En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Autorisation renouvelée du pesticide Cruiser

Agroécologie  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Le ministère de l'Agriculture a annoncé le 8 décembre le renouvellement pour 2011 de l'autorisation de mise sur le marché (AMM) de l'insecticide Cruiser 350 de Syngenta.

Il s'agit de la quatrième autorisation consécutive de cet insecticide utilisé en traitement des semences de maïs. La molécule active du produit est le thiamétoxam, accusé d'être à l'origine d'une surmortalité d'abeilles par les apiculteurs et les associations environnementales.

Ce renouvellement ''fait suite à l'avis favorable de l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) du 15 octobre 2010", a  expliqué le ministère, selon laquelle l'usage de cet insecticide ''sur le maïs ensilage, le maïs grain et le maïs porte-graine femelle ne présente pas de risque pour l'environnement''. ''Cette évaluation est confortée par l'absence d'effets non-intentionnels liés à l'usage de ce produit sur les abeilles depuis 2008 levées grâce aux observations du dispositif de suivi mis en place (…) dans 6 régions françaises'', ajoute le ministère. L'autorisation délivrée "reste accompagnée de conditions d'usage sécurisées, notamment l'obligation de mise en place de déflecteurs sur les semoirs pneumatiques imposée depuis 2009, qui seront soumises à des contrôles renforcés'', a-t-il précisé.

Le ministère a également annoncé que l'usage des semences enrobées serait désormais pris en compte à partir de 2011 dans le cadre du plan de réduction des pesticides Ecophyto 2018. Il a aussi indiqué que le projet de loi de finances rectificative pour 2010, en discussion au Parlement, prévoyait d'élargir aux semences enrobées la redevance pour pollutions diffuses.

Les apiculteurs dénoncent un renouvellement ''illégal''

Mais l'Union Nationale de l'Apiculture Française (UNAF) a dénoncé hier un renouvellement ''illégal'' de la vente du pesticide alors que le ''plan de surveillance'' mis en place par le ministère de l'Agriculture ''a fait apparaître des cas avérés d'intoxication des abeilles'', selon l'organisation. Pourtant l'Anses "comme d'habitude, a réfuté ce lien de causalité et invoque des causes multifactorielles", a-t-elle fustigé dans un communiqué.

L'UNAF considère que le gouvernement ''a encore une fois privilégié les intérêts financiers de l'agrochimie au détriment des insectes pollinisateurs et de l'apiculture". Le syndicat apicole a aussi fustigé le procédé d'AMM du Cruiser, réduite à un an contre dix, qualifié "d'artifice juridique scandaleux destiné à contraindre les acteurs de l'Environnement à engager chaque année un nouveau contentieux" juridique. L'UNAF a déjà saisi trois fois le Conseil d'Etat sur ce dossier.

Réactions1 réaction à cet article

 

Comme pour tt les lobbies qui dominent le monde...à coup de commissions occultes aux "décideurs"..cad les politiques..L'Argent est loin devant..."L'intêrêt" des Hommes,de la Nature,loin,...trés loin derrière..

Régis | 11 janvier 2011 à 17h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…