Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Après un an de campagne renforcée, l'heure est au bilan pour l'éco-organisme Screlec

Conventionné par l'État pour collecter et traiter les piles et accumulateurs mis sur le marché par ses adhérents, l'éco-organisme Screlec présente un bilan qu'il juge satisfaisant suite au renforcement de ses installations de collecte.

Déchets  |    |  Florence Roussel
Éco-organisme créé en 1999, dans le cadre du décret 99-374 relatif aux piles et batteries, Screlec prend en charge les obligations légales de ses adhérents en matière de collecte et de recyclage. Conventionné par les Pouvoirs Publics, il doit garantir la conformité des procédures de collecte et de recyclage dans le respect de la législation sur l'environnement. Suite à la parution de la nouvelle directive européenne fixant les objectifs de collecte à 25% des produits mis sur le marché à atteindre au plus tard en septembre 2012 et à 45% en 2016, l'éco-organisme a lancé en juin 2006 une campagne de communication pour relancer la collecte des piles et batteries. Baptisé Batribox, cette campagne avait pour objectif de contribuer à une forte prise de conscience de la part du grand public et à amorcer le déstockage domestique des piles et batteries en mettant en avant une filière de collecte dédiée. Sur le terrain, cette campagne s'est traduite par la diffusion de nouveaux bacs collecteurs dans les grandes surfaces alimentaires ou spécialisées et chez les détaillants et par l'organisation d'une journée nationale en octobre dernier.

Résultat, Screlec compte aujourd'hui 229 adhérents soit 75 de plus qu'en 2005. Ces derniers proposent de nouveaux points de collecte dont le nombre atteint désormais 10.000 au niveau national. L'objectif fixé par l'État à travers la convention est donc atteint pour l'éco-organisme car ces nouveaux points de collecte ont permis d'améliorer la récupération. Plus de 1.120 tonnes de piles et accumulateurs usagés ont été collectées en 2006 par l'éco-organisme contre 859 tonnes en 2005. Concernant les taux de collecte, les résultats sont plus mitigés du fait du nombre d'adhérents qui n'a cessé d'augmenter au cours de l'année 2006. Les quantités de piles et d'accumulateurs mises sur le marché sont donc passées de 4.000 t en 2005 à plus de 6.000 t début 2007 sur les 30.000 tonnes mis sur le marché chaque année. Screlec a ainsi collecté 20% des produits mis sur le marché par tous ses adhérents actuels.

L'éco-organisme compte bien atteindre le taux de collecte de 25% dès l'année prochaine en renforçant de nouveau son réseau et en donnant encore plus de visibilité à sa campagne. Screlec mise sur les actions de proximité simples, mesurables et ludiques liées à la campagne Batribox mais également sur la nouvelle filière de collecte des DEEE qui contiennent 25% des piles et accumulateurs même si pour l'instant aucun partenariat n'est prévu entre Screlec et les éco-organisme de la filière DEEE.

Rappelons également que la nouvelle directive européenne sur les piles et accumulateurs devrait être transposée en droit français avant le septembre 2008. Outre les taux de collecte, elle fixe également des taux de recyclage d'au moins 65% du poids moyen des piles et des accumulateurs plomb-acide, un recyclage de 75 % du poids moyen des piles et des accumulateurs nickel-cadmium, et un recyclage d'au moins 50 % du poids moyen des autres déchets de piles et d'accumulateurs.

Réactions3 réactions à cet article

 
et les piles "bouton" ?

si je suis bien informé, le recyclage des piles bouton n'existe toujours pas !
de plus il existe en plus des "accus" rechargeables, des chargeurs de piles fabriqués par un Coréen je crois (j'en ai un à la maison) ; il permet de recharger une dizaine de fois les piles normales salines ou alcalines, alors on s'y met ?

Anonyme | 21 juin 2007 à 09h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Monsieur Alioune NDIAYE Envitronnementaliste

L'éffort de éco-organisme est à salué notamment en 2006. L'approche de proximité, assurémment pourra donner une forte impulsion à cette campagne.
Mon intervention est surtout axé sur les possibilités de mener des actions comme la votre dans mon pays le Sénégal et surtout à Dakar. Car aujourd'hui prolifère beaucoup de produits fabriqués en Chine et accéssible aux populations du continent Africain et avec lesquels on utilise des piles (radio, lampe torche, jouets, calculatrices etc....)
En tous cas je suis tràs interessé par ces activités

Monsieur Alioune NDIAYE Villa N°30 EL AMAL Patte D'Oie DAKAR SENEGAL

Anonyme | 08 juillet 2008 à 16h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Essayons donc autre chose

Source https://www.actu-environnement.com/ae/news/collecte_piles_batteries_accumulateurs_5365.php4
En 2007, 28.700 tonne de piles et 4.939 tonnes d'accumulateurs portables ont été déclarés mis sur le marché, selon l'Observatoire piles et accumulateurs. En 2006, 8.769 tonnes de piles ont été collectées, 1.595 tonnes d'accumulateurs portables, soit un taux de collecte respectif de 30,5 % et 25,6 %. Si la collecte des piles a progressé de 11 % par rapport à l'année précédente, la collecte d'accumulateurs n'a connu qu'une légère augmentation.
Et si l'objectif de collecte des piles et accumulateurs portables fixé par la directive européenne 2006/66/CE pour 2012 est déjà atteint, la stagnation du taux de collecte national autour de 30 % depuis plusieurs années laisse présager des difficultés pour atteindre 45 % en 2016 si aucune mesure supplémentaire n'est prise, selon l'observatoire. La collecte des piles et accumulateurs n'échappe pas à la tendance générale française de stagnation de la collecte des déchets… Pourtant, aujourd'hui, plus de 50 % d'un accumulateur peut être extrait et réintroduit dans un nouveau produit.

Je ne sais pas mais ne trouvez-vous pas que les résultats sont pauvres? En somme cette filière du retour vers le distributeurs ne marchent pas vraiment. Plusieurs raisons pouvant expliquer ce phénomène. Je pense que des solutions paralèlles devraient naitre comme celle d'un emballage de vente qui se transforme en un petit colis postal quand il a accueillit les piles usagées. On transporte déjà des piles par la poste pourquoi ne pas transporter les piles usagées?
Il existe un tel emballage spécial il existe depuis plus longtemps que Screlec. Le système proné existe depuis suffisamment longtemps, nous nous devons de revoir la copie.
Pour en savoir plus vous pouvez m'écrire à plivert@hotmail.com

plivert | 29 août 2008 à 21h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]