Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Aviation : l'UE s'attire les foudres des professionnels après l'annonce de l'allocation de quotas de GES

Gouvernance  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

Au lendemain de la présentation des règles applicables en matière d'allocation de quotas à titre gratuit aux compagnies aériennes dans le cadre du système communautaire d'échange de quotas d'émission (SCEQE ou ETS), la Commission européenne fait l'objet de critiques virulentes.

La Commission a tout faux

Dans un communiqué commun, l'Association des compagnies européennes (AEA), l'Association européenne des compagnies régionales (ERA) et l'Association internationale des transporteurs aériens (IACA) se déclarent "indignées" par la règle retenue par l'Union européenne.

"La Commission a tout faux", estiment les associations, qui jugent qu'"une compagnie aérienne moyenne devra acquérir 27 % des quotas de CO2" dont elle aura besoin pour couvrir ses émissions entre 2012 et 2020. Avec un prix de la tonne de CO2 évalué à 28 euros en 2020, la facture s'élèvera à 17,5 milliards d'euros sur la période.

"Il est grand temps que la Commission revienne à la réalité", appellent les associations qui déplorent "une méconnaissance grave de la réalité économique" du secteur.

Décision unilatérale et contraignante

Par ailleurs, Chinois et Russes "[s'opposent] à toute décision unilatérale et contraignante, prise sans un accord des parties concernées sur la question des émissions de carbone dans l'aviation", dans un communiqué commun daté de ce mercredi 28 septembre, rapporte l'agence de presse chinoise Xinhua.

La décision européenne empiète sur la souveraineté d'autres pays et provoque "un impact extrêmement négatif pour l'industrie de l'aviation internationale", selon l'Administration de l'aviation civile de Chine (CAAC) et le ministère russe des Transports. Pour les compagnies chinoises, la facture totale s'élèverait sur la période à quelque deux milliards d'euros.

Réactions1 réaction à cet article

 

Bonjour,
Les accord de détaxe de Chicgo, après guerre, c'est dépassé.
Il va bien falloir un jour que l'aviation gros pollueur contribue aussi comme tout le monde.
Face à la pollution, terminés les passes droits.
Bravo l'Europe si en faisant des quotas gratuits, elle arrive à faire payer...

ADERA | 29 septembre 2011 à 15h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Le décret tertiaire en 3 questions Hellio