En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Nanomatériaux : informer le consommateur… mais pas trop

Dans un avis publié le 16 juin, le Conseil national de la consommation recommande de mieux informer le consommateur sur la présence de nanos dans les produits. Un avis peu ambitieux, qui passe à côté du problème selon l'association Vivagora.

Risques  |    |  Victor Roux-Goeken Actu-Environnement.com
   
Nanomatériaux : informer le consommateur… mais pas trop
   
''La présence d'une mention ou d'un pictogramme «avec ou sans nano»'' sur les produits de consommation est ''à écarter, car ne répondant pas aux besoins d'informations des consommateurs, et pour éviter toute forme de promotion ou dénigrement'', indique le Conseil national de la consommation (CNC) dans un avis publié le 16 juin consacré aux nanomatériaux manufacturés.

Le CNC avait été mandaté par le ministère de l'économie sur l'intégralité de la question. Mais ''compte tenu de la brièveté des délais, le CNC a privilégié les thématiques relatives à l'information des consommateurs et des pouvoirs publics et à la gouvernance'', écrit-il dans son avis.

L'organisme dépendant du ministère de l'économie préfère que ''la présence d'un ou plusieurs nanomatériaux dans un produit de consommation [soit] portée à la connaissance du consommateur, par exemple en indiquent le nom du ou des nanomatériaux dans l'étiquetage''. Par exemple, sous la forme ''nom de l'ingrédient [nano]'' ou ''contient du'', suivi du nom de la substance [nano]…

Au consommateur de se renseigner

Selon le CNC, le consommateur peut réclamer au responsable de l'information d'un produit la présence de nanomatériaux sous leurs différentes structures, la raison de l'utilisation et/ou les bénéfices attendus par la présence de nanomatériaux ''sous réserve du respect du secret professionnel'', les précautions d'emploi, de conservation et de stockage ainsi que les conditions de mise en déchet et destruction ''si elles sont justifiées''.

L'organisme sous tutelle de Bercy recommande donc que '' le consommateur puisse avoir connaissance, en lecture directe, des coordonnées (site Internet ou n° de téléphone ou adresse…) du responsable de l'information. Par exemple et sous réserve de praticabilité, cette information peut figurer sur le support qui indique la présence d'un ou plusieurs nanomatériaux''.

Le responsable de l'information aurait une obligation de réponse à la demande du consommateur dans un délai raisonnable, mais ne serait ''pas tenu de répondre pour une gamme ou la totalité des produits''. Sans plus de précisions, l'avis estime que l'absence de réponse pourrait être sanctionnée.

Enfin, le CNC réclame une procédure de notification destinée à améliorer la traçabilité des nanomatériaux pour tous les produits en contenant, afin d'en avoir ''un inventaire complet''.

L'avis néglige l'impact environnemental

La douzaine de réunions de 50 à 60 personnes ayant servi à la rédaction de cet avis ''a secoué un certain nombre d'acteurs du secteur'', assure Dorothée Benoît-Browaeys, ayant participé à son élaboration. Mais pour la déléguée générale de l'association Vivagora, ''l'avis passe à côté de l'essentiel du problème : le relargage des nanomatériaux dans l'environnement''. Selon elle, ''les négociations [préalables à l'avis] ont été très très rudes entre les trois collèges [consommation, professionnels, administration] notamment sur la question de l'étiquetage''. Le pictogramme ''«avec ou sans nano» n'a effectivement pas de sens, puisque toute matière peut avoir une structure de dimension nanométrique''. En revanche, demander au consommateur d'appeler le responsable de l'information d'un produit est ''totalement bidon. On sait très bien qu'il ne parviendra pas à avoir un interlocuteur, ou tombera sur un répondeur''.

Quant à la préconisation d'une notification des nanomatériaux, déjà prévue par le Grenelle 2, les ''juristes estiment que cette mesure ne concernera que 2 à 3% des produits contenant des nanomatériaux manufacturés, pas plus…''.

Une réponse adaptée au risque généré par les nanomatériaux prendra encore du temps, d'autant plus que le gouvernement n'a toujours pas répondu à l'avis du Conseil national du débat public (CNDP) rendu en avril dernier. Il avait trois mois pour le faire.

Réactions5 réactions à cet article

 
consommatrice scandalisée

En tant que consommatrice je suis scandalisée et j'espère que l'information se diffuse et que les associations et les citoyens se mobiliseront.
Je ne veux pas acheter de produit contenant des nano particules.

hélène | 09 septembre 2010 à 13h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:consommatrice scandalisée

Alors vous ne consommerez plus rien du tout, toute substance ayant le potentiel d'être décomposée en nanostructures!
Attention car les produits que vous achetez contiennent des molécules qui contiennent des atomes, composés eux-mêmes d'électrons, protons et neutrons, etc.
Vertigineux...
Diffusons vite l'information! Tout est dangereux, il faut tout arrêter tout de suite!

Albatros triste | 09 septembre 2010 à 16h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 
que sont des nano?

il serait intéressant d'expliquer ce qu'est un nano (je pense que tout le monde sais que ce sont des éléments très très petits) mais quel est le risque, l'enjeu et l'intérêt de l'étiqueter?

leyoureen | 10 septembre 2010 à 10h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:consommatrice scandalisée

Il est toujours facile de faire des commentaires railleurs sous couvert de la Science... mais il faut aller jusqu'au bout des choses...

Les nanoparticules ne sont pas que des particules ou molécules à l'échelle nanométriques :

« la nanoscience est l’étude des phénomènes et la manipulation de matériaux aux échelles atomique, moléculaire et macromoléculaire où les propriétés diffèrent significativement de celles à plus grande échelle (Pour la Royal Academy of Engineering - 2004).

De nombreux effets sont, à ce jours, peu ou pas connus et pourtant ils sont bel et bien présents dans les aliments et les cosmétiques...

Comme pour le nucléaire ou les OGM, cela devient laçant de répondre à des personnes qui ne veulent voir que ce qui les arrangent : promesses de la science, avancée technologique...
sans réfléchir glogalement ni se soucier de la protection de l'environnement et de l'être humain...

Klezmer | 13 septembre 2010 à 13h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:consommatrice scandalisée

Il n'y a pas lieu de dire non aux nano ou non aux OGM. Par contre, il faut que le consommateur lambda sache de quoi il en retourne exactement effectivement. Une nanoparticule, ou un nanomatériau citée dans la liste des ingrédients d'un produit qu'on achète, c'est trop peu. Pourquoi pas un site internet soit créé pour qu'on puisse connaitre intérêt, risques connus et supposés de ces différentes entités?

Kent | 14 septembre 2010 à 15h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…