En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Batteries : un risque de bulle lié à la transition énergétique et numérique

Energie  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com
Batteries : un risque de bulle lié à la transition énergétique et numérique
Environnement & Technique N°379 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°379
[ Voir un extrait | Acheter le numéro]

"L'existence [de dispositifs de stockage] peut laisser penser qu'il existe maintenant une certaine décorrélation entre l'électricité et les ressources fossiles. Rien n'est plus faux. Les batteries de forte capacité se reposent ainsi sur des technologies issues de la filière lithium-ion qui est une grande consommatrice de matières premières", souligne la fondation pour la recherche stratégique, dans une note publiée en mars. Elle pointe du doigt une éventuelle "bulle de batteries" provoquant des risques de rupture d'approvisionnement.

Le développement des énergies renouvelables, la hausse des besoins en stockage, l'appétit pour les véhicules électriques et la numérisation de la société entraînent en effet des besoins croissants en matières premières, et notamment en lithium puisque les batteries constituent le dénominateur commun de ces technologies. Or, la production mondiale de lithium ne permet pas de répondre à la demande. "En l'absence de véritable filière alternative au lithium pour ce qui est des batteries, malgré des recherches dans plusieurs directions, le métal clair devrait demeurer au cœur de la question des transitions énergétiques et numériques, partout sur la planète", analyse la fondation. Aujourd'hui, "le secteur de production des batteries présente d'ores et déjà une surcapacité de production par rapport à la fois à la demande globale mais aussi à la fourniture de matières premières". Ce risque ne semble pourtant pas inquiéter outre mesure l'Union européenne, regrette-t-elle.

Cette note fait écho au livre "La guerre des métaux rares" publié en janvier par Guillaume Pitron. Le journaliste pointe du doigt les impacts environnementaux de la transition énergétique et numérique, liés à l'extraction des matériaux stratégiques.

Réactions1 réaction à cet article

 

C'est tellement rare de voir cité l'impact des nouvelles technologies "vertes" sur les matières premières ! J'ai l'impression que les smart tech, sous l'image d'une meilleure efficience, font oublier le besoin imminent de décroissance économique et de sobriété. On se dirige actuellement vers un assistanat comportemental par l'objet ce qui entraîne forcément une hausse de la consommation d'objets de plus trop complexe pour être réparable donc durable. L'économie étant encore très loin d'être circulaire, les greens tech ne font qu'accélérer le réchauffement climatique et l'épuisement des ressources. En terme d'impact climat je crois qu'on est bien plus gagnant à développer le nucléaire pour peu qu'on arrive à le sécuriser et d'avancer vers le renouvelable une fois que le recyclage des métaux rare sera efficace.

bIBU | 14 mars 2018 à 11h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…