En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La France estime le Cruiser sans danger pour les abeilles

Agroécologie  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
Après avoir autorisé en janvier dernier l'insecticide Cruiser utilisé pour l'enrobage des semences de mais, le Ministre de l'Agriculture Michel Barnier avait mis en place un dispositif de suivi de la situation des abeilles dans 3 régions : Aquitaine, Rhône Alpes, et Midi Pyrénées. L'autorisation d'utilisation de ces semences, qui n'a été accordée que pour une saison, s'est achevée au 15 mai.

Selon le Ministère de l'Agriculture, la surveillance effectuée dans ces trois régions n'a révélé aucune évolution préoccupante de la mortalité des abeilles, ni de défauts d'application des règles techniques sur la qualité de l'enrobage des semences et des conditions semis.

Dans le même temps, l'Allemagne a décidé le 15 mai de suspendre l'utilisation de plusieurs insecticides, dont le Cruiser. Le Bureau Fédéral pour le protection des consommateurs et la sécurité alimentaire (BVL) a ordonné la suspension de l'autorisation des produits pesticides d'enrobage de semences : Cruiser 350 FS, Cruiser OSR, Antarc, Chinook, Elado, Faibel, Mesurol liquide, et le Poncho.

Cette décision a été prise après un examen attentif des faits concernant les dommages importants sur les abeilles dans les régions du sud ouest de l'Allemagne, a précisé l'organisation Le Mouvement pour les droits et le respect des générations futures (MDRGF).

Selon l'organisation, l'étude réalisée a révélé que le semis avec certains semoirs pneumatiques conduisait à une exposition des abeilles supérieures à celle originellement modélisée durant le processus d'homologation.

De son côté, le ministère français de l'Agriculture a affirmé que l'Allemagne était confrontée à une surmortalité des abeilles dans le Bad-Württemberg et à des problèmes notamment liés à l'emploi de certains types de semoirs.

Ces éléments ne sont pas constatés dans la situation française, a souligné le Ministère. M. Barnier a demandé à l'Allemagne toutes les informations nécessaires à l'explication de cette surmortalité.

Le Ministre a également indiqué qu'il allait maintenir une grande vigilance dans la mise en oeuvre du protocole scientifique et a appelé ses services à assurer un suivi approprié des mortalités d'abeilles.

Fabriqué par Syngenta, le Cruiser est un insecticide d'enrobage des semences de maïs dont la molécule active est le thiamétoxam. Les apiculteurs et les associations dénoncent cet insecticide appartenant à la même famille que les substances actives du Gaucho et du Regent incriminés pour leur impact néfaste sur les abeilles et retirés du marché français en 2004.

Par ailleurs, le MDRGF a demandé au gouvernement français de tirer les conclusions de cette décision allemande et de retirer à son tour l'autorisation de mise sur le marché français du Cruiser.

Réactions1 réaction à cet article

 
Lettre à Messieurs M. Barnier et F. Fillon

Monsieur le Premier Ministre,
Monsieur le Ministre de l'agriculture,

Il serait souhaitable à l'avenir que vous preniez les dispositions pour faire que les agriculteurs conventionnels et intensifs ne soient pas laissés en proie aux doutes et aux difficultés financières et qu’ils puissent être former aux agricultures saines et respectueuses de l’environnement.

Il me semble que nous avons aujourd’hui, suffisamment d'informations pour comprendre que la voie prise il y a des dizaines années ne permet pas de préserver nos ressources environnementales et humaines et qu'il est temps de dessiner une nouvelle politique en faveur d'une agriculture respectueuse de l'environnement, de l'humanité et d'une économie (florissante).

Je suis à votre disposition pour vous apporter un éclairage sur ces points et vous démontrer la faisabilité de tels projets à l'avantage de l'ensemble de notre population et des populations étrangères.

La France doit montrer autre chose à la communauté internationale que des conflits stériles mais Ô combien dangereux pour le fonctionnement de notre démocratie. La France doit aussi montrer sa capacité à ne pas se comporter en fossoyeur des économies vivrières de nos amis étrangers.

Il est temps également d'appeler chaque française et français à tenir ses engagements et agir selon un comportement responsable. C'est pourquoi, je vous invite prestement à communiquer sur la notions de coût global, de cohérence d'achat (et non de pouvoir d'achat) et de responsabilité individuelle et collective.

En effet, il me semble totalement incongrue et dommageable de parler de pouvoir d'achat et de croissance alors que notre planète ne peut satisfaire nos besoins en raison de l'anarchie qui règne dans la sphère du commerce et de ses limites intrinsèques. Ici, j'attire votre attention sur le fait, que la sphère économique est totalement assujettie à la sphère environnementale aussi, je vous invite à le faire savoir à toutes celles et ceux qui échafaudent aujourd'hui des calculs d'apothicaires pour déterminer le montant des pertes que nous subirions dans les années à venir si nous ne faisons rien !

L'irresponsabilité de tels raisonnements donnant comme résultat la poursuite d'une économie malsaine, il est de notre responsabilité d’agir en sens opposé en axant les actions sur les opérations de sensibilisation et prenant garde à ce qu’elles ne soient brouillées constamment par des messages publicitaires désormais incompatibles avec un fonctionnement cohérent de notre démocratie.

Je prendrai pour exemple, les publicités qui louent les produits phytosanitaires et les ventes de voiture conventionnelles.

Je suis à votre disposition pour en discuter de vive voix afin d’étudier et mettre en œuvre ensemble, les différentes actions possibles aujourd’hui.

Je souhaite une bonne journée et vous adresse mes respectueuses salutations.

Hervé le Grand.

Hervé le Grand | 05 juin 2008 à 06h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager