Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Batteries : les acteurs de la recherche publique et les industriels rassemblés dans un réseau national

Energie  |    |  Carine Seghier  |  Actu-Environnement.com
La ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse, a annoncé, le 2 juillet 2010, la création d'un réseau national de recherche et technologie sur les batteries.

Rassemblant les principaux acteurs de la recherche publique et les industriels du secteur, il poursuit un objectif : accélérer l'innovation et le développement de l'activité industrielle dans le domaine des batteries pour ''répondre au mieux à l'exigence d'une consommation énergétique compatible avec le Grenelle de l'environnement'', indique le ministère de la recherche dans un communiqué.

Selon le dossier de presse, cette organisation réduira les ''temps de transfert des connaissances des laboratoires vers l'industrie, offrira aux industriels une vision claire des projets des différents laboratoires et définira une stratégie scientifique'' partagée entre ces acteurs. Cette nouvelle stratégie doit permettre à la France de ''devenir un leader mondial dans le domaine du stockage de l'énergie et des applications qui en découlent'', a déclaré Valérie Pécresse.

Le réseau national s'appuiera sur deux centres de recherche : un centre de recherche en amont et un centre de recherche technologique. Le premier aura pour mission d'explorer les nouveaux concepts de batteries et plus particulièrement les matériaux à hautes performances. Il sera constitué de huit laboratoires français et piloté par le CNRS. Le second testera et validera les concepts de batteries issus du premier. Il sera piloté par le CEA et s'appuiera pour l'essentiel sur les activités du CEA/Grenoble-Chambéry, avec le soutien notamment de l'IFP, de l'Ineris et de l'Inrets.

La gouvernance du réseau national sera, quant à elle, assurée par un comité de pilotage, un conseil scientifique et technologique et une cellule de concertation pour la gestion des brevets.

Réactions2 réactions à cet article

 
Où sont nos industriels?

Pourquoi les entreprises françaises ne participent-elles pas à cette recherche?

petit méson | 10 juillet 2010 à 15h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 
DE LA POUDRE AUX YEUX

Les industriels !!!!
SAFT= johnson control ( US)
SVE= KOKAM ( corée du sud)
BOLLORE = 0

dannyfly | 26 août 2010 à 14h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Onduleurs SOLARMAX de dernière génération pour votre autonomie en énergie ECOTERRE ENERGY