Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Bilan de santé des récifs coralliens français, des résultats contrastés selon les territoires

Biodiversité  |    |  Fanny Bouchaud  |  Actu-Environnement.com

À l'occasion de la journée mondiale des océans, fêtée ce 8 juin, l'Initiative française pour les récifs coralliens (Ifrecor), publie un bilan de santé des récifs coralliens, des herbiers marins et des mangroves. Les résultats, s'appuyant sur 20 ans de suivi, sont très inégaux selon les territoires français. Un phénomène lié à la densité de population, selon le rapport. Par exemple, 70 % des récifs coralliens suivis par l'Ifrecor dans les territoires du Pacifique et dans les Îles Eparses de l'Océan Indien sont en bonne santé. Cependant, dans les zones plus densément peuplées ou touristiques comme les Antilles françaises, la Réunion et Mayotte, la situation n'est pas aussi bonne. À la Réunion et à Mayotte, 62 % des récifs suivis par l'Ifrecor sont considérés comme dégradés ou très dégradés (envasement du milieu) et 53 % dans les Antilles. Pour les herbiers et les mangroves, on retrouve globalement les mêmes tendances, notamment à Mayotte, Saint-Martin et Saint-Barthélemy, où le besoin d'infrastructures entraîne leur défrichement.

D'une manière générale, les récifs, mangroves et herbiers déclinent sur le long terme. Selon le groupe d'expert international sur la biodiversité (IPBES), la moitié du couvert coralien mondial présent en 1870 a disparu. Dans ses recommandations, l'Ifrecor établit donc « les trois piliers de la survie des récifs : l'atténuation du changement climatique, la réduction des pressions anthropiques et l'innovation permettant de renforcer la résilience ».

Réactions3 réactions à cet article

 

C'est vrai qu'à la Réunion ça s'est dégradé grave en 35 ans, il y a très peu de coraux globalement, c'est une île volcanique.
Il serait bon aussi en France de protéger des formations de pseudo coraux sur les rochers détruits par les touristes, fabriqués à l'aide de sable et de calcaire par des vers jusqu'à 10 cm d'épaisseur.

pemmore | 10 juin 2021 à 09h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et l'état de santé des stromatolithes qui ont traversés les époques géologiques depuis 3,4 milliard d'années, avec des conditions climatiques bien plus chargées en CO2 et en température.

le papet | 10 juin 2021 à 09h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Justement, le papet, les stromatolithes sont restés figés au stade préhistorique... Depuis, il paraitrait que la biodiversité s'est quelque peu adaptée à des tas de nouvelles conditions écologiques et ainsi étoffée (certes, avec des hauts et des bas).
Mais peut-être un stromatotithe a-t-il le profil du gendre idéal pour vous ?

Pégase | 15 juin 2021 à 22h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil juridique en matière de biodiversité et d'espèces protégées Cabinet Valentin Renoux - Avocat