En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Aviation et carbone : 135 millions d'euros pour la recherche aéronautique

Transport  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
Aviation et carbone : 135 millions d'euros pour la recherche aéronautique

A l'occasion du Conseil pour la recherche aéronautique civile (Corac) qui s'est tenu le 21 juin en marge du salon du Bourget, le Gouvernement a annoncé qu'il allait consacrer 135 millions d'euros à la recherche dans ce domaine. Au titre du Programme d'investissement d'avenir, cette enveloppe vise à "préparer des démonstrations technologiques de grande ampleur pour le futur programme-cadre européen de recherche et d'innovation, Horizon Europe, qui débutera en 2021." La réduction de l'impact environnemental de la filière est un des axes de travail.

Le salon du Bourget a d'ailleurs été l'occasion pour de nombreux acteurs de lever le voile sur les résultats de projets financés par le Corac. Daher, Airbus et Safran ont ainsi lancé EcoPulseTM, un démonstrateur d'avion à propulsion hybride (kérosène-électrique), dont le premier vol est prévu à l'horizon 2022. Le système propulsif électrique est réparti en six moteurs installés sur les ailes de chaque côté et est associé à des batteries. Cette propulsion électrique devrait permettre de réduire l'usage du moteur thermique.

Les hélicoptères font également partie de la mise en œuvre de la feuille de route "électrification" du Corac. Airbus Helicopters et le ministère chargé des Transports ont à ce titre annoncé le lancement d'une démonstration de propulsion hybride de secours à bord d'un hélicoptère monomoteur. Ce projet associe Airbus Helicopters, Thales, Airbus Defence and Space et Adeneo.

Airbus, RATP et ADP ont quant à eux annoncé le lancement d'une étude de faisabilité pour démontrer un système d'aéronefs à décollage et atterrissage vertical (VTOL) en zone urbaine pour les Jeux olympiques de 2024 à Paris.

Réactions2 réactions à cet article

 

Dans l'illusion sont ceux qui pensent que seule une rupture technologique sera solution à nos problèmes. Tant que nous prendrons massivement l'avion, ou l'hélicoptère, ou que nous ferons venir nos produits de lointaines contrées en bateau, sans même se questionner sur la logique énergétique de ces transports, nous serons dans l'impasse. Voler ou rester les pieds sur terre, il va falloir choisir ;)

Hugoszym | 24 juin 2019 à 16h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Dommage qu'on ai pas voté la taxation du carburant pour les vols intérieurs, ça aurait pu permettre de financer cette mesure...
De toute façon, tant que le carburant coutera si peu, il y a peu de chances que ces technologies aient de l'avenir.
En attendant ça permet de soutenir nos "fleurons" sans se faire taper sur les doigts par Bruxelles !
Décidément entre les subventions aux aéroports, la non taxation des carburants, des billets d'avion, le soutien à "l'innovation", peu de secteurs sont aussi gourmands en argent public...
Connaissant les nuisances, le CO2, la pollution locale, ça pourrait choquer, mais non, ça passe tranquille !

Seb | 24 juin 2019 à 16h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager