En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

8.000 poids lourds ont emprunté l'autoroute de la mer Nantes-Gijón

Transport  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com

Selon les statistiques du ministère des transports, depuis son ouverture en septembre 2010, la fréquentation de la ligne maritime Nantes-Gijón est passée d'une fréquentation de 245 poids lourds par mois à près de 700 poids lourds en fin d'année. "Je note avec satisfaction que les entreprises de transport de marchandises jouent le jeu du report modal lorsqu'il est bien organisé. C'est un succès pour le Grenelle et un encouragement à poursuivre dans cette voie", a commenté Thierry Mariani, ministre des transports.

À ce jour, près de 8.000 poids lourds ont emprunté ce service pour relier la France à l'Espagne afin d'éviter les axes routiers transpyrénéens. La liaison St Nazaire-Gijon s'effectue trois fois par semaine en 12 heures sur un navire d'une capacité de 150 remorques et 800 passagers par trajet.

Une seconde autoroute devrait voir le jour prochainement. Elle reliera Nantes et Le Havre à Vigo (nord-ouest de l'Espagne) puis à Algesiras (sud). Elle est proposée par l'opérateur Acciona Trasmediterranea. Selon le ministère de l'écologie, elle sera mise en service après l'accord de la Commission européenne sur les aides d'Etat.

À terme, ces deux autoroutes de la mer devraient permettre le report modal de 100.000 poids lourds par an sur les trois millions qui traverse les Pyrénées chaque année.

Réactions2 réactions à cet article

 

Ho !! le ministère a fait ces comptes et 8000 camions ont pris la mer depuis septembre 2010 , que représente en 10 mois ce trafic ? la moitié de ce qui passe en 1 jour de fin de semaine au poste frontière du PERTHUS et à combien reviens les trois voyages effectués par semaine ?
Qui est gagnant ? AVEC SEULEMENT 150 REMORQUES ?

dechet66 | 14 juillet 2011 à 09h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

c'est peu, certes, mais tout est bon à prendre pour limiter le fret routier... mais on est bien loin du compte ! Si la France imposait le fer-routage sur des lignes électrifiées, les transferts européens nord-sud seraient infiniment moins polluants et les autoroutes moins saturées : déjà la Suisse et l'Autriche le font, c'est tout le trafic européen qui serait profondément changé. Mais aussi, pourquoi tant de transferts via la France ? Et pourquoi via les autoroutes ? Poser la question, c'est y répondre : gérer les stocks en flux tendu, pour le plus grand bénéfice des lobbys pétroliers et autoroutiers...

dmg | 21 juillet 2011 à 12h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager