En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Australie abolit sa taxe carbone

Gouvernance  |    |  Cyrielle Chazal Actu-Environnement.com

Aujourd'hui 17 juillet, l'Australie a supprimé sa toute jeune taxe carbone, créée il y a deux ans. Loin d'être inutile dans un pays responsable de 1,5% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, la taxe était fortement décriée par l'industrie extractive et l'aile droite de la classe politique. "Le secteur minier (minerai de fer, charbon, cuivre...) est le moteur de la croissance australienne depuis 15 ans" décrypte l'AFP.

Cette taxe était fixée à 23 dollars australiens par tonne de dioxyde de carbone émise. Ce rétropédalage est la conséquence d'une taxe dont l'adoption même était contestée. Le Premier ministre australien, Tony Abbott, a définitivement élargi le désamour pour la mesure en arguant de sa répercussion sur le consommateur final d'électricité.

Mais c'est aussi un pied de nez adressé à l'Union européenne, avec qui un rapprochement était prévu en matière de marché du carbone. "Le 1er juillet 2018 au plus tard, une liaison bilatérale intégrale sera établie entre les deux systèmes de plafonnement et d'échange, grâce à la reconnaissance mutuelle de leurs unités carbone respectives", annonçait un communiqué de la Commission européenne le 28 août 2012.

Connie Hedegaar, commissaire européen chargé de l'Action pour le climat, a d'ailleurs fustigé la décision de l'Australie, dont on prévoit une augmentation des émissions et qui affiche un taux record d'émissions par habitant.

Réactions12 réactions à cet article

 

La création de la taxe carbone est une mauvaise solution a un problème bien réel. En réalité il faut trouver un moyen d'inciter AUX ECONOMIES D'ENERGIE, par ce que c'est ce qu'avaient imaginé les créateurs de cette taxe. Ils ont juste oublié que la réponse la plus simple et efficace avec leur taxe carbone est d'encourager trés fortement l'énergie atomique. En France nous nous chauffons, par exemple, souvent à l'électricité ce qui est a priori un non sens, sauf si on pense que cette énergie est d'origine atomique. LEs énergies renouvelables ne seront jamais capable de fournir TOUTE l'énergie dont nous avons besoin, on le sait depuis longtemps.
L'australie est un grand producteur de charbon et il paraissait totalement absurde qu'elle accepte et surtout maintienne une Taxe Carbone.

ami9327 | 17 juillet 2014 à 15h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Enfin un responsable politique responsable. La taxe étant répercutée sur le consommateur final n'aura aucun effet sur l'inflexion des émissions de CO2. La seule conséquence sera l'appauvrissement du dit consommateur final en monnaie sonnante et trébuchante.
Seules les incitations positives auront un effet durable. Il faut un processus gagnant- gagnant.
Le développement des énergies renouvelable passe par un offre compétitive incitant à modifier les comportements. Que constate on ? Une écologie punitive qui ne peut conduire qu'au rejet.

ITC78 | 17 juillet 2014 à 23h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La taxe carbone a pourtant bien été une réussite en Australie avec baisse nette des émissions depuis son introduction. Elle concernait les grandes entreprises principales émétrices et c'est GDF Suez qui se situait en tête des contributeurs ! Par habitant l'Australie est très mal placée (11e) dans les émissions de Ges dans le monde, avant même les Etats-Unis, c'est peu dire. Cette taxe carbone a permis à des groupes miniers comme Rio Tinto, Alcoa, Tomago etc (aluminium etc) de faire de net progrès. Mais bien évidemment le gouvernement actuel a pris une décision plus "politique" qu'objective. La taxe carbone appliquée dans 10 États américains, dont la Californie qui dispose de son propre marché avec le Québec, a aussi et entre autres états/pays des résultats satisfaisants. La Chine y est favorable et devrait compter 7 systèmes pilotes de tarification au plus tard en 2015, qui seront suivis par un régime national. Il faut simplement bien l'appliquer de façon adaptée selon les pays et principaux pollueurs et la contrôler pour éviter les dérives etc.

Energie+ | 18 juillet 2014 à 03h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'instauration d'une taxe a pour effet de passer en revue le mode de consommation de l'énergie au moment de son instauration et mécaniquement de réduire quelques gaspillages.
Si une taxe est généralisée et s'inscrit dans la durée, elle aura pour effet une régression du pouvoir d'achat des ménages et/ou une baisse de compétitivité pour les entreprises.
Une incitation aux économies d'énergie parait plus vertueuse et s'inscrirait dans un processus gagnant gagnant.
En Europe l'nstauration d'un marché d'échange du carbone a généré une bulle spéculative sans lendemain.

ITC78 | 18 juillet 2014 à 10h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

la taxe n'est punitive que si l'économie est basée sur le carbone le jour ou cela changera la taxe ne sera plus effective, ne nous y trompons pas la taxe gêne ceux qui ne veulent pas entendre parler de contraintes économiques et qui opposent économie et écologie, ce qui relève d'un égoïsme suicidaire.
La bêtise humaine est sans limite,la crise économique a balayé nos bonnes intentions, la révolution verte est bien loin derrière nous, dommage l'opportunité était pourtant belle

lio | 18 juillet 2014 à 11h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

energie +
vous dites:
La taxe carbone a pourtant bien été une réussite en Australie avec baisse nette des émissions depuis son introduction.

et l'australie dit:
Ce rétropédalage est la conséquence d'une taxe dont l'adoption même était contestée. Le Premier ministre australien, Tony Abbott, a définitivement élargi le désamour pour la mesure en arguant de sa répercussion sur le consommateur final d'électricité.

Où voyez vous une réussite puisqu'ils l'abandonnent au bout de deux ans seulement ??

Très à la mode les donneurs de leçons qui savent tout et surtout qui savent tout mieux que les principaux intéressés eux mêmes.

yann | 18 juillet 2014 à 11h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La taxation est punitive parce que ce n'est pas le responsable qui paie au final, mais celui qui l'obligation de payer quelque chose qu'il n'a pas choisi. Une détaxation est incitative (cf développement du diesel en France).
Sur un autre registre, notre être biologique est carboné... il est déjà lourdement taxé même avant sa naissance (dette de la France 2000 milliards d'euros)

ITC78 | 18 juillet 2014 à 17h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ Yann : j'ai analysé les chiffres en détail sans parti pris. Pas les déclarations "politiques" comme vous le faîtes. C'est mon job, d'où mon commentaire. Faîtes le travail d'analyse et nous pourrons en parler sérieusement.

Energie+ | 18 juillet 2014 à 23h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ Yann : tiens lisez-donc cette étude qui est objective et date de ces jours-ci au lieu de vous exciter sans argument solide, çà vous donnera certains des éléments que j'évoquais. "L'Allemagne est la championne du monde de l'efficacité énergétique selon une étude de l'American Council for en Energy-Efficient Economy (ACEEE), publiée jeudi 17 juillet et relayée par l'AFP. Quant à l'Australie, le rapport relève une tendance nette au recul, comme le manifeste la décision du pays de revenir sur sa taxe carbone. Le Mexique arrive, quant à lui, bon dernier du classement." Publié dans Actu-Environnement d'aujourd'hui.

Energie+ | 18 juillet 2014 à 23h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@energie+
Pouvez vous nous éclairer sur la quantité de C02 émise par habitants?
Il me semble que ce serait un bon moyen de mesure de l'évolution.
Améliorer l'efficacité énergétique fait consensus me semble -t-il.
Un seul objectif: les émissions de CO2 par habitant.
Sinon c'est la prime aux mauvais élèves

ITC78 | 21 juillet 2014 à 10h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Energie+

Donc 'cest mieux pour eux mais ils ne sont pas capable de le savoir ?
Alors que vous vous le savez!!
(Je ne donne pas d'avis mais fais une remarque)

yann | 21 juillet 2014 à 12h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@energie+
Vous citez une étude de l'ACEEE pour promouvoir l'exemplarité de l'Allemagne en efficacité énergétique. Il ne faut pas oublier que ce pays est le plus gros émetteur de C02 de l'Europe, et malgré un développement forcené des énergies renouvelables intermittentes le restera pour longtemps. L'enfouissement du CO2 est le plus bel exemple de recherche de spéculation sur la taxation du carbone.

ITC78 | 21 juillet 2014 à 15h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager