En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les mammifères marins, victimes de Fukushima

Risques  |    |  Angela BolisActu-Environnement.com

Du 11 au 14 juillet, l'île anglo-normande de Jersey accueillera une réunion de la Commission baleinière internationale. Une Commission sur laquelle pèsent, selon le Fonds international pour la protection des animaux (Ifaw), de forts soupçons de corruption. L'ONG en appelle donc à davantage de transparence "afin de garantir l'efficacité et la crédibilité de cet organisme", alors que le gouvernement britannique a rédigé des propositions dans ce sens.

Pour l'association Robin des bois, cette réunion donne l'occasion de mettre l'accent sur la dégradation de la situation sanitaire des baleines, en lien avec le tsunami et la catastrophe nucléaire de Fukushima. En effet, le Nord-Ouest du Pacifique a été touché en première ligne par les retombées atmosphériques et les rejets liquides radioactifs. En avril dernier, les pêcheurs japonais avaient même dénoncé "l'impardonnable" rejet volontaire d'eau contaminée dans cet océan, rappelle l'association.

Pour les baleines, déjà très fragilisées avant Fukushima, ces rejets sont synonymes d'effets potentiels mutagènes, tératogènes (développement anormal de l'embryon) et cancérogènes. Elles sont en contact permanent avec cette radioactivité, et mangent du plancton, des proies ou des déchets contaminés. Elles transmettent également cette radioactivité aux baleineaux pendant l'allaitement.

Outre les rejets radioactifs, le volume de déchets produits par le tremblement de terre et le tsunami est estimé de 25 à 200 millions de tonnes selon le gouvernement japonais et des experts indépendants. Une partie de ces déchets ont été entraînés dans le ressac du tsunami et pourrait mettre en danger les baleines. Avant ce flux soudain, en 2001, l'agence indépendante du gouvernement américain US Marine mammal commission estimait déjà que 43% des mammifères marins étaient affectés par l'ingestion de déchets ou l'enchevêtrement dans des engins de pêche abandonnés, cordages, etc. Par ailleurs, ces déchets plastiques entraînent, selon Robin des bois, des suffocations, des occlusions intestinales, des pertes d'appétence et de mobilité, et des décès. Sans compter la libération, dans l'océan, de résidus de médicaments et de pesticides, de substances comme les phtalates ou les bisphénols, les PCB, les hydrocarbures et les métaux lourds.

Sont particulièrement menacés, selon l'association, les petits rorquals communs : deux jeunes individus capturés au large de l'île d'Hokkaido présentaient des taux de 30 becquerel par kilogramme (Bq/kg) de césium 137, contre 0,3 à 1,3 Bq/kg en mer du Nord, au large du Groenland et de la Norvège. Sont également touchés les baleines franches du Pacifique Nord, les baleines grises du Pacifique du Nord-Ouest (quelques dizaines d'individus), les baleines à bosse (moins de 400 individus), les baleines bleues, la population occidentale de rorqual commun, le rorqual de Bryde et les cachalots. Des populations déjà très diminuées, notamment à cause de la pêche, parfois effectuée par des engins échappant aux contrôles.

Réactions3 réactions à cet article

 

Et oui, mesdames messieurs, Fukushima on en parle plus en France... les centrales nucléaires sont prolongées, Nicolas Sarkosy veut vendre de l'électricité nucléaire aux allemands qui font "l'erreur" de sortir du nucléaire... alors que Fukushima, ses conséquences, le peuple japonais les ont à vie! et nous aussi, via notamment le poisson! A quand le prochain scandale de la contamination par le poisson en France ?
Il faut prendre la décision de sortir le plus vite possible du nucléaire dans le monde entier. Les technologies de substitution existent, il faut investir dedans MAINTENANT. Le nucléaire était un pari il y a 40 ans, la France l'a saisi, il faut maintenant changer son fusil d'épaule. On a tout ce qu'il faut pour ça... sauf une décision politique!

yahoobruce | 12 juillet 2011 à 15h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Sarko se réfère au Général Degaulle et à ses succèsseurs, pour continuer dans le nucléaire.
Je sais que si ce n'est pas la France qui vend des centrales nucléaires dans le monde, ce sera la Russie, les US ou un autre sans vergogne qui le fera !
Mais si Mr Sarko était un visionnaire de la taille de Degaulle, il changerait son fusil d'épaule, par ce que Degaulle l'aurait fait ici et maintenant.
Pour moi Sarko est un suiveur dans ce domaine et non un visionnaire.
Il déssère un peu la grappe avec l'éolien offshore, mais cela ne représente que 1/10 de ce qu'il faudrait faire en ce moment en ENR .
Il est né dans le béton et ne connait pas la nature, il faut lui pardonner ce n'est pas de sa faute !!!

Ignasse | 14 juillet 2011 à 08h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je suppose que vous savez tous que le corps humain adulte a une radioactivité de l'ordre de 8000 Bq soit plus de 100 Bq par kg. Alors quel est le plus grave ? Une petite augmentation de la radioactivité après la dilution ou tous les déchets et leurs conséquences qui fait la quasi totalité de l'article. Mais hélas seul l'entretien de la peur du nucléaire fait vendre!

André | 14 juillet 2011 à 21h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…