En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Bilan annuel 2006 de l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire

Risques  |    |  Actu-Environnement.com
L'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a publié le 18 juillet son rapport d'activités 2006 faisant le point des actions engagées.
L'année dernière, l'IRSN a par exemple réalisé une évaluation des dossiers de sûreté concernant le réacteur EPR de Flamanville (Manche). L'IRSN a rendu 690 avis à l'ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire) durant l'année 2006. 9.870 mouvements de sources radioactives ont été enregistrés. Afin de connaître l'état radiologique de l'environnement et de l'exposition des travailleurs, l'IRSN équipe plus de la moitié des porteurs de dosimètres en France. L'année 2006 a été marquée par le lancement du projet de changement de technique de dosimétrie passive : le dosimètre photographique sera ainsi remplacé par un dosimètre radiophotoluminescent aux fonctionnalités améliorés afin d'obtenir des seuils de dose plus faibles compte tenu des évolutions réglementaires, a expliqué l'IRSN. Deux logiciels ont également été conçus : SESAME (Simulation of External Source Accident with MEdical images) et ŒDIPE (Outil d'Evaluation de la Dose Interne PErsonnalisée) permettant respectivement de simuler les conditions d'une irradiation externe et d'une contamination interne.
En 2006, un nouvel axe de recherche a été ouvert par l'IRSN pour ''mieux connaître les conséquences biologiques et sanitaires d'une exposition de longue durée à du césium 137 sur l'homme et sur l'environnement''. Par ailleurs, l'IRSN a été associé à une réflexion conduite dans le cadre de programmes européens sur une méthode d'évaluation du risque environnemental associé aux radionucléides. L'application de cette méthode a permis de produire, de manière tracée et semblable à celle qui est appliquée pour les substances chimiques, des critères assurant la protection de 95% des espèces d'un écosystèmes, a indiqué l'Institut.
Enfin, l'IRSN a également réalisé un bilan sur les questions de sûreté et de radioprotection posées par les six filières de réacteur étudiées dans le cadre du Forum international génération IV (GIF). L'Institut a démarré un nouveau projet relatif à la neutronique des cœurs et des systèmes contenant des matières fissiles. L'objectif est de disposer des outils nécessaires à l'examen des concepts de réacteurs de génération IV et des installations du cycle du combustible associées, a précisé l'IRSN.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager