En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La banquise arctique pourrait disparaître en été dans les 10 à 15 années à venir

Après 400 jours d'observations sur la banquise arctique, les responsables de l'expédition Tara ont présenté leurs observations particulièrement inquiétantes concernant la banquise arctique qui fond beaucoup plus vite que prévu !

Gouvernance  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
   
La banquise arctique pourrait disparaître en été dans les 10 à 15 années à venir
   
La banquise arctique joue un rôle primordial dans la régulation du climat terrestre notamment en réfléchissant les rayons solaires et en assurant la continuité des courants océaniques comme le Gulf Stream. Elle fait à ce titre l'objet de toutes les attentions des scientifiques.

C'est dans ce contexte que le voilier scientifique polaire Tara a commencé en septembre 2006, une dérive arctique avec l'objectif d'étudier les phénomènes liés aux changements climatiques. Avec sa coque ronde et plate, ce bateau peut se laisser bloquer par les glaces et est assez solide pour résister aux pressions extrêmes que la banquise peut exercer. Dirigée par Etienne Bourgois, cette expédition, au cœur de l'Océan Arctique s'inscrit dans le cadre de l'Année Polaire Internationale (API) 2007-2009. Elle est un partenaire du programme européen scientifique Damocles (Developping Arctic Modelling and Observing Capabillities for Long-term Environmental Studies). Ce Programme qui réunit 45 laboratoires issus de 10 pays européens, des Etats-Unis et de Russie vise à observer, comprendre et quantifier les changements climatiques en Arctique afin d'aider à la prise de décisions face au réchauffement de la planète. Son objectif final consiste à mettre en œuvre un système d'observations et de prévisions à long terme de l'Océan Glacial Arctique de façon à évaluer et prédire les risques et les impacts d'événements climatiques extrêmes.

Après un peu plus d'un an, l'équipage de la goélette polaire Tara et les scientifiques associés à ses observations ont présenté leurs observations concernant la banquise arctique après plus de 400 jours de dérive.

La communauté scientifique note un recul spectaculaire de la banquise de plus d'1 million de km2 de glaces de mer entre septembre 2005 et septembre 2007 et un accroissement de la vitesse de la dérive transpolaire qui va du détroit de Béring au détroit de Fram. Cette accélération des mouvements de la dérive transpolaire arctique, peut en partie être tenue pour responsable de la diminution de la surface couverte par la banquise à la fin de l'été 2007. Tara sortira de l'Océan Glacial Arctique avant la fin de l'année 2007 alors que nous prévoyions cette sortie au cours de l'été 2008, expliquent les scientifiques. Partie, en septembre 2006, de Lorient , la goélette polaire Tara devrait donc retrouver la Bretagne plus tôt que prévu.

Au cours de l'été 2007, les responsables de la mission Tara Damocles ont aussi constaté une accumulation de glaces compactes et épaisses le long des côtes du Groenland et du Canada ainsi que dans le détroit de Fram. Par contre dans tout le reste de l'Arctique la navigation dans les glaces n'a présenté aucune difficulté : lors de l'été 2007, il était possible de passer du delta de la Lena en Sibérie à celui du Mackenzie au Canada sans rencontrer un seul morceau de glace dérivante.

Enfin, les scientifiques ont mis en évidence une amplification des flaques de fonte à la surface de la banquise - qui recouvrent désormais plus de 50% de sa surface en été - et une augmentation de la pluviosité dans le secteur situé entre le Groenland, le Spitsberg et le pôle nord géographique liée à des entrées d'air chaud et humide en provenance du nord de l'Europe.

Toutes ces observations et les mesures collectées lors de l'expédition permettront aux scientifiques d'établir les causes de certains phénomènes constatés. Les recherches sont conduites à la fois dans l'atmosphère par l'analyse de 100 profils de température, d'humidité et de vitesse et direction du vent entre la surface et 2000 m d'altitude complétées par des analyses au sol entre 0 et 10 m et par l'analyse du rayonnement solaire incident et réfléchi, des flux radiatifs et turbulents et de l'albédo, expliquent les responsables du projet. Les recherches sont conduites aussi dans l'océan par l'analyse des relevés de température et de salinité entre la surface et 1000m ou plus de profondeur effectués toutes les 48 heures.

D'ores et déjà, l'équipe de Tara a relevé des indices forts de réchauffement des masses d'air et d'eau. En se basant sur les récentes observations de la banquise arctique, les responsables de la Mission estiment qu'il est fort probable que la banquise arctique aura disparu en été dans les 10 à 15 années qui viennent.
Au rythme actuel d'une perte de banquise de 500 000 km2 en plus chaque année en été et sachant que la surface actuelle à la fin de l'été est de l'ordre de 4 à 5 millions de km2, il suffirait donc de 8 à 10 ans pour que cette banquise d'été disparaisse, signale l'équipe de la mission. Selon les scientifiques, cette disparition contribuerait à fortement augmenter l'absorption par l'océan de 80% de l'énergie solaire incidente qui, autrement, en présence de glace, serait réfléchie vers l'espace. Conséquence : réchauffer localement l'océan superficiel, et ainsi l'atmosphère, ce qui entraînerait une fonte accélérée des glaces continentales du Groenland et une élévation du niveau de la mer de l'ordre de 1m (ou plus) d'ici la fin du siècle ! Cet afflux d'eau douce vers l'Océan de part et d'autre du Groenland, aurait aussi pour conséquence majeure de ralentir la montée des eaux chaudes et salées de l'Atlantique nord vers l'Océan Arctique et donc de refroidir l'Europe Occidentale entraînant un bouleversement climatique bien au delà des régions arctiques et subarctiques.
Enfin, une évolution des conditions environnementales en Arctique pourrait aussi avoir des conséquences géopolitiques et socio économiques : ouverture de nouvelles voies maritimes entre l'Est et l'Ouest, exploitation de ressources minérales (pétrole et gaz) et vivantes (pêche), changement radical des modes de vie des populations autochtones, modification des écosystèmes etc…

Réactions1 réaction à cet article

 
dynamique du climat de l'hémisphère boréal

Cet article et les observations effectuées par cette expédition ne font que confirmer à mon sens,les analyses du climatologue Marcel Leroux ,et de beaucoup d'autres:
1 :accroissement des échanges aérologique méridiens dans le trajet "nord-américain" des A.M.P.( anticyclones mobiles polaires)
2 :de ce fait, remontée plus fréquente des systèmes dépressionnaires de face avant des A.M.P. sur l'Atlantique du Nord-Est, et donc des effets climatiques de la dérive nord-atlantique au Nord de la mer de Barentz.
Il me semble qu'il serait bien de prendre en compte cette analyse de la "dynamique du temps et du climat"
Le maintien depuis fin octobre de t°s très basses au Nord Canada et au Nord Sibérien,( voyez les stations correspondantes!), engendre cet hiver un vaste englacement de l'Arctique et de ses annexes (mer de Baffin, archipels nord canadiens, baie d'Hudson etc) comme le montrent les images satellitaires de ce mois de Mars 2008 (voir les sites de celles-ci).
Il sera intéressant des suivre le rythme de déglacement de ces espaces jusqu'en Sept.2008.
Telles sont ces qq réflexions d'un géographe physicien qui aimerait ouvrir un dialogue constructif avec vous...après 40 ans de carrière et de recherches sur notre terre et qui voudrait quelque peu nuancer les affirmations dominantes avec un esprit constructif et pas du tout polémique.
Gérard Mottet,
Professeur émérite des universités,membre de la Société de géographie, de l'Académie des Sciences d'Outre-Mer et de la Société Géologique de France

Anonyme | 16 mars 2008 à 16h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager