Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La base de données NegaOctet évalue l'impact environnemental des services numériques

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Quatre acteurs français du numérique, réunis au sein du consortium NegaOctet, lancent, ce 30 novembre, la « première base de données » d'analyse du cycle de vie (ACV) consacrée à l'évaluation de l'impact environnemental des services numériques.

Le consortium NegaOctet est composé du collectif GreenIT.fr, qui fédère les acteurs de la sobriété numérique, du Laboratoire central des industries électriques (LCIE) de Bureau Veritas ainsi que les cabinets de conseils APL Datacenter et DDemain. Ils « œuvrent ensemble depuis plus de dix ans sur des projets d'écoconception de data center et cloud, de calcul des impacts réseaux ou encore des travaux d'affichage environnemental des terminaux et l'évaluation de l'empreinte de services numériques », rappellent les partenaires dans un communiqué commun.

Baptisée NegaOctet, cette base de données est le résultat d'un projet de recherche lauréat de l'appel à projets Perfecto de 2018 de l'Agence de la transition écologique (Ademe). La base regroupe 15 000 données, portant sur les derniers modèles de téléphones portables aux infrastructures des centres de données.

Dix indicateurs évalués

Ce référentiel inclut ainsi des données sur les composants numériques (mémoire vive, microprocesseur, etc.), sur les équipements (« que les utilisateurs pourront enrichir eux-mêmes »), sur les systèmes (donnée générique de service de cloud public, datacenter type...), et sur les services numériques (visioconférences, utilisation d'objet connecté, stockage de données dans le cloud). Dans les impacts calculés, la base de données permet d'évaluer une dizaine d'indicateurs, dont le changement climatique, l'épuisement des ressources abiotiques minérales et fossiles, l'épuisement de la ressource en eau, les émissions de particules fines, les radiations ionisantes, la consommation d'énergie primaire, la production de déchets et le « sac à dos écologique » (indicateur MIPS).

Une sélection de données sera « accessible gratuitement dans les prochaines semaines » depuis la « Base Impact » de l'Ademe, précisent les partenaires. « La base complète et l'accès à l'ensemble des travaux menés par le consortium depuis trois ans sont commercialisés en deux jeux de données : facteurs d'impacts environnementaux et inventaire du cycle de vie ».

Ce référentiel « permettra de mieux comprendre les impacts environnementaux du numérique aussi bien à un niveau microscopique (depuis le wafer de silicium) qu'à un niveau macroscopique (celui du service) », a déclaré Julie Orgelet, consultante écoconception et fondatrice de DDemain. « Les impacts environnementaux du numérique vont tripler entre 2010 et 2025. Alors que la France et l'Europe légifèrent sur le sujet, les entreprises privées et publiques doivent se préparer aux obligations d'affichage environnemental à venir. L'objectif de NegaOctet est de leur permettre d'avoir un train d'avance », a souligné Frédéric Bordage, fondateur de GreenIT.fr.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Conseil en résilience environnementale LPA-CGR avocats