En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Bâtiment et Covid-19 : plus de la moitié des chantiers de BTP ont repris

Stoppés par le coronavirus, plus de la moitié des chantiers de BTP ont aujourd'hui repris. À l'heure du déconfinement, le Gouvernement ambitionne une reprise de tous les chantiers avant fin mai et appelle les particuliers à relancer leurs travaux.

Bâtiment  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Bâtiment et Covid-19 : plus de la moitié des chantiers de BTP ont repris

Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a visité un chantier de construction de logements à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), lundi 11 mai, pour marquer le début du déconfinement et la reprise de l'activité dans les entreprises. « Le secteur des travaux publics est vital pour notre économie. Quasiment à l'arrêt pendant plusieurs semaines, il redémarre progressivement depuis plusieurs jours comme ici, à Saint-Germain-en-Laye », a indiqué le ministre. « Les travaux publics sont un symbole du redémarrage de l'économie française », estime-t-il.

Tous les chantiers peuvent-ils reprendre avant fin mai ?

Le 12 mai, le ministre du Logement, Julien Denormandie et la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, casqués et masqués, ont à leur tour visité un chantier d'écoquartier à Montévrain (Seine-et-Marne). Face à l'épidémie du coronavirus, « le respect des règles sanitaires » a permis une reprise des travaux la semaine dernière sur le site, a souligné Julien Denormandie, tout « en assurant la pleine sécurité des salariés », a ajouté Muriel Pénicaud. Le guide professionnel de bonnes pratiques rédigé par l'Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBTP) a été publié le 2 avril dernier. Le Gouvernement appelle à relancer les chantiers interrompus par la crise du Covid-19, et le confinement imposé mi-mars en France. « La reprise est là mais elle doit encore monter en puissance », a indiqué mardi M. Denormandie sur la chaîne BFM Business. « J'ai bien conscience que tous les chantiers ne sont pas de taille équivalente mais la reprise est nécessaire et possible », a-t-il déclaré.

Le ministre a précisé que 53 % des chantiers ont déjà repris, contre 35 % il y a dix jours. Julien Denormandie fixe l'objectif de reprise de tous les chantiers avant la fin mai. « Il faut qu'on soit très ambitieux », a-t-il ajouté sur BFM Business. Mais la filière du bâtiment doute d'une reprise intégrale dans l'immédiat. « Même si on se bat pour que tous les chantiers reprennent, c'est illusoire de penser qu'on sera à 100 % fin mai », a prévenu Jacques Chanut, président de la Fédération française du bâtiment (FFB), auprès de l'AFP.

Appel aux particuliers à (re)lancer leurs travaux

M. Chanut tablerait sur une reprise totale après les vacances. Il a cité deux freins au redémarrage des travaux, notamment chez les particuliers : « 50 % d'entre eux n'ont pas repris car les clients hésitent de peur d'être contaminés par les artisans. N'oublions pas que ce sont les clients qui décident si un chantier doit reprendre », a-t-il expliqué au Figaro. Il y a également un problème de prise en charge des surcoûts de matériel et de maintenance, liés notamment aux mesures sanitaires. Bruno Le Maire n'exclut pas un partage des coûts avec les acteurs publics. De son côté, Julien Denormandie a souligné le rôle de la rénovation énergétique des logements comme moteur de la relance du secteur, en rappelant les aides publiques disponibles pour les particuliers, comme MaPrimeRénov' de l'Agence nationale de l'habitat. Le Gouvernement vient de publier une note destinée aux particuliers, les assurant de l'absence de risques pour réaliser leurs travaux, grâce au respect des gestes barrières et aux précautions prises par les artisans et les entrepreneurs. Pour les artisans du bâtiment, les travaux chez les particuliers représenteraient les deux tiers de leur activité, a souligné Patrick Liebus, président de la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB). Le syndicat professionnel constate une amélioration du secteur avec « le déconfinement, qui signe le retour des artisans du BTP chez les particuliers ».

 
Même si on se bat pour que tous les chantiers reprennent, c'est illusoire de penser qu'on sera à 100 % fin mai.  
Jacques Chanut, président de la Fédération française du bâtiment
 
Du côté des copropriétaires, l'Agence parisienne du climat (APC), via son programme « Éco-Rénovons Paris », a observé de « nombreux impacts » sur l'activité de la rénovation énergétique des immeubles parisiens, depuis le début de la crise du Covid-19. L'APC a interrogé les institutions, entreprises et fédérations professionnelles du territoire de la métropole parisienne. Elle a dévoilé les résultats de son enquête le 12 mai. La majorité des assemblées générales de copropriétaires va être décalée en septembre, « ce qui aura un fort impact sur le vote de travaux de rénovation en 2020 », souligne l'APC. Toutefois, les demandes d'aides financières pour des projets de travaux de rénovation « fonctionnent normalement », ajoute l'APC. De même, le confinement pourrait « avoir contribué à accélérer la prise de conscience sur l'importance du confort et de l'isolation des logements ».

CEE : reprise progressive des chantiers de rénovation

Concernant les sociétés délégataires de certificats d'économies d'énergie (CEE), Geo PLC - Hellio a annoncé le taux de 10 % de reprise de ses chantiers de rénovation énergétique en avril, et prévoit 40 % en mai. Fin avril, Christophe Février, fondateur de Geo PLC - Hellio, a appelé le ministère de la Transition écologique à reporter les audits sur les chantiers à la sortie du confinement. Ses artisans partenaires ont vu leur chiffre d'affaires baisser d'environ 50 % depuis la crise du coronavirus. La société a aussi alerté sur l'instruction et la délivrance des CEE, qui est tardive et « pèse sur la trésorerie avancée pour cette reprise de chantiers ».

Franck Annamayer, président de Sonergia, annonce également une reprise progressive de ses chantiers. « Globalement, nos partenaires qui réalisent des travaux dans des endroits isolés de la maison (cave, garage par exemple pour l'installation d'une chaudière) ont moins de mal à convaincre les particuliers de faire les travaux. Aussi, les particuliers qui ont signé un devis avant le confinement acceptent de faire les travaux dès le début du déconfinement. Probablement parce qu'un lien, une confiance, est déjà né avec le professionnel avec qui il y a eu un contact. Il nous semble, par contre, que le rendez-vous à prendre pour réaliser la visite technique, et donc faire le devis, est nettement plus compliqué à prendre par nos partenaires », a précisé M. Annamayer à Actu-Environnement. « Globalement, la fin de l'année 2020 reste tout de même complexe à planifier. La stabilité des aides à la rénovation jouera pour beaucoup dans la reprise », a-t-il ajouté.

Redémarrage des projets de construction

Depuis le 20 avril, les professionnels ont aussi redémarré certains chantiers de construction, selon la société de conseil et d'études TBC Innovation. En outre, l'instruction des demandes de permis de construire et des autorisations d'urbanisme reprendra le 24 mai, permettant de relancer les chantiers.

Malgré les mesures de chômage partiel, le BTP aurait perdu 10 000 emplois en mars dernier, selon le président de la FFB. Si la crise sanitaire a eu un impact économique sur les acteurs du BTP, elle en aura également eu sur la mise en œuvre reportée de plusieurs réformes courant 2021.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager