En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Association française du gaz veut inclure le gaz dans le débat politique de 2017

Energie  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com

Mardi 27 septembre, l'Association française du gaz (AFG) a présenté aux pouvoirs publics dix propositions pour 2017. "L'enjeu, à l'approche d'échéances électorales majeures pour notre pays, est de sensibiliser aux défis que l'industrie gazière française est prête à relever pour emprunter la voie d'un futur moins carboné", explique l'AFG qui formule notamment des propositions pour le développement des énergies renouvelables, le transport et la mobilité, ainsi que le résidentiel.

S'agissant de la promotion des énergies renouvelables et de la transition énergétique, l'AFG suggère la création par l'Etat d'un fonds de garantie à l'investissement en matière de gaz renouvelable et une aide à la mise en place des projets d'économie circulaire dans les territoires (mobilité au biogaz, méthaniseurs). Elle estime aussi que le soutien à l'usage du gaz en remplacement du charbon et du fioul permet de réduire les émissions de CO2. Ce soutien pourrait prendre la forme d'un prix plancher du carbone à l'échelle européenne assurant une trajectoire prévisible à long terme. Afin de valoriser les surplus d'électricité d'origine renouvelable, l'AFG recommande de donner une impulsion forte au développement du Power-to-Gas en aidant au développement de démonstrateurs.

Le gaz pourrait aussi améliorer la qualité de l'air par la mobilité propre, explique l'association professionnelle qui défend la mise en place d'un comité de pilotage regroupant les acteurs publics et privés, et dédié à l'usage du gaz dans la mobilité terrestre et maritime. De même, l'AFG demande que le maintien de l'écart fiscal entre le gaz carburant et les carburants traditionnels soit garanti sur dix ans.

S'agissant du recours au gaz dans les logements, l'AFG propose de favoriser fiscalement la rénovation des systèmes de chauffage pour réduire les consommations d'énergie et de mettre en place une "prime à la casse" pour le remplacement d'anciennes chaudières par des chaudières à gaz performantes dans les logements occupés par des personnes en situation de précarité.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…