En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Objectif biodiversité 2010 : les indicateurs de l'UICN sont dans le rouge

Le comité français de l'UICN vient de publier son analyse annuelle de la Stratégie nationale de la biodiversité. Les plans d'action progressent mais l'appropriation de l'enjeu qu'est la biodiversité dans les politiques n'est pas encore à la hauteur.

Biodiversité  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
   
Objectif biodiversité 2010 : les indicateurs de l'UICN sont dans le rouge
   
Alors qu'un rapport sur la préservation de la biodiversité va être présenté demain à Bruxelles devant le Comité des Régions d'Europe, le comité français de l'Union Mondiale pour la Nature (UICN) publie le bilan 2008 de la Stratégie Nationale pour la Biodiversité (SNB).
Adoptée en 2004, cette SNB est le principal dispositif d'action du gouvernement français sur ce thème pour répondre aux enjeux de conservation et aux engagements internationaux, en particulier ceux de la Convention sur la Diversité Biologique. Elle se décline en 11 plans d'actions sectoriels qui selon l'UICN ont été renforcés par les mesures du Grenelle de l'environnement intégrées au cours de l'année 2008.

L'UICN note ainsi avec satisfaction le lancement de nouveaux plans de restauration pour les espèces menacées et d'une stratégie nationale de création d'aires protégées, la prise en compte des corridors écologiques dans les plans d'actions « Infrastructures de Transports Terrestres » et « Urbanisme » ou encore l'intégration d'une dimension « biodiversité » dans le plan de mobilisation du bois.
À l'international, plusieurs avancées sont également à retenir : l'adoption de la stratégie européenne pour le milieu marin, le soutien de la France à la création de la plate-forme intergouvernementale science et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (Ipbes ou futur GIEC de la biodiversité), l'inscription des récifs coralliens de Nouvelle-Calédonie au patrimoine mondial de l'UNESCO et l'organisation de la première conférence sur la biodiversité de l'outre-mer européen.

Renforcer la dynamique malgré un objectif difficilement atteignable

Mais l'échéance de l'engagement de la France de stopper la perte de biodiversité en 2010 se rapproche sans qu'il soit possible aujourd'hui d'en assurer la réussite : bien que plusieurs actions aient été achevées ou engagées, les indicateurs restent principalement au rouge, estime le comité français de l'UICN. Les gouvernements et la Commission européenne en font dès aujourd'hui le constat : malgré les actions engagées, l'objectif 2010 ne sera pas atteint, ajoute le comité.

L'UICN encourage donc la France à redoubler d'effort d'ici la prochaine Conférence de la Convention sur la diversité biologique qui aura lieu du 18 au 29 octobre 2010 au Japon. Le Comité français recommande surtout de réaffirmer le portage politique de la Stratégie nationale au niveau des différents ministres et du Premier ministre et d'augmenter les moyens financiers et humains pour la mise en oeuvre des plans d'actions dans chaque ministère. En effet, l'UICN remarque que certains plans d'actions sont difficilement mis en œuvre : il semblerait que les Directions du MEEDDAT en charge de ces plans d'actions ne les portent pas à leur juste valeur, commente l'UICN au sujet des plans « Infrastructures de Transports Terrestres » et « Urbanisme ».

Le Comité français de l'organisation internationale recommande par ailleurs de mobiliser davantage l'ensemble des acteurs (établissements publics, associations, collectivités, socio-professionnels, entreprises et grand public). Cette remarque concerne tout particulièrement les plans d'actions « Infrastructures de Transports Terrestres » , « Urbanisme » et « Tourisme ». Pour ce dernier récemment créé, un comité de pilotage doit être créé au cours de l'année 2009. Il faudra veiller à maintenir un comité de pilotage élargi aux différentes catégories d'acteurs concernées par le tourisme et la biodiversité, prévient l'UICN.

Enfin, pour le Comité français il est nécessaire de transformer les plans d'action actuels en de véritables documents stratégiques, d'organiser avec les collectivités territoriales l'élaboration de Stratégies régionales pour la biodiversité et surtout de lancer la préparation de nouveaux plans d'actions dans des domaines stratégiques et prioritaires comme l'économie, les finances et l'éducation à l'environnement.

Réactions5 réactions à cet article

 
ojectif ;biodiversité 2010.......

Cet article m' a permi de savoir que le comité UICN France est reellement impliqué dans cette question de la biodiversité et pour ma part l' enjeu dont vous faites allusion sera à la hauteur pour les politiques qui continuent de ne pas comprendre les questions de biodiversité sont delicatEs pour notre planète.

Anonyme | 17 juin 2009 à 15h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 
C'est en local que tout se joue

Bonjour,
Hors mis, l'impact catastrophique des grands ouvrages sur la biodiversité, c'est en local qu'il faut demander des comptes.
Les élus ne sont pas prêts à adopter des méthodes écologiques qui mobilisent trop de main-d'oeuvre. (curage manuel des ruisseaux, fauche de l'herbe au lieu d'utiliser systmétiquement des broyeurs, replantation de haies....) Tout cela ne les intéressent pas. Ils préfèrent continuer d'acquérir le foncier en zone péri-urbaine pour artificialiser les sols.
Dans certains cas, ils ne respectent même pas la loi (loi sur l'eau...), les directives européennes habitat des espèces protégées, en adoptant des plans de gestion sérieux applicables sur le foncier dont ils se rendent propriétaires. La DIREN (relai local) n'est pas forcément une alliée efficace. Les services préfectoraux (relai de l'Etat) sont difficiles à joindre. Seules des actions en justice peuvent peut-être faire bouger tout ce petit monde.
Plusieurs solutions concrètes en attendant la prise de conscience salvatrice :
- la formation obligatoire des services opérationnels (directeurs et techniciens communaux) aux méthodes écologiques ;
- la sous-traitance aux conservatoires d'espaces naturels ;
- les contrats avec les conseils généraux qui sont déjà possesseurs d'espaces naturels sensibles.
- l'obligation de résultat.
Difficile car tout est politique et noyauté.
En attendant, les visionnaires, les citoyens informés et les associations rament un maximum.
Saint-Fiacre Loire-Baratte (association)
Brigitte Compain-Murez
Présidente

Brigitte Compain-Murez | 18 juin 2009 à 11h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 
changer les politiques agricoles et sylvicoles

sans un changement rapide des politiques agricoles et sylvicoles, il est illusoire d'espérer renverser la situation. il est tellement facile de protéger la biodiversité des milieux déjà cadrés comme les sites natura 2000 ou réserves naturelles!!!! Aucune stratégie n'est mise en place pour la biodiversité des milieux dits ordinaires. Les incohérences des politiques publiques sont criantes , puisque l'on continue à inciter à produire toujours plus en utilisant des intrants qui détruisent la biodiversité, en forêt c'est pareil, la politique forestière est axée sur l'exploitation industrielle avec coupes rases et plantations d'une seule espèce qui pousse vite comme le douglas qui sera exploité à 40 ans, avec des conséquences écologiques inestimables ainsi que sur la biodiversité. Cette politique prime sur tout autre outil , un parc naturel régional n'étant pas opposable à des pratiques destructives. Pour qu'un plan soit performant sur le terrain, il est nécessaire et urgent qu'il soit intégré dans les politiques et non sous forme d'incitations ou recommandations qui ne fonctionnent pas

Lucienne | 02 juillet 2009 à 13h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

cest un plaisir pour moi de pouvoir recevoir vos nouvelles

dioufndiaye | 21 décembre 2010 à 02h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

je suis très content de pouvoir consulter votre site. les données sur la biodiversité nous permettent d'avoir une vue sur l'état et l'élevolution de la diversité biologique du monde des vivants.

tojero | 23 novembre 2011 à 14h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager