Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Sivens : vers la mise en place d'un comité de suivi ?

Aménagement  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com

"D'ici la fin d'année, [il faudra] être au clair sur les alternatives. Soit un projet recalculé, soit des ouvrages alternatifs", a déclaré Ségolène Royal, lors de la réunion avec les parties prenantes du projet de barrage de Sivens, mardi 4 novembre, rapporte un tweet du ministère de l'Ecologie.

La ministre a assuré vouloir que la solution trouvée réponde au besoin en eau tout en conciliant l'agriculture et l'environnement. "La destruction de l'environnement coûte beaucoup plus cher que sa préservation", a-t-elle-constaté dans un tweet.

Suspendu après la mort d'un militant écologiste sur le site, le projet prévoyait de stocker 1,5 million de mètres cube d'eau. Le rapport d'expertise, demandé par Ségolène Royal, considère que s'il est difficile d'arrêter le chantier, en revanche comme le volume d'eau destiné à l'irrigation a été surestimé, il est nécessaire de le revoir à la baisse.

La ministre a annoncé qu'un comité de suivi, sorte de "commission locale de l'eau", serait mis en place "pour que les choses soient très transparentes".

Durant la réunion, Ségolène Royal a également demandé l'évacuation du terrain "en accord avec les associations environnementales". Requête rejetée, tout du moins par FNE et les Amis de la terre. Ces derniers considèrent que "c'est à un abandon et non à un redimensionnement qu'il faut travailler et à une restauration du milieu détruit. Nous ne nous contenterons pas non plus de mesures compensatoires, même si elles sont multipliées à l'infini".

Réactions2 réactions à cet article

 

Et à quand une réforme de la procédure des pseudo-enquêtes publiques?!?
Puisque tous ces grands projets inutiles les passent sans problème. Notre-Dame-des-Landes, Lyon-Turin, Sivens, Center Parcs. Les conclusions de ces enquêtes publiques sont toujours favorables à ce type de projets, sous-utilisés, surdimensionnés, coûteux, même quand il y a eu 80% d'avis négatifs! L'argumentation des opposants n'est jamais prise en compte. Pire, à l'occasion de ces enquêtes publiques, aucune alternative ne fait vraiment l'objet d'étude de faisabilité économique ou d'approfondissement.

Circulez la messe est dite. Les élus ont fait le choix (pour faire plaisir à une corporation, par conflit d'intérêts personnel ou pour le prestige local). L'enquête publique est juste là pour donner l'impression de s'exprimer. Mais tout ca, ca suffit maintenant!

A cause de quelques projets comme ceux-là, tous les projets d'infrastructures en France sont mis dans le même panier, même ceux qui sont bien ficelés et on fait la confusion entre l'opposition nimbyste (pas de ça chez moi dans mon jardin même si c'est dans l'intérêt général) et l'opposition citoyenne, légitime, contre le gaspillage d'argent publique.

Gaet | 08 novembre 2014 à 19h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quel est vraiment l'intérêt d'un enquête publique quand, en conclusion, on a un avis défavorable de celle-ci et qu'on a quand même un démarrage des travaux...
Cf le Center Parcs à Roybon en Isère avec encore une fois, comme à Sivens et Notre-Dame-des-Landes, une destruction de zone humide !!

Gaet | 10 novembre 2014 à 16h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Aquaphon® A150 : détecteur électroacoustique de fuites pour réseaux d'eau SEWERIN