En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Audit sur les coûts de la filière nucléaire : la Cour des comptes a composé son comité d'experts

Energie  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

Le 15 juin dernier, la Cour des comptes détaillait l'organisation retenue pour procéder à l'audit sur les coûts de la filière nucléaire, commandé par François Fillon le 17 mai dernier. Ainsi, une formation réunissant les représentants de toutes les chambres concernés de la Cour était mise en place, formation qui devait être appuyée par un comité consultatif d'experts. Le 26 juillet, la Cour des comptes a annoncé la composition de ce comité d'experts. Y participeront :
- Claude Mandil (ancien directeur général de l'Agence internationale de l'énergie),
- François Jacq (PDG de Météo-France et ancien directeur général de l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs),
- William Ramsay (directeur du programme énergie de l'Institut français des relations internationales),
- Jean-Paul Minon (directeur général de l'Organisme national des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies en Belgique),
- Jean-Michel Charpin (membre de l'académie des technologies, ancien commissaire au Plan, inspecteur général des finances),
- Jacques Percebois (directeur du centre de recherche en économie et droit de l'énergie à l'université Montpellier I),
- Christian Grollier (économiste belge, membre du Laboratoire d'économie des ressources naturelles et directeur de recherche à l'Institut d'économie industrielle à Toulouse),
- Roland Desbordes (président de la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité),
- Virginie Schwartz (directrice exécutive en charge des programmes de l'ADEME),
- Pierre Radanne (président de l'association 4D),
- Michel Spiro (physicien, président du conseil de l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire et membre du conseil scientifique de l'ASN),
- Jean-Pierre Lamoure (PDG de Solétanche Freyssinet, membre de la commission d'évaluation du financement du démantèlement et des déchets nucléaires).

''Les réflexions des membres de ce groupe d'experts enrichiront les diverses sources d'informations et d'analyses utilisées par la Cour, qu'il s'agisse de rencontres avec des spécialistes du nucléaire d'origines variées ou d'auditions, comme celles qui ont déjà eu lieu avec des associations de protection de l'environnement et sont en cours avec les principales entreprises et autorités concernée'', indique le communiqué de presse de la Cour des comptes.

Pour rappel, la Cour examinera lors de ses travaux cinq thématiques : la structure et la mesure des coûts de production d'électricité sur le territoire national, l'évaluation des charges futures liées au démantèlement des centrales actuellement en activité, l'évaluation de celles liées à la gestion des déchets, l'estimation du coût de prolongation de la durée de fonctionnement des réacteurs au-delà de 40 ans, et enfin les dépenses actuelles de R&D conduites par les opérateurs publics.

Les travaux seront achevés le 31 janvier 2012 et donneront lieu à la publication d'un rapport.

Réactions4 réactions à cet article

 

Charpin... Charpin... Le même qui a réalisé le rapport sur le photovoltaïque ?
Hum...

Je cite [''Les réflexions des membres de ce groupe d'experts enrichiront les diverses sources d'informations et d'analyses utilisées par la Cour(...) associations de protection de l'environnement et sont en cours avec les principales entreprises et autorités concernée''].
Un peu comme le moratoire sur le photovoltaïque ? Celui-là même qui était telescopé par EDF et le lobby nucléaire ?
Sauf que dans le cas présent on la fait à l'envers : On maintient l'activité nucléaire sans suspension aucune, on place des "zamis-experts-rapporteurs" pour auditer la filière, On cherche se donne le temps de la réflexion, on se garde bien de toutes mesures éventuellement contraignantes en évoquant un travail d'examen, etc...

Nanan mais c'est bien, je vais finir par me faire tatouer "P.I.G.E.O.N" sur le front. Mais à la limite, tant que les gens ne bougent pas, pourquoi s'en priveraient-ils ? Plus c'est gros, plus ça passe !

Hannicare | 09 août 2011 à 10h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

pas mieux qu'hannicare. revoir charpin ici sonne comme une provocation. ce monsieur ex administrateur d'EDF et administrateur d'ErDF que croyez vous qu'il advienne de ce colloque ? seule la présence de Pierre Radanne me redonne espoir mais quel poids fait il face a 90% de nucléorophile/phage.
Bref je ne serait meme pas étonné que le nucléaire coute le moins cher à la sortie de ce compte rendu. CF le rapport charpin entaché d'erreur.

enr37 | 09 août 2011 à 12h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il n'y a pas besoin d'aller bien loin pour comprendre que le nucléaire est une gabegie et qu'il faut en sortir de toute urgence ; lire L'ECOLOGISTE n°34 de juin-août 2011 ! Dix raisons objectives et factuelles pour sortir du nucléaire, imparable !

Mathias | 12 août 2011 à 12h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

évaluer le coût complet de la filière nucléaire ? Ça va forcément butter sur les coûts à long terme... Mais pourquoi n'exige-t'on pas le même exercice sur les filières gaz et pétrole ? Combien pour retirer le CO2 de l'atmosphère, combien pour dépolluer les villes, combien pour guérir les centaines de millions d'affections respiratoires, etc. ?

dmg | 17 août 2011 à 14h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager