En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Henri Proglio reste flou sur le coût du prolongement des centrales nucléaires

Energie  |    |  Contexte

55 milliards d'euros d'ici 2025. C'est ce que coûtera grosso modo l'opération de mise à niveau du parc nucléaire français pour permettre le prolongement de la durée de vie des centrales au-delà de 40 ans, selon les chiffres annoncés par EDF.

Le PDG de l'opérateur historique, Henri Proglio, n'a pas donné plus de détails sur ces estimations, lors de son audition par la commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur le coût de la filière nucléaire, mardi 6 mai. "Nous avons essayé de vous répondre en vous transmettant un document qui donne les grandes lignes de ce que nous appelons le programme grand carénage", a déclaré Henri Proglio, face à des députés qui auraient bien voulu avoir quelques précisions de plus.

La contrainte des appels d'offres

Mais selon le dirigeant, il est délicat d'en dévoiler davantage sur la composition de l'enveloppe globale. Henri Proglio a rappelé que les travaux du grand carénage "vont être très largement sous-traités à des filières industrielles". "Si je donnais ligne à ligne les montants estimés, les appels d'offres auraient une curieuse figure", a-t-il poursuivi.

Divulger plus d'informations entraînerait "une explosion des coûts de revient", a-t-il justifié. Il s'est toutefois dit prêt à donner "à l'un ou l'autre" des membres de la commission d'enquête "tous les éléments précis qui sont à notre disposition".

Quel est le coût précis ?

Le patron d'EDF a aussi tenté de rassurer les députés en affirmant que les 55 milliards comprennent "l'ensemble des travaux". Les informations fournies jusqu'à présent ne suffisent pas, estime toutefois Denis Baupin, rapporteur de la commission d'enquête.

"On ne connait pas exactement à quel périmètre correspondent les 55 milliards", a-t-il déclaré après l'audition. "Il y un moment où, en tant que décideurs sur la loi de transition énergétique, nous avons besoin d'un peu de visibilité."

Un rapport du cabinet de conseil Wise Paris, commandité par Greenpeace France, chiffre les coûts du grand carénage à quatre milliards d'euros par réacteur. EDF devrait ainsi injecter 232 milliards, soit plus de quatre fois plus qu'annoncé officiellement.

Indemnisation pour la fermeture

Le PDG a aussi confirmé qu'EDF demandera une indemnisation en cas de fermeture d'une centrale nucléaire par la voie législative. "Il est naturel que l'entreprise sollicite une indemnisation", a-t-il déclaré. La somme demandée pour la centrale de Fessenheim, probablement la première concernée, ne sera toutefois connue qu'après le vote définitif du Parlement. "Je ne souhaite pas lancer une discussion avant que l'heure ne soit venue", a expliqué Henri Proglio. Les investisseurs étrangers "demanderont leurs quotes-parts."

Le PDG en a aussi profité pour rappeler son avis sur l'évolution des capacités du mix énergétique français. "Le parc (de production d'électricité, ndlr) existant suffirait à peine pour couvrir les besoins en 2025 et 2030" et "les besoins en énergie de la France vont continuer d'augmenter".

© Tous droits réservés Actu-Environnement Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur ou établissement d'un lien préformaté [21572] / utilisation du flux d'actualité.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager