Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La chasse des oies cendrées ne sera pas prolongée en février

Biodiversité  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Le 30 janvier, la Fédération nationale des chasseurs (FNC) a publié la réponse de la secrétaire d'État à la Biodiversité Bérangère Abba qui s'oppose à prolonger en février la chasse des oies cendrées.

« Comme l'an passé, le ministère de la Transition écologique a débouté les chasseurs qui réclamaient une dérogation afin de tirer ces oiseaux migrateurs jusqu'à la fin février », rappelle le quotidien Libération. La date de fermeture de la chasse aux oies sauvages est fixée au 31 janvier.

« Il aura fallu aller 13 fois devant le Conseil d'État et déposer plainte auprès de la Commission européenne pour obtenir de la France la fin de la chasse illégale des oies sauvages en cours de migration », souligne la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) sur Twitter.

Saisi par la LPO, le Conseil d'État avait annulé les arrêtés ministériels qui avaient été pris pendant plusieurs années pour prolonger cette chasse jusqu'en février. En juillet 2020, la Commission européenne a aussi adressé un avis motivé à la France pour qu'elle se mette en conformité avec la directive du 30 novembre 2009 sur la conservation des oiseaux sauvages. L'exécutif européen pointe l'autorisation généralisée de la chasse à l'oie cendrée après le début de sa migration vers les sites de reproduction.

Réactions2 réactions à cet article

 

On dirait qu'au sein du ministère de l'environnement / de l'écologie / de la transition écologique / etc. mais également - et surtout - à Matignon et à l'Elysée, certains hauts fonctionnaires ont enfin compris la portée de la jurisprudence en faveur du code de l'environnement. Et, accessoirement, que certains lobbies ne peuvent plus exiger indéfiniment que les lois soient en permanence réécrites en leur unique faveur.
Dura lex, sed lex !

Pégase | 04 février 2021 à 10h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bien qu'il faut tout de même surveiller si les oies de deviennent pas trop nombreuses en France comme en Hollande, c'est trop dommage de ne plus voir passer ces gros oiseaux bruyants au dessus du hameau pendant leur pérégrinations, en effet nous sommes sur la coulée régulière de ces bestioles.
Et ça vole p

pemmore | 04 février 2021 à 12h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Qualification OPQIBI : AMO pour la restauration de la continuité écologique OPQIBI