En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

"Le Parc nucléaire représente un atout fondamental" : polémique au sein du groupe de contact des entreprises

Auditionné par le conseil national du débat sur la transition énergétique, le groupe de contact des entreprises créé la polémique en son sein en présentant une position loin de faire l'unanimité.

Energie  |    |  Marie Jo Sader Actu-Environnement.com

Le conseil national du débat sur la transition énergétique a débuté avec l'audition du groupe de contact des quelques 130 entreprises de l'énergie représentées par François Michel de l'entreprise Saint-Gobain et par Gilles Vermot-Desroches de Schneider Electric.

Interview de Gilles Vermot-Desroches, secrétaire du groupe de contact des entreprises
 
Producteurs d'énergie, distributeurs, gros consommateurs mais aussi efficacité énergétique ou encore filières nouvelles, ce groupe réunit une panoplie d'acteurs aux intérêts parfois divergents. D'où peut-être cette audition assez consensuelle qui a eu lieu ce jeudi au cours de laquelle les représentants du groupe se sont dits favorables à la fois au nucléaire et aux énergies renouvelables (voir video) : celles-ci doivent être encouragées à travers des politiques claires et transparentes de la part de l'Etat mais il convient également de ne pas toucher au parc nucléaire qui représente un atout fondamental pour le pays selon eux.

L'argument majeur qui a été mis en avant est la compétitivité des entreprises françaises qu'il faut à tout prix préserver et la nécessité de maintenir une énergie peu chère. Au nom de cette même compétitivité, il conviendra d'après ce groupe d'évaluer le potentiel national des gaz de schiste et les modalités possibles de leur exploitation dans le respect de l'environnement. Des propos qui font échos aux déclarations de la présidente du Medef. Ce mercredi, Florence Parisot a défendu l'idée d'ouvrir la voie à l'exploitation de cette énergie qui fait l'objet de vives polémiques tout en plaidant pour la nécessité de préserver les atouts de la filière nucléaire française.

Ces déclarations ont créé l'agitation au sein du conseil national du débat. Mathieu Orphelin de la Fondation Nicolas Hulot y a vu la continuation du modèle actuel plutôt que la transition. Le député EELV Denis Baupin a dénoncé l'inertie des propositions défendues par les deux représentants du groupe de contact des entreprises.

Plusieurs fédérations membres du groupe ont également pris leur distance avec les propos des deux représentants : France Energie Eolienne, Club Biogaz ATEE, AFPG, Enerplan, FNB, Amorce, "ont une vision différente de la transition énergétique que celle exprimée dans la synthèse du 10 avril dernier. Pour nous, la transition énergétique doit d'abord se traduire par une politique ambitieuse en matière de maîtrise de la consommation énergétique, une augmentation de la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique français, et plus généralement s'engager vers une économie bas carbone", rappellent-elles dans un communiqué.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Marie Jo Sader

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…