Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Associer désamiantage et solarisation des toits : une initiative originale de la Région Auvergne-Rhône-Alpes

Energie  |    |  Nadia Gorbatko  |  Actu-Environnement.com

Quitte à désamianter une toiture, pourquoi ne pas en profiter pour y installer ensuite des équipements solaires ? Afin de lutter contre le désamiantage sauvage et l'enfouissement des déchets, tout en levant les freins aux installations photovoltaïques et solaires thermiques, la Région Auvergne-Rhône-Alpes vient de lancer un appel à projets très original. Une subvention est accordée aux propriétaires de toiture volontaires, sous réserve de faire réaliser un désamiantage total de sa surface, puis de procéder à son renforcement, avec ou sans isolation, afin qu'elle accueille des installations d'ENR sur au moins 35 % de la surface. Cette aide s'élève à 50 % de la facture, plafonnée à 25 000 €. Elle est également limitée à 40 €/m2 pour le désamiantage et à 50 €/m2 pour l'isolation. Un bonus de 20 €/m2 peut s'y ajouter pour des équipements photovoltaïques d'origine européenne. Enfin, les travaux doivent être réalisés par une entreprise agréée.

Publics éligibles : tous, sauf les particuliers, l'État, les métropoles et leurs communes. Comptant de nombreuses toitures anciennes vétustes, le secteur agricole est, en revanche, particulièrement concerné. Cette initiative ne bénéficie pas encore d'une enveloppe financière bien déterminée et fait figure de ballon d'essai. Mais elle s'inscrit clairement dans le cadre du schéma régional d'aménagement de développement durable et d'égalité des territoires (Sraddet) de la Région et devrait contribuer à l'atteinte de l'un de ses objectifs : totaliser une production de 6 500 MW-crête en photovoltaïque et 1 500 GW en thermique d'ici à 2030. Soit six fois plus qu'en 2015. Sa conception et sa mise en œuvre réunit par ailleurs de très nombreux acteurs publics et privés, comme RTE, la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (Dreal), l'Agence de la transition écologique (Ademe), Aura-EE, Aura-digital-solaire ou encore la chambre d'agriculture.

Réactions1 réaction à cet article

 

Du taillé sur mesure pour les anciens bâtiments d'élevage agricoles des années 60, donc beaucoup tombent en ruine faute de volonté de dépenser le moindre euro pour détruire proprement ces mini friches industrielles qui parsèment ça et là les campagnes (en Bretagne, on est particulièrement gâtés en la matière !). Mais après tout, pourquoi pas, puisque ces verrues architecturales vont rester là ad vitam æternam ? !

Pégase | 18 janvier 2022 à 12h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Nadia Gorbatko

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Solaire : développez vos projets au sol ou sur toiture industrielle
 VDN GROUP