En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement
Pole Expertise

Quand la donnée devient la clé d'une exploitation intelligente des bâtiments

Équiper un bâtiment de capteurs c'est bien, savoir analyser les données c'est encore mieux. C'est là qu'entrent en jeu les plateformes de BIM Exploitation en redonnant une nouvelle dimension au Smart Building. Détails avec M. Le Cointe, de Delta Dore.

Avis d'expert  |  Bâtiment  |    |  Actu-Environnement.com

La transition énergétique est dans toutes les têtes des acteurs de la construction, tandis que le pilotage du confort et des coûts qu'elle induit conduit l'innovation dans l'exploitation des bâtiments. C'est ainsi que les plateformes de BIM Exploitation ont récemment fait leur apparition dans l'univers du Smart Building. En agrégeant l'ensemble des data disponibles dans un bâtiment sur une interface unique et en les transformant en données exploitables, elles ouvrent de nouvelles et nombreuses possibilités aux gestionnaires, exploitants et occupants d'un lieu.

Un pilotage centralisé porteur de valeur et de satisfaction

Le BIM Exploitation apparaît comme le moteur d'une toute nouvelle façon d'appréhender et d'optimiser le pilotage d'un bâtiment. En agrégeant sur une console unique toutes les données issues des différents systèmes de surveillance et de contrôle (maquette BIM, GTB, GMAO, services Cloud, IoT, etc.), il permet une exploitation intelligente.

Les données (data), disponibles en temps réel dans de nombreux formats, sont rendues compatibles entre elles dans la plateforme de BIM Exploitation. Elles peuvent dès lors communiquer et interagir, venant alimenter et enrichir des applications existantes (réservation de salles, orientation dans le bâtiment, géolocalisation, paiement de la cantine, accès au parking et aux étages, contrôle du chauffage ou des stores…) ou permettant d'en inventer de nouvelles. Autant de services ajoutés porteurs de satisfaction pour les occupants d'un bâtiment, qui y gagnent en simplicité au quotidien et en confort de vie.

Réussir son mix énergétique et optimiser la maintenance du bâtiment

Le BIM Exploitation donne également l'opportunité à chaque exploitant de réussir son mix énergétique en apportant des réponses innovantes aux questions telles que : quand stocker mon énergie ? Où trouver de nouvelles sources renouvelables ? À quel moment délester pour éviter un surcoût énergétique ? Grâce à l'analyse précise des postes de consommation et à la création de scénarios d'usage, l'exploitant trouve plus facilement le bon équilibre entre énergies fossile et renouvelable, tout en identifiant mieux les dispositifs potentiellement énergivores du bâtiment.

Certaines plateformes de BIM Exploitation dispose également de fonctionnalités très pratiques, comme un moteur de recherche intelligent, pour localiser rapidement un équipement défaillant sans avoir besoin d'explorer physiquement le bâtiment. Toutes les informations utiles à la résolution d'un problème sont à portée de main : un gain de temps et d'efficacité. Il est parfois même possible de commander une pièce à remplacer directement depuis l'interface de la plateforme.

De la même façon, en s'appuyant sur les données concernant l'usage réel du bâtiment par les occupants, de bonnes pratiques peuvent être définies pour améliorer différents process pilotables à distance, tels que le réglage de la température en fonction des pics de présence dans une pièce.

Des données sécurisées et mieux utilisées

Parce que les données du bâtiment sont au cœur de la performance des plateformes de BIM Exploitation, les exploitants prendront soin de s'assurer que leur sécurité et leur confidentialité sont garanties. Il s'agit notamment d'empêcher l'introduction de hackers dans les systèmes du bâtiment, qui pourraient venir les dérégler ou exiger une rançon en échange de leur reprise en main.

Autre point-clé : la capacité de certaines plateformes à guider le gestionnaire dans son choix de stocker ou de supprimer certaines données. En effet, les différents systèmes d'un bâtiment (GTB, BIM, etc.) produisent des milliers de (données) data chaque jour. Toutes n'ont pas la même utilité. Ainsi, si le fait de savoir qu'une personne se trouve dans une pièce à un moment donné peut avoir un intérêt à un instant T, ce ne sera plus le cas une fois cet événement passé. Au contraire, la donnée de comptage, cumulée dans le temps, va permettre de réaliser des analyses qui viendront soutenir le pilotage énergétique du bâtiment. De même, des indicateurs de performances permettront d'identifier les dispositifs les plus utilisés et de mieux comprendre les besoins de leurs utilisateurs.

Certaines plateformes de BIM Exploitation donnent également la possibilité de distribuer la bonne donnée à la bonne personne au bon moment : occupant, gestionnaire ou exploitant. Auparavant, les systèmes de GTB ne distribuaient la donnée (data) qu'au seul gestionnaire quand l'occupant ne pouvait en avoir aucune. Désormais, en taguant les données, celles-ci peuvent être mises à disposition de ceux qui en ont besoin. Demain, l'introduction de l'Intelligence artificielle dans les plateformes de BIM Exploitation permettra d'identifier les données (data) les plus recherchées et par qui, afin de les affecter automatiquement à cette personne.

Enfin, lorsque l'on sait que 80 % des coûts d'un bâtiment sont liés à son exploitation, on comprend tout l'intérêt qu'il y a à s'intéresser de près à ces nouvelles technologies !

Avis d'expert proposé par Mathieu Le Cointe, directeur marketing et communication pôle smart building Delta Dore

Réactions2 réactions à cet article

 

Même si la connaissance de nombreuses données puisse être utile pour actionner des modèles, des algorithmes, ... je ne suis absolument pas convaincu de cette tendance. Sans en référer au 'bon sens' trop souvent galvaudé par les politiques et les médias, j'aimerais attirer l'attention que trop de technologie numérique peut être nuisible. D'une part parce qu'elle favorise les gros voire les monstres du domaine, d'autre part parce que cette technologie est énergivore et enfin parce que notre nature d'être vivant devrait nous inciter à faire marcher NOS muscle, NOS neurones pour notre équilibre psychique. Et puis quand les projets sont à taille humaine et adaptables aux changements rapides de notre environnement, mieux vaut une tête bien faite qu'un supercalculateur !

olibio | 22 mai 2020 à 16h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Entièrement d'accord avec olibio, en plus cela va à l'encontre de ce que souhaite la grande majorité de la population : une vie avec moins de "smart", plus apaisée. Nous n'en avons juste pas besoiin !

Philippe Charles | 25 mai 2020 à 12h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager