Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Un atlas fait le point sur la conservation des herbiers de Posidonie et du coralligène méditerranéens

Biodiversité  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com
Un atlas fait le point sur la conservation des herbiers de Posidonie et du coralligène méditerranéens

Quel est l'état de conservation des herbiers de Posidonie et du coralligène en Méditerranée ? Ces deux écosystèmes sont considérés comme clé en Méditerranée en termes de biodiversité.

Pour mieux appréhender l'ensemble des informations acquises dans les différents dispositifs de surveillance, l'agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse, Andromède Océanologie et Chorus ont regroupées et synthétisées les données les plus récentes dans un atlas cartographique de surveillance biologique. L'état de conservation est basé sur la combinaison de trois évaluations : l'état écologique, du fonctionnement écologique et du niveau de pression. Au final, 430 données de surveillance biologique et 11 pressions anthropiques sont synthétisées dans 83 cartes.

Des habitats sous pression

Les principaux résultats ? Les masses d'eau pour lesquelles l'état général n'est bon ni pour les herbiers de posidonie, ni pour le coralligène sont majoritaires. Elles regroupent la zone à l'ouest de Fos-sur-mer, celle entre la pointe Fauconnière et le Cap Carqueiranne, le Littoral des Maures, le Golfe de Saint-Tropez, la zone d'Antibes et la rade de Villefranche.

   
En ce qui concerne les herbiers de Posidonie, le bon état écologique est atteint pour 61 % des masses d'eau mais le fonctionnement écologique est considéré comme altéré pour 45 %. © Agence de l'eau RMC
 
   

A noter toutefois : les Iles de Marseille hors Frioul, Canari, Cap Corse Ouest et Cap Corse Est présentent des masses d'eau pour lesquelles l'état général est bon ou légèrement altéré pour les deux habitats. « Dans 45 % des cas pour l'herbier et dans 80 % des cas pour le coralligène, l'état final est déclassé par les indicateurs du fonctionnement écologique, note le rapport. Cette altération importante du niveau de fonctionnement de ces habitats n'est pas totalement corrélée avec les niveaux de pressions cumulées et les travaux à venir permettront de mieux caractériser cette situation par l'ajout de pressions de type « bruit » et de type « pêche professionnelle et amateur ».

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager