En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

EnR électriques en France : bilan en demi-teinte des filières en 2011

Alors que l'éolien connaît un ralentissement, les secteurs du photovoltaïque ou du biogaz sont plombés par des tarifs d'achat insuffisants, selon Observ'ER. Le solaire thermodynamique ou l'éolien en mer, via les appels d'offres, sont prometteurs.

Energie  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

L'Observatoire des énergies renouvelables (Observ'ER), en partenariat avec l'Ademe, dresse un bilan des filières renouvelables électriques en France arrêté à mi-2011. L'éolien, le solaire photovoltaïque et thermodynamique, l'hydraulique ou encore le biogaz, la géothermie et les énergies marines sont ainsi passés au crible. Parallèlement, le Service d'observation et statistiques (SOeS) du Commissariat général au développement durable a publié son tableau de bord éolien-photovoltaïque du quatrième trimestre 2011.

L'éolien terrestre "en panne de croissance"

Résultats : d'après les derniers chiffres du SOeS parus le 24 février, 800 MW d'éolien terrestre ont été raccordés en 2011 portant le parc à 6.756 MW de puissance totale cumulée. Soit une baisse de 37% de nouvelles capacités par rapport à 2010. La production éolienne s'est accrue de 24 % à 11,6 TWh. Fin décembre 2011 : 381 projets étaient encore en file d'attente pour une puissance totale de 5.474 MW, précise le SOeS.

"Depuis le début de l'année 2011, le rythme de progression s'est nettement ralenti" et l'entrée en vigueur  le 26 août dernier par décret de la procédure des installations classées (ICPE) "risque de ne pas améliorer la situation", prévient de son côté Observ'ER dans son baromètre. La filière éolienne terrestre, ralentie par la multiplication des procédures administratives ne devrait pas atteindre ses objectifs 2012 et 2020, estime l'Observatoire. La filière est en effet très loin des 11.500 MW de puissance éolienne installée pour fin 2012 (dont 1.000 MW d'éolien en mer) et 25.000 MW en 2020 (dont 6.000 en mer) prévus dans le plan national EnR… Observ'ER ''espère que les procédures annoncées par la ministre début novembre 2011 permettront d'accélérer l'instruction des projets dans leur globalité''.

Eolien en mer, géothermie et solaire thermodynamique : trois secteurs potentiels

''Seul point de satisfaction'', juge-t-il toutefois : l'appel d'offres éolien en mer de 3 GW, publié en juillet dernier, ''marque le début d'une nouvelle étape pour la filière'' et s'avère prometteur.''Ce premier appel d'offres sur les côtes françaises est à la fois fédérateur et générateur" de plus de 4.000 emplois directs "pérennes".

 
L'hydraulique, toujours au premier rang La filière hydroélectrique reste la première source d'électricité renouvelable en France. Selon le baromètre, le parc de production national était de 25.717 MW pour une production de 67.542 GWh fin 2010. Soit environ 11,9 % de la production électrique totale dont les trois quarts proviennent des régions Midi-Pyrénées, Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côtes d'Azur.

Le renouvellement des concessions hydroélectriques portant sur 10 lots d'ici 2015, doivent être soumises par l'Etat à appel d'offres à partir de 2012. D'ici à 2014, 5.300 MW - soit plus de 20 % du parc français - sont appelés à être renouvelés. Une deuxième vague de renouvellements à hauteur de 6.000 MW devrait avoir lieu entre 2015 et 2025.
 

De son côté, la filière des énergies marines ''avance comme le prouve l'immersion d'une hydrolienne de 500 kW au large de Paimpol au cours de l'automne 2011", rappelle le baromètre. Selon EDF, de 5 à 14 TWh/an, soit 2,5 à 3,5 GW de puissance des courants marins, peuvent être exploités le long des côtes de l'Hexagone. Sur les 6 GW d'EnR en mer prévus d'ici 2020, 800 MW, répartis principalement entre l'hydrolien, l'houlomoteur et l'énergie thermique des mers, pourraient être visés, d'après l'Ademe.

Autres secteurs ''à fort potentiel'', selon le baromètre : la géothermie haute température, avec 16 MW de puissance installée fin 2010, et le solaire thermodynamique, avec seulement 1,01 MW fin 2010. Si la puissance de cette filière "est pour l'instant très faible, la recherche et le développement commencent cependant "à se structurer". L'Appel à manifestations d'intérêt (AMI) de janvier 2011, lancé par l'Ademe, et l'appel d'offres solaire gouvernemental du 15 septembre dernier concernant les installations d'une puissance supérieure à 250 kWc (qui dédie 37,5 MW à ces technologies) "ont donné une nouvelle impulsion à la filière. À terme, la France pourrait développer des savoir-faire, notamment dans la technologie à miroirs de Fresnel et dans le stockage", explique Observ'ER.

Quant à la géothermie : si aucune autre centrale n'est venue compléter le parc français composé des deux seuls sites de production basés à Bouillante (Guadeloupe) et à Soultz-sous-Forêts (Bas-Rhin), la filière "n'a pour autant pas fait du surplace''. La filière a vu ses tarifs d'achat de l'électricité revalorisés en juillet 2010 (jusqu'à 200 €/MWh en métropole et 130 €/MWh en Outre-mer). De "nouvelles voies" commencent aujourd'hui à déboucher sur des exploitations industrielles à plus grande échelle, indique l'Observatoire. EDF prévoit ainsi de mettre en route en 2017 une grosse centrale de 100 MW pour alimenter la Guadeloupe, la Martinique et la Dominique.

Photovoltaïque, biomasse solide, biogaz : des secteurs plombés par leur tarifs d'achat ?

En revanche, les tarifs d'achat en baisse des secteurs du photovoltaïque (-20%) et de la biomasse solide (-5%) et insuffisants du biogaz ''n'ont pas rassuré les opérateurs sur leur capacité à initier de nouvelles dynamiques de projets'', déplore l'Observatoire. Concernant le photovoltaïque : si, selon le SOeS, la puissance du parc français a été multipliée par près de 2,5 (par rapport à 2010) pour atteindre 2.802 MW raccordés fin 2011,''ces chiffres de marché très prometteurs cachent un profond malaise", tempère Observ'ER. Le développement du photovoltaïque français subsiste "par la seule inertie des dossiers déposés en 2010, avant le moratoire'' mis en œuvre au 1er trimestre 2011 qui a ''brisé la dynamique de croissance''."Un léger ralentissement" des puissances en attente de raccordement a déjà été observé par le SOeS en fin d'année. La filière ''connaît en 2011 des destructions d'emplois par milliers''.

La filière biomasse solide (déchets de bois matériau, paille…) a de son côté atteint une puissance installée de 191 MW fin septembre dernier et produit 1.360 GWh d'électricité en 2010. Mais ''depuis presque 10 ans, les différents tarifs d'achat appliqués à la filière n'ont guère convaincu de leur capacité à faire croître le secteur'', relève Observ'ER. Le nouveau tarif en baisse de 5% ''défavorise tout particulièrement les projets de petite ou moyenne puissance''. La longue durée d'instruction des appels d'offres "a aussi été à l'origine de l'abandon de certains projets sélectionnés". La filière biogaz a, quant à elle, atteint 190,75 MW de puissance installée fin juin dernier et produit 1.005 GWh en 2010. La très attendue revalorisation des tarifs d'achat (20 c€/kWh maximum) en mai 2011 ''a laissé un sentiment mitigé à de nombreux acteurs du secteur jugeant le calcul de la prime à l'efficacité ''défavorable''. La plupart des projets "ont encore besoin d'aides complémentaires pour émerger''.

Alors que la ''réussite" des appels d'offres lancés (photovoltaïque, éolien en mer, biomasse solide) ne pourra pas être évaluée avant les prochaines années, "la plupart des objectifs fixés par le gouvernement en termes de seuils énergétiques à atteindre fin 2012 ne seront pas respectés. Ces signes sont autant d'alertes sur la capacité du pays à réussir ses engagements en matière de renouvelable pour 2020'', conclut Observ'ER.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager