En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Projet d'autoroute A831 : Ségolène Royal crée à nouveau la polémique

La ministre de l'Ecologie ne lancera pas la procédure d'appel d'offres de l'A831 reliant Fontenay-le-Comte en Vendée à Rochefort, en Charente-Maritime. Un projet routier jugé non prioritaire l'an dernier par la commission Mobilité 21.

Transport  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal a annoncé le 26 juillet qu'elle ne lancera pas la procédure d'appels d'offres pour le concessionnaire du projet autoroutier A831, confirmant les déclarations publiées la veille par le quotidien régional Sud Ouest. Ce tronçon de 64 kilomètres, reliant Fontenay-le-Comte (Vendée) à Rochefort (Charente-Maritime), a été déclaré d'utilité publique en 2005.

"Je ne transmettrai pas le dossier de consultation technique aux entreprises", en vue d'un appel d'offres, a déclaré Ségolène Royal. Selon la ministre relayée par l'AFP, le coût de l'autoroute est estimé à 900 millions d'euros dont 137,5 millions d'euros pris en charge par l'État. L'enquête d'utilité publique "date de dix ans. Il faudrait refaire l'ensemble des études (…). Par ailleurs, elle a été classée dans les équipements non prioritaires. L'État ne cofinancera pas ces infrastructures", a affirmé la ministre.

Mobilité 21 : un projet routier à engager au-delà de 2050

Fin juin 2013, la commission Mobilité 21, présidée par le député-maire de Caen Philippe Duron, avait estimé le coût du projet routier A831 à 750 millions d'euros en 2012. "Sa réalisation doit permettre d'améliorer les temps de parcours entre Bordeaux et Nantes et de contribuer au désenclavement des villes du secteur ainsi qu'à une meilleure desserte du littoral, notamment du Port de La Rochelle", avait indiqué la commission en soulignant un bilan socio-économique du projet "agrégé tout à fait favorable".

Toutefois, Mobilité 21 a jugé que ce projet de tronçon ne permettait pas de mettre en évidence "de bonnes performances en matières écologiques et sociétales". Le projet soulève "des controverses quant à son intérêt et à ses conséquences au plan environnemental. Après analyses comparatives des enjeux nationaux des différents projets, la commission classe le projet dans la catégorie des projets à horizons plus lointains (au-delà de 2050, ndlr) quel que soit le scénario considéré", a conclu Mobilité 21 dans son rapport.

Menace sur le Marais poitevin ?

Ségolène Royal a en effet souligné que l'A831 devait traverser le Marais poitevin, qui a retrouvé en 2014 le label de Parc naturel régional, perdu en 1996. "On ne va pas accepter un tel projet dans le Marais poitevin, au moment où il vient de récupérer son label Parc Naturel, au bout de dix années, et qu'il est classé grand site", a-t-elle déclaré, selon Sud Ouest.

La ministre proposerait comme alternative d'améliorer la route nationale qui passe par Marans  (Charente-Maritime). "Il faut déjà réfléchir à un plan B", a indiqué Ségolène Royal au quotidien. Elle a déclaré qu'elle est prête à étudier ce que l'État pourrait apporter "dans le cadre du prochain plan Etat-Région pour une déviation de Marans".

Colère des élus locaux UMP et PS

Fin janvier 2012, Dominique Bussereau, président UMP du conseil général de Charente-Maritime et Bruno Retailleau, président UMP du conseil général de Vendée, avaient signé le protocole d'accord avec l'État sur le financement de ce tronçon. L'A831 "n'est pas abandonnée", avait assuré fin août 2013, le secrétaire d'Etat aux transports Frédéric Cuvillier à l'université d'été du PS à La Rochelle, selon Sud Ouest.

Ce week-end, Dominique Bussereau a indiqué que le contournement du Marais poitevin était déjà pris en compte. "Non l'A 831 ne coûtera pas aux contribuables 900 millions d'euros, qui est le coût total de la construction de l'autoroute, qui sera pris en grande partie par le concessionnaire (…). Non, l'A 831 ne porte pas atteinte au Marais poitevin. C'est la LPO qui le dit : 125 millions d'euros investis sur sa recommandation pour faire de cette autoroute un exemple d'intégration environnementale", a de son côté affirmé Bruno Retailleau en "accusant Ségolène Royal de mentir et de mépriser le peuple" dans un communiqué. Il a appelé le Premier ministre Manuel Valls à trancher.

Pour Jacques Auxiette, président socialiste de la Région des Pays-de-la-Loire, "la déclaration de Madame Royal intervient de façon totalement improvisée tandis que les services de l'Etat, mais aussi ceux des collectivités locales, travaillent en étroite collaboration depuis des semaines à la finalisation du projet. Pas plus tard que la semaine dernière, j'ai rencontré Michel Sapin (ministre des Finances, ndlr) pour examiner les conditions de financement des travaux de l'autoroute", a-t-il déploré dans un communiqué. Et de poursuivre : "Tout a été fait pour que ce projet s'insère du mieux possible dans l'environnement. Sa réalisation est d'ailleurs mentionnée dans les documents de la nouvelle charte du Marais Poitevin. Tout se passe comme si Ségolène Royal redevenue ministre de l'écologie ne voulait pas déjuger Ségolène Royal ancienne ministre de l'écologie, à l'origine d'un contournement coûteux et écologiquement très contestable de l'A83. Ce n'est pas parce que l'on est ministre que l'on peut faire deux fois les mêmes bêtises !", a-t-il critiqué.

A l'inverse, les conseillers régionaux écologistes des Pays-de-la-Loire ont salué ce lundi 28 juillet "une décision de bon sens" : "l'abandon de l'A831 devrait paradoxalement permettre le contournement de Marans, et en tout cas nous le souhaitons vivement à l'instar des propos de la ministre de l'Ecologie !", ont-ils déclaré.

Réactions18 réactions à cet article

 

Que ne ferait pas un écolo-politique pour décrocher une bonne place sur une liste électorale
Que ne ferait pas une ministre même de l'écologie pour garder le soutien des mêmes écolo-politiques.
La même ministre protège le marais poitevin et autorise le massacre des plages livrées aux projets éoliens en mer coûteux payés par des augmentations de taxes et surtout inutiles.
A part brasser des milliards!

ITC78 | 28 juillet 2014 à 23h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il me font marrer ces technocrates avec leur .... désenclavement, c'est leur cerveau qu'il faut désenclaver !

De plus le père Bussereau toujours aussi indigeste à lire "125 millions d'euros investis sur sa recommandation pour faire de cette autoroute un exemple d'intégration environnementale" ..... ouais le fameux HQE c'est ça ???? Houlala Quelles Escroquerie !

manu | 29 juillet 2014 à 08h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

.....sa réalisation doit permettre d'améliorer les temps de parcours entre Bordeaux et Nantes et de contribuer au désenclavement des villes du secteur ainsi qu'à une meilleure desserte du littoral, notamment du Port de La Rochelle.....
Toujours le même discours sur le désenclavement ....
Comme si encore de nos jours on souffrait d'isolement routier...
C'est la course en avant d'élus câblés dans leurs caboches, incapables de revoir leurs schémas mentaux.

jms | 29 juillet 2014 à 08h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Polémique ? C'est amusant ce jargon. Une Ministre de l'Environnement, après avoir pesé le pour (il y en a surement) et le contre, décide de ne pas construire un équipement cher et impactant, et on l'accuse de déclencher une polémique...
Par ailleurs et comme par hasard, ce sont toujours les mêmes bétonneurs fous (ie Jacques "NDDL" Auxiette !) face à elle. Quelqu'un a'til étudié la déclaration d'intérêts de cet élu, qui semble décidément très véloce quand il s'agit de bétonner la nature ?

MrMiolito | 29 juillet 2014 à 09h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

je ne suis pas de gauche mais ELLE A TOUT A FAIT RAISON...Il va bien falloir mettre un terme à cette ROUTOMANIE au service des véhicules de plus en plus nombreux et pollueur. ces routes qui rendent les individus totalement dépendant de la voiture, de la vitesse et de la distance...Développons nos croissance de proximité... il va bien falloir intégrer dans nos comportements ET SURTOUT LIMITER LA POLLUTION ET LE GASPILLAGE D ÉNERGIE NON RENOUVELABLE... IL Y 50 ANS QUE CA DURE..

BERTRAND | 29 juillet 2014 à 10h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Fallait pas lui piquer son jouet: grande région Poitou Centre limousin..

audaces | 29 juillet 2014 à 10h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

le titre a une connotation négative, il est tout à fait normale pour un ministre de l'écologie de s'opposer à un projet d'autoroute (moratoire autoroutier du grenelle de l'environnement)aussi inutile que couteux (a tout point de vue)
Une autoroute "écolo" mais de qui se moque t'on!!!!

lio | 29 juillet 2014 à 12h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bravo ! Et encore Bravo Madame ROYAL, je peux même dire que vous l'êtes royale sur ce point. Enfin une Ministre de l'écologie qui en a...Et tant mieux si c'est parce que l'on ne vous a pas donné votre grand jouet. Cela a pu vous laisser réfléchir aux vrais intérêts du pays et non à des intérêts personnels, bas et dispendieux.
Oui, nous devons faire des économies, en monnaies sonnantes et trébuchantes, en énergie et en espaces naturels.
Alors n'en déplaise à Messieurs les élus grands penseurs, à part des actions, avec notre argent, que vous auriez pu acheter sur les sociétés liées de prêt ou de loin avec les entreprises qui auraient eu ces marchés, je ne vois pas d'autres intérêts pour vous. Et nous mettre devant le fait accomplit, où un projet a toujours son budget prévisionnel qui explose. On peut se demander pourquoi ?

fab08022 | 29 juillet 2014 à 13h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et si l'alternative à l'autoroute, ça n'était pas une route, mais l'investissement dans la ligne de train Nantes La Rochelle Bordeaux, en réparant puis modernisant la voie ferré (voire en l'électrifiant) et en investissant du matériel moderne ?

Et pour faire du TGV entre Rennes et Bordeaux, on pourrait construire un petit raccordement à Courtalain (là où les LGV Paris Rennes et Paris Bordeaux se séparent) et avec les projet de LGV Bretagne Pays de la Loire et Sud Europe Atlantique, il pourrait y avoir des TGV Rennes Laval Le Mans Tours Poitiers Angoulême Bordeaux en 2h30 arrêt compris. Qui aura besoin de l'autoroute dans ces conditions ?

SP | 29 juillet 2014 à 14h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La Vendée a déjà subit les affronts d'une urbanisation anarchique de son littoral. Il est sain de sauvegarder ce qui peut encore l'être comme ce fameux marais poitevin.
Gardons l'argent du contribuable pour des petits projets locaux comme l'amélioration de certains goulots d'étranglement du réseau routier existant. Et surtout, il est urgent de rénover et d'électrifier la ligne SNCF La Roche/Yon - La Rochelle dont l'état d'abandon est une une honte pour la liaison Nantes - Bordeaux.
Pour la gouverne de nos dirigeants, méditons cette vérité "une autoroute n'irrigue pas un territoire : elle l’assèche !"

bravo | 29 juillet 2014 à 14h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bravo Madame Royale ! Il faut du courage pour s'opposer au monde du fric facile !
Et je suis d'accord avec les interventions de Bertrand, FAb08022 et SP !!
De plus : le grenelle disait bien qu'on ne construisait plus d'autoroute non ? On essaie toujours de nous prendre pour des cons à la mémoire courte !
Y a un moment ou les cons vont se rebeller ! Raz le bol de cette gestion pourrie qui ne sert que le fric de certains !

roro | 29 juillet 2014 à 15h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Là je suis satisfait de cette décision.

Nous avons des autoroutes plus qu'il n'en faut dans notre pays. Il suffit de regarder une carte de France pour voir le massacre. Les centaines de million d'euros nécessaires à la construction de nouveaux tronçons seraient surement mieux placés dans la rénovation de certaines lignes de trains (mais surement pas pour construire une LGV, déjà en bien grand nombre également), au (re)développement du fret ferroviaire, ou bien même de certaines routes "classiques".

dischem | 30 juillet 2014 à 00h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

.....selon la ministre relayée par l'AFP, le coût de l'autoroute est estimé à 900 millions d'euros dont 137,5 millions d'euros pris en charge par l'État....

Beaucoup d'élus locaux sont aussi députés ou sénateurs.
Au titre d'élus de la nations ils ont voté très largement d'importantes restrictions budgétaires pour notre pays.
Une fois reprises leurs casquettes d'élus locaux là ils retrouvent leurs pulsions dépensières et leurs folies des grandeurs et pour cela ils demandent à l'état de l'argent et encore de l'argent pour leurs pommes..

jms | 30 juillet 2014 à 08h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@discem
Moins de 2000km de LGV contre plus de 10 000km d'autoroute et près de 30 000km de réseau ferroviaire, les LGV sont loin d'être "en trop grand nombre" : le sud ouest de la France, le littoral Méditeranéen (Marseille Nice et Montpellier Perpignan) et le Centre de la France ont légitimement vocation à être desservi.

Mais là n'était pas la question. Pour relier Rennes à Bordeaux (et au delà tout l'axe Brest-Rennes-Le Mans) au sud ouest, autrement que par l'autoroute, ce n'est pas d'une nouvelle LGV dont il y a besoin, juste de raccorder entre elles les 2 branches de la LGV Atlantique à Courtalain, pour éviter de concentrer tout le trafic TGV sur Paris. C'est juste quelques kilomètre de raccordement, pas à grande vitesse, à l'image de "la virgule de Sablé"

SP | 31 juillet 2014 à 11h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@SP
Comme quoi, en faisant appel aux hommes de terrains, qui connaissent leur territoire (ou aux habitués), il y a des solutions simples et peux coûteuses.
Mais dés lors que l'idée arrive dans le cerveau du politique, les budgets explosent.
A voir, l'autoroute périphérique de l'ïle de la Réunion....

fab08022 | 31 juillet 2014 à 12h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le Marais poitevin n’est pas "le jardin de Mme Royal", comme dit M. Retailleau, le président du conseil général, mais il est inconcevable de soutenir la destruction du Marais poitevin pour les besoins de transporteurs portugais.
La création d’une autoroute crée le trafic et la pollution des camions qui traversent la France, ce dont nous ne tirons aucun bénéfice. Il n’y a qu’à voir l’étalement urbain catastrophique de la ville de Nantes depuis trente ans pour comprendre qu’il n’est pas nécessaire de créer encore des autoroutes dans la région.
Nous remercierons Mme Royal de s’opposer enfin à la multiplication des autoroutes inutiles et destructrices. Qui peut raisonnablement soutenir que la Vendée serait "enclavée" ? On n’est pas en Lozère, tout de même ! Et encore, désormais j’envie davantage la Lozère que la pollution nantaise avec ses routes et ses zones industrielles sur des milliers d’hectares.
On a déjà créé des autoroutes inutiles (A28 Rouen-Le Mans, A87 Caen-Rennes par ex) Il n’y avait personne à leur ouverture. Et le résultat, quelques années plus tard, ce sont des colonnes de camions qui n’existeraient pas si on ne leur avait pas fait des routes (avec mes impôts).
C’est très beau de prêcher pour les économies à l’UMP et de vouloir dépenser 900 millions d’euros pour abîmer l’un des plus beaux paysages de France. Je suis par ailleurs fatigué de payer des impôts pour ce genre de mégalomanie pharaonique.

gransachan | 01 août 2014 à 14h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@gransachan
Belle analyse et explication personnelle que je partage. Ouvrir des autoroutes avec nos impôts pour les camions que l'on veut taxer via un système payé avec nos impôts.
Il va falloir que ces politiques comprennent et que les Français fassent la grève des impôts en leur disant :" Maintenant ça suffit !".
Enfin, pour revenir sur Nantes, que vous connaissez bien (pas moi), il y a toujours en extension ce projet fou de Notre Dame des Landes, l'ambition fou du président, député, maire de son royaume, j'ai nommé JMH I le bien aimé. Encore un qui devra rendre des comptes à un moment donné.

fab08022 | 01 août 2014 à 22h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il est regrettable que Madame Royal n'est pas jugée utile de se manifester contre ce projet lors de l'enquête publique de la DUP.

Pascal | 02 août 2014 à 11h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…