Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Climat : 2020 parmi les trois années les plus chaudes enregistrées

L'OMM et Copernicus indiquent que 2020 figure sur le podium des années les plus chaudes. L'Europe et la zone arctique enregistrent des records de moyennes de températures.

Gouvernance  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

L'Organisation météorologique mondiale (OMM) et Copernicus, le service européen d'observation de la Terre, viennent de publier leur bilan mondial du climat pour l'année 2020. Les deux organismes constatent que 2020 a été l'une des trois années les plus chaudes jamais observées.

L'OMM explique qu'en 2020, la température moyenne à la surface du globe a dépassé de 1,2 °C celle de l'époque préindustrielle (période 1850-1900). Cet écart est d'autant plus remarquable que 2020 a été marquée par un refroidissement dû à La Niña. L'année 2016, qui reste la plus chaude enregistrée jusqu'à maintenant, avait été marquée par El Niño, le phénomène inverse. Plus globalement, l'OMM signale que les six années écoulées depuis 2015 ont été les plus chaudes jamais enregistrées et que la décennie 2011-2020 a été la plus chaude jamais constatée.

Copernicus apporte des précisions concernant l'Europe, où l'année 2020 a été la plus chaude enregistrée. En outre, les cinq années les plus chaudes suivantes ont toutes eu lieu au cours de la dernière décennie. Ce constat concerne notamment le nord-est de l'Europe qui affiche en 2020 une moyenne exceptionnellement élevée avec des températures supérieures de près de 1,9 °C au précédent record. Par ailleurs, l'automne et l'hiver ont également été les plus chauds enregistrés. L'hiver, en particulier, a établi un nouveau record à plus de 3,4 °C au-dessus de la moyenne 1981-2010, soit environ 1,4 °C de plus que le record précédent.

En revanche, « les vagues de chaleur à travers l'Europe n'ont pas été aussi intenses ou durables que ces dernières années », même si des épisodes de températures très élevées ont conduit à de nouveaux records en Scandinavie en juin et en Europe occidentale en août. La France a notamment battu plusieurs records de température maximale pour le mois d'août.

Un changement climatique durable et implacable

 
La Covid pourrait perpétuer le cercle vicieux L'OMM estime que « le ralentissement économique lié à la pandémie n'a réussi à freiner ni les moteurs ni l'intensification des effets du changement climatique ».
Pire, « associée aux aléas liés au temps, au climat et à l'eau, la Covid-19 a eu des impacts considérables sur la santé et les conditions de vie des populations », explique l'OMM qui craint que « des circuits de rétroaction [puissent] se mettre en place et perpétuer le cercle vicieux du changement climatique ». Bien sûr, les relances économiques offrent aussi l'opportunité de stimuler les investissements dans des infrastructures écologiques et résistantes au changement climatique.
 
Sans surprise, ces écarts sont enregistrés sur fond de hausse continue de la concentration de CO2 dans l'atmosphère. Elle a dépassé 410 parties par million (ppm) en 2020 et devrait atteindre 414 ppm cette année si le rythme des années précédentes est maintenu. Copernicus précise que les données satellitaires indiquent que les concentrations de CO2 ont augmenté de 0,6 % et celles de méthane (CH4) de près de 0,8 %.

Ces données, et bien d'autres, « mettent en lumière l'aspect durable et implacable du changement climatique », estime l'OMM qui rappelle que les preuves se sont accumulées depuis qu'elle a publié son premier rapport sur le climat il y a près de 30 ans. « Le climat poursuivra sa tendance négative au cours des prochaines décennies, indépendamment du succès des initiatives que nous entreprenons pour atténuer le changement climatique », prévient l'OMM qui plaide pour une réduction de 45 % des émissions de CO2 mondiales entre 2010 et 2030 et des investissements dans les mesures d'adaptation.

Au-delà des données globales, les deux organismes dressent la litanie des catastrophes et records climatiques enregistrés l'an dernier. Ainsi, le mercure a atteint le 16 août 54,4 °C dans la vallée de la Mort en Californie, soit la température la plus élevée enregistrée dans le monde depuis au moins 80 ans. D'autres records sont tombés à Cuba (39,7 °C le 12 avril), en Australie (la température la plus élevée observée en ville avec 48,9 °C à Penrith), au Japon (41,1 °C le 17 août), ou encore en Israël (42,7 °C à Jérusalem et 48,9 °C à Eilat le 4 septembre), ou encore au Koweït (52,1 °C) et en Irak (51,8 °C).

De même, 30 tempêtes ont balayé l'Atlantique Nord lors de la saison des ouragans 2020. Nouveau record. Douze ont touché les États-Unis, dépassant ainsi le précédent plus haut établi à neuf. Le nord de l'océan Indien a connu son cyclone le plus coûteux jamais enregistré, avec des pertes économiques en Inde estimées à environ 14 milliards de dollars.

Enfin, en 2020 l'étendue minimale de la banquise arctique est tombée à 3,74 millions de km2 en fin d'été. « Ce n'est que la deuxième fois qu'elle recouvrait moins de 4 millions de km2 », souligne l'OMM, précisant que divers records ont été enregistrés, notamment au nord du cercle polaire en Sibérie, où un record de 38 °C a été enregistré à Verkhoyansk. « 2020 a été l'année de loin la plus chaude jamais enregistrée en Sibérie arctique », ajoute Copernicus qui explique qu'elle affiche un dépassement de 4,3 °C au-dessus de la moyenne, soit 1,8 °C de plus que le précédent record. Au-delà de la Sibérie, c'est l'ensemble de l'Arctique qui a connu la deuxième année la plus chaude jamais enregistrée, avec une température supérieure de 2,2 °C à la moyenne 1981-2010.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

CRAMBO, broyeur lent universel pour le bois et les déchets verts HANTSCH