Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Qualité de l'air en France : une amélioration lente et hétérogène

Alors que les concentrations de certains polluants ont fortement diminué depuis 2000, la situation pour le dioxyde d'azote, l'ozone et les particules, ne s'améliore pas. Annoncé depuis plusieurs mois, le plan particule devrait être prêt en septembre.

  |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
   
Qualité de l'air en France : une amélioration lente et hétérogène
© Photofranck
   
Les niveaux de pollution constatés en 2008 se situent dans la continuité des observations des années précédentes. Telles ont été les conclusions de Chantal Jouanno, Secrétaire d'Etat à l'Ecologie à l'occasion de la présentation du bilan 2008 de la qualité de l'air en France. La tendance générale est plutôt bonne et l'air que nous respirons aujourd'hui est meilleur qu'il y a deux ou trois ans, a précisé Philippe Van de Maele, Président de l'ADEME.
La tendance est plus précisément à la baisse pour le dioxyde de soufre depuis 2000 (-39%) que ce soit au niveau des sites industriels ou urbains. L'objectif de qualité de 50 µg/m3 est ainsi respecté sur l'ensemble des sites de mesure (3 µg/m3 en moyenne sur les sites urbains et 6 µg/m3 en moyenne sur les sites industriels).
Les valeurs limites en monoxyde de carbone et en benzène sont également respectées. Les concentrations de ces deux polluants continuent de décroître depuis 2000 même si certains sites industriels risquent de ne pas respecter la nouvelle norme prévue pour le benzène en 2010.

La situation est plus critique pour les oxydes d'azote (NOx) et l'ozone. La moyenne annuelle des concentrations en NOx a diminué depuis 1997 mais a tendance à se stabiliser ces dernières années. Les normes durcissent plus vite que les concentrations dans l'air ne se réduisent. Résultat, le nombre d'agglomérations de plus 100.000 habitants où la valeur limite a été dépassée augmente un peu plus chaque année : 18 en 2008 contre 7 en 2000.

Les conditions peu ensoleillées de l'été 2008 n'ont pas conduit à des niveaux élevés de pollution à l'ozone sur le territoire mais depuis 2000 la concentration de ce polluant a tendance à augmenter en milieu urbain, et ce, malgré une diminution des concentrations de ses précurseurs (NOx et composés organiques volatils).

Les particules : le nouveau défi à relever

Globalement en 2008, les concentrations en particules de diamètre inférieur à 10 µm (PM 10) sont en légère baisse et six sites ont dépassé la valeur limite annuelle réglementaire (moyenne annuelle de 40 µg/m3) contre une dizaine en 2007. Mais les observations sur le 1er semestre 2009 conduisent à penser que l'année pourrait enregistrer des dépassements de particules plus nombreux qu'en 2008. Deux épisodes de pollution ont été constatés sur une grande partie du mois de janvier, avec de fortes concentrations allant jusqu'à 4 fois la valeur limite journalière, et sur plusieurs journées de mars et avril.
Or, comme l'ont démontré plusieurs rapports récents de l'Institut national de veille sanitaire et de l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset), il n'y a pas de seuil de pollution en dessous duquel l'impact sanitaire des particules serait nul. Des travaux européens ont montré que les particules seraient la cause de plus de 350.000 morts prématurés par an en Europe dont 30.000 en France. Les particules plus fines (PM 2,5) sont particulièrement pointées du doigt.

La nouvelle directive européenne de mai 2008 a d'ailleurs instauré une valeur limite de 25 µg/m3 les concernant à compter de janvier 2015. Dans le cadre de son second Plan National Santé Environnement, la France veut même officiellement aller plus loin, malgré les difficultés déjà rencontrées. En 2010, les concentrations en PM 2,5 devront tendre vers une teneur de 15 μg/m3, cette valeur devenant obligatoire en 2015, ce qui représente une réduction de 30 % par rapport au niveau actuel.

Pour atteindre ces objectifs, un « plan particule » doit être présenté à la rentrée. Plusieurs mesures ont été évoquées comme le durcissement des normes d'émissions pour les installations de combustion notamment les petites unités ou encore la mise en place de l'éco-redevance kilométrique pour les poids lourds en prenant en compte les émissions de particules. La secrétaire d'Etat à l'écologie a également évoqué des mesures centrées sur le bois-énergie, comme le renforcement des critères du label «Flamme Verte » pour le chauffage au bois domestique et l'instauration d'un crédit d'impôt pour le renouvellement des matériels. Le bois-énergie contribue en effet de manière significative aux émissions nationales de particules : 27% pour les PM10 et 40% pour les PM 2,5. Son développement dans le cadre de la promotion des énergies renouvelables fait craindre une aggravation des émissions de particules.

Réactions5 réactions à cet article

 
mazout

c'est bien de durcir les normes en matiéres de bois energie,mais quid des véhicules diesel grande spécialité de nos chers constructeurs français?Rappelons que les futurs hybrides seront réalisés sur la base de motorisation diesel???une erreur de plus!!

lionel | 31 juillet 2009 à 10h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Trop positif

Ce journaliste est beaucoup trop positif sur le sujet de nos efforts sur l'environnement. Nous ne faisons pas assez pour le probleme.

djh | 09 août 2009 à 09h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 
surpris!

Quand j'ai vu Vendredi 7 Août à 10h ce nuage de pollution sur la Défense et que je lis cet article,j'ai l'impression qu'on ne veut pas voir la gravité du problème et la faiblesse de notre politique, il faut agir beaucoup plus fort si nous voulons une atmosphère respirable; j'ai l'impression qu'il y a une prise de conscience à prendre tout de suite et agir sur la circulation dans Paris. Avez vous le pic de 100 de Dimanche? Il devait y avoir un système de réaction immédiate sur le plan de circulation et utiliser nos technologie de communication: télévision, internet, téléphone...
Nous sommes vraiment trés pauvre dans l'utilisation efficace de ces outils. SVP agissez

1124bernard | 10 août 2009 à 08h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:surpris!

Je suis bien d'accord que niveau information du public, c'est léger quant à la qualité de l'air... a quand des messages dans le metro parisien pour informer les habitants?

Rose | 27 août 2009 à 10h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Protection

Et comment, le citoyen peut-il se protéger de cette pollution?
Le citoyen urbain travailleur qui prend les transports tous les jours pour le trajet maison/travail?

On fait de l'apnée?
on porte un masque?

Rose | 27 août 2009 à 10h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager