturés. Mais ce règlement entrera en vigueur ''seulement'' le 13 décembre 2014, déplore l'association. Autre texte européen : le projet de règlement sur les biocides adopté en seconde lecture le 19 janvier dernier par le Parlement européen et qui prévoit des contrôles et un étiquetage pour les produits contenant des nanoparticules. Ce texte pourrait entrer en vigueur au 1er septembre 2013 pour une première série de substances et en 2020, pour le reste.

Le principe de précaution pointé

L'Afoc considère ''que ces textes vont dans le bon sens, mais les résultats des études de toxicologie sur les premiers nanomatériaux interviendront dans plusieurs années. Pendant ce temps, les professionnels auront mis sur le marché de nouveaux nanomatériaux dont les risques ne seront étudiés que beaucoup plus tard, ce qui est contraire à la règle de prévention des risques : pas de données, pas de marché", dénonce l'association de consommateurs.

L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), qui avait recommandé en mars 2010 le principe de précaution, mettait en garde en octobre dernier quant au ''manque de données fiables disponibles aujourd'hui sur la caractérisation des dangers liés aux nanomatériaux".

Réactions2 réactions à cet article

 

Une fois de plus, dans un domaine essentiel du principe de précaution, nos politiques ne sont pas à la hauteur des enjeux, ni temporels ni matériels, et priorité est donnée à la liberté des industriels, loin d'être éthiques en général...mais lobbyistes oui !
De nouveaux scandales sanitaires en perspective..les aliments et les cosmétiques, mais aussi les vêtements et la droguerie devraient être des domaines particulièrement réglementés dans les nanos..
il faut que nos politiques retournent à l'école pour réapprendre leurs responsabilités..redécouvrir leur rôle qui est fondamental dans le monde d'aujourd'hui.
merci à vous et à l'afoc..

alain | 02 mars 2012 à 12h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quel est l'intérêt de mettre des nanoparticules dans les aliments?

mon avis | 07 mars 2012 à 10h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil en droit de la Santé et de l’Environnement Huglo Lepage Avocats