Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Cinq nouveaux OGM autorisés par l'Union européenne

Agroécologie  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com

La Commission européenne a autorisé, le 22 janvier, la mise sur le marché de cinq nouvelles variétés agricoles génétiquement modifiées destinées à l'alimentation humaine et animale (trois variétés de maïs et deux variétés de soja). Elle a par ailleurs renouvelé l'autorisation de trois variétés de maïs destinées à l'alimentation humaine et animale.

« Ces OGM ont tous fait l'objet d'une procédure d'autorisation complète et rigoureuse, y compris d'une évaluation scientifique favorable par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) », indique la Commission, qui rappelle que les autorisations délivrées ne couvrent pas la culture de ces variétés.

Réactions10 réactions à cet article

 

les OGM sont enfin reconnus à leur vraies valeurs, ils participent à une planète durable, améliorant les rendement et la qualité des plantes utilisées dans l'alimentation, pour répondre à la demande croissante d'une population en constante augmentation. ils vont remplacer petit à petit les pesticides qui ont pourtant sauvés des millions de personnes de la famine, mais qui ont trop souvent été mal utilisés

le papet | 27 janvier 2021 à 09h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
Juste une demande de précision : que signifie "... les autorisations délivrées ne couvrent pas la culture de ces variétés." ?
Merci.

FV77380 | 27 janvier 2021 à 09h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
Ces autorisations ne permettent pas de cultiver ces variétés sur le territoire européen.

Sophie Fabrégat Sophie Fabrégat
27 janvier 2021 à 09h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour Sophie,
Merci pour votre réponse mais il me manque toujours un élément de compréhension : on autorise la mise sur le marché mais pas la culture ? Ça sert à quoi, alors ?
Merci bien.

FV77380 | 27 janvier 2021 à 09h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il est interdit de cultiver ces variétés mais pas de les commercialiser. Ces maïs et sojas peuvent donc être importés en Europe, notamment pour l'alimentation du bétail. Certains produits destinés à l'alimentation humaine en contiennent aussi (huiles, sauces, farines...).

Sophie Fabrégat Sophie Fabrégat
27 janvier 2021 à 10h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"...interdit de cultiver ces variétés mais pas de les commercialiser. Ces maïs et sojas peuvent donc être importés en Europe..."
Position très ambigüe, un peu genre politique de l'autruche !
Est-ce bon ou pas bon pour l'Homme et la Biodiversité?
-> si pas bon, faut les interdire d'être consommés aussi, non?
-> si rien à redire, faut les autoriser, à la conso et à la culture, non?
Appelons un chat un chat !
Merci d'éclaircir ma lanterne
Salutations
Guydegif(91)

Guy | 27 janvier 2021 à 10h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cher FV7738 et cher Guy,

Vos observations sont frappées au coin du bon sens. Mais autoriser la consommation d'une plante OGM (ici, maïs ou soja) n'a pas la même portée qu'en autoriser la reproduction par culture.
Le bagage génétique d'une plante OGM que l'on consomme est détruit par digestion; le bagage génétique d'une plante OGM que l'on cultive est multiplié: D'un côté l'annihilation définitive, de l'autre côté l'amplification (l'augmentation) du bagage génétique.

Pour le conscient collectif des disciples de la Déesse Nature, vouloir inventer un OGM (au sens de le fabriquer ou de le créer, comme on voudra) représente déjà un blasphème. Mais multiplier le bagage OGM par culture relève de l'excommunication et du bûcher.
En matière d'OGM, la dichotomie entre raison et passion est un océan aux eaux tumultueuses et dangereuses.
Rappelons nous les "escadrons" de faucheurs volontaires qui détruisaient, sans crier "gare", les parcelles expérimentales de cultures de maïs OGM de l'INRA, à grands renforts de reportages et de communiqués. Les faucheurs se moquaient bien des futurs résultats, leur objectif premier était d'empêcher les expérimentations.

Je pense donc, pour l'instant, que le maintien de la disposition d'interdiction de cultiver des OGM dans l'UE est toujours d'ordre public.

Bien à vous,

Euplectes

Euplectes | 27 janvier 2021 à 12h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Guy vous parlez d'or. Il est grand temps d'un peu de cohérence car la situation actuelle interdit tout "plan de souveraineté en protéine" actuellement claironné sur tous les tons. Cette situation ne va pas tarder non plus à interdire la souveraineté alimentaire tout court de notre pauvre pays tellement "précautionneux" que ses entreprises n'osent même plus faire de R&D (la navrante situation de l'Institut Pasteur et de Sanofi en vaccins) ni même de recherche (notre récente Prix Nobel a fait quasiment tout son taf hors de France), sans parler de la honteuse régression de l'INRAE, contaminé par les idées régressives écologistes (agriculture faible en rendement mais intensive en main d'oeuvre alors que personne ne veut bosser dans les champs, cf. l'expérience de mars 2020 pour que les Français actuellement au chômage partiel aillent aider les agriculteurs dans les champs ).
Courage à ceux qui produisent...

Albatros | 27 janvier 2021 à 13h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A ma connaissance, le seul intérêt des OGM est de rendre la plante résistante aux désherbants de type "Rundup" ou de tuer certains parasites qui peuvent les manger. On peut donc arroser les cultures de désherbants (multiplication par 10 des consommations de glyphosate en 20 ans) ou transformer la plante elle même en insecticide ce qui évite d'utiliser ces produits dangereux par aspersion. Devant cela l'Europe dit "pas chez nous" la culture mais autorise la consommation. Quel crédit peut on accorder à l'absence de risque supposer de l'ingestion de résidus d'herbicides et d'une plante elle même tueuse d'insectes?

SAGITTE | 27 janvier 2021 à 14h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci à Sophie et Euplectes pour ces précisions.
Je suis profondément anti-OGM qui est une fuite en avant de plus dans la manipulation et la destruction du monde mais je trouve particulièrement hypocrite (à tel point que je ne comprenais pas l'article :o) d'autoriser l'importation d'OGM que l'on refuse de cultiver sur nos sols. Je sais que c'était déjà le cas mais manifestement, la tendance se confirme.
Je comprends la colère des agriculteurs, victimes d'une telle concurrence déloyale (une de plus).
Si l'Europe est anti-OGM, elle doit l'être complètement.

FV77380 | 27 janvier 2021 à 14h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil en droit de l’Urbanisme et de l'Aménagement du territoire Huglo Lepage Avocats