En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Flamanville : l'ASN autorise une mise en service partielle pour l'arrivée du combustible nucléaire

Energie  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com
Flamanville : l'ASN autorise une mise en service partielle pour l'arrivée du combustible nucléaire

Lundi 12 octobre, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a annoncé avoir autorisé la « mise en service partielle » du réacteur EPR de Flamanville (Manche). Cette première étape permet l'arrivée de combustible nucléaire dans le périmètre du réacteur et son entreposage dans la piscine du bâtiment prévue pour cela. Elle permet aussi l'introduction de substances radioactives dans l'installation afin de tester l'efficacité de certains dispositifs de filtration.

« Cette autorisation est l'une des étapes préalables à la mise en service du réacteur EPR de Flamanville », explique l'ASN, ajoutant que « la mise en service de l'installation, c'est-à-dire le chargement du combustible dans la cuve du réacteur, reste soumise à l'autorisation de l'ASN ».

Le Réseau Sortir du nucléaire estime que cette autorisation de mise en service partielle « est incompréhensible au vu de l'état du réacteur, criblé de malfaçons et qui doit déjà faire l'objet de lourdes réparations dont la faisabilité n'est d'ailleurs toujours pas confirmée ». « Alors que ce réacteur ne démarrerait pas avant plusieurs années (s'il démarre un jour !), pourquoi autoriser à y acheminer dès maintenant le combustible nucléaire, et à l'entreposer sur un site où les incidents sont légion ? », interroge l'association. Et de répondre : cela « [conforte] EDF dans sa démarche de fait accompli, et lui a permis de présenter cette mise en service comme irrévocable et irréversible ».

L'ASN explique avoir pris sa décision après avoir réalisé une inspection sur le site de Flamanville en août afin d'évaluer la préparation de l'exploitant pour les opérations de réception, de manutention et d'entreposage du combustible neuf. « Les vérifications effectuées lors de cette inspection ont montré un état de l'installation et un niveau de préparation de l'exploitant satisfaisants pour l'arrivée de combustible sur site. »

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager