En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

''Les atouts de l'acier font apparaître un bilan écoloqique très favorable dans la construction !''

Suite à la publication de l'étude prospective publiée en 2006 par la DGE du Ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie, sur les enjeux de l'acier dans la construction, Jean Dalsheimer, responsable Développement durable construction à l'OTUA, rappelle pour Actu-environnement.com, les atouts du matériau.

Interview  |  Energie  |    |  Françoise AscherActu-Environnement.com
   
''Les atouts de l'acier font apparaître un bilan écoloqique très favorable dans la construction !''
Jean Dalsheimer
Responsable Développement durable construction à l'OTUA
   
AE : À travers cette étude, quelles ont été les motivations de la Direction Générale des Entreprises ?
JD :
La DGE a souhaité évaluer le potentiel d'évolution de l'utilisation de l'acier dans la construction, ainsi que son impact en terme de développement durable. En effet, ce secteur industriel majeur représente 40 000 emplois en France, et environ 700 000 tonnes d'acier utilisées chaque année pour la construction de bâtiments et d'ouvrages d'art. En outre, dans un contexte économique global où le développement durable revêt une importance croissante, les acteurs se doivent d'intégrer des démarches environnementales efficaces dans leur système de production. Rappelons que ces démarches associent l'efficacité économique, l'équité sociale et la préservation de l'environnement, et que le management joue un rôle essentiel pour tenir ces trois objectifs ! C'est donc dans l'optique d'identifier les atouts de l'acier au regard du développement durable, d'évaluer les freins et les moteurs à son utilisation dans la construction, puis pour impulser un élan fédérateur et de dialogue entre les pouvoirs publics et l'ensemble des intervenants de la filière, qu'a été lancée cette étude prospective(2). Dans la foulée, sont dégagées des recommandations pour réduire ou supprimer les impacts négatifs du matériau dans la construction, améliorer ses caractéristiques et valoriser ses avantages.

AE : Justement, qu'en est-il des préoccupations environnementales lors de l'élaboration du matériau ?
JD :
L'acier possède des vertus magnétiques qui permettent sa séparation et sa récupération parmi des déchets de toute nature. Il peut se recycler indéfiniment et à 100 %, sans altération de ses qualités. Actuellement, la part de production issue du recyclage de ferrailles avoisine les 40 % et c'est autant de minerai préservé, de consommation d'énergie et d'émissions de gaz à effet de serre évités ! En Europe, 6 % des émissions de C02 émanent de la sidérurgie. Ce taux équivaut à plus de 99 % des émissions de gaz à effet de serre du secteur, soit une réduction d'environ 50 % au cours des trente dernières années. Tout comme d'ailleurs la consommation d'énergie ! Malgré des volumes de production plus importants, la sidérurgie a abaissé ses émissions de GES de 18 % en 15 ans, dépassant ainsi l'objectif de - 8 % fixé par l'Union européenne. Ces résultats ont été obtenus grâce à des dispositifs de filtration et de récupération des gaz et des poussières au cours de la fabrication. Le zinc contenu dans ces poussières peut être réutilisé comme matière première. Le recyclage des eaux usées permet de réduire, après épuration systématique, le prélèvement d'eau dans les réserves naturelles. De même, les co-produits générés (laitiers de Haut-Fourneau, scories) sont valorisés dans l'industrie cimentière, la construction de chaussées ou les ballasts. On ne parle pas encore d'usine sans déchets, mais la sidérurgie s'en approche !

AE : Comment construire durablement avec les aciers ?
JD :
L'acier autorise des structures légères - donc des fondations réduites - et des transparences qui favorisent la lumière naturelle et la pénétration du soleil. Son image actuelle et dynamique s'inscrit dans le temps en respectant le patrimoine bâti. Pendant la réalisation du bâtiment, l'acier permet un déroulement efficace du chantier, des livraisons en temps voulu limitant les besoins de stockage, des travaux propres, sans déchets, secs et sans poussières, puisque la plupart des éléments sont fabriqués en atelier dans un environnement contrôlé. Cette rapidité d'exécution et de montage minimise la gêne pour le voisinage, notamment dans les centres villes. Elle permet aussi aux usagers de profiter plus tôt de leur bâtiment, de réduire les coûts d'investissement et d'amortir plus rapidement les frais financiers.

AE : Quels sont les avantages du matériau pendant la durée de vie du bâtiment ?
JD :
L'acier facilite la mise en œuvre de solutions d'isolation par l'extérieur, très favorables aux économies d'énergie. Mais sa légèreté contribue aussi à réaliser des bâtiments à faible inertie thermique. En outre, il est possible de concevoir un immeuble de bureaux à occupation diurne, pratiquement sans système de chauffage. En faisant appel au principe masse-ressort-masse, on obtient également une isolation acoustique performante. Ainsi, la conjugaison d'une ou plusieurs plaques de plâtre fixées sur une ossature métallique légère permet d'isoler avec une grande efficacité des salles de cinéma ou des studios d'enregistrement ! S'agissant de durabilité et de solidité, il existe aujourd'hui de multiples manières de protéger l'acier contre la corrosion, par revêtement métallique, encoffrement ou peinture. En intérieur, le matériau n'a en effet pas besoin de protection. L'autre gros atout de l'acier, c'est l'évolutivité des constructions qui peuvent être agrandies, transformées ou adaptées facilement à de nouveaux besoins ou usages. Cette capacité permet de réaliser des adjonctions, des balcons en saillie et de nouvelles cages d'escalier, qui améliorent la qualité et l'attrait de l'habitat. La possibilité de démonter un bâtiment en acier sans le détruire, puis de le reconstruire ailleurs ou de réutiliser certains composants, constitue un avantage supplémentaire. Citons le déplacement des Halles de Baltard à Paris. Les coûts d'une telle solution s'avèrent en général inférieurs à ceux d'une nouvelle construction.

AE : Vous parlez de démonter pour reconstruire, mais que se passe-t-il en fin de vie ?
JD :
Les constructions en acier autorisent une déconstruction sélective, favorisant une intégration optimale dans les processus de fabrication. De par les vertus magnétiques que l'on ne trouve chez aucun autre matériau, on a vu que la récupération était facilitée, tant dans les déchets que dans les ordures ménagères. Lors de la démolition d'un bâtiment, la masse de matériaux à évacuer et les frais de mise en décharge sont réduits. Ces atouts font de l'acier, le matériau le plus recyclé dans le monde ! En fait, l'analyse du cycle de vie d'un bâtiment de logements en acier montre une économie de 41 % de la consommation d'eau dans la phase de construction, par rapport à une construction en béton. La réalisation d'un tel bâtiment divise par deux le nombre habituel d'allées et venues de camions sur le chantier, et génère 57 % de déchets inertes en moins. Tout au long de sa vie, l'acier va donc contribuer à générer des économies d'énergie, des facilités de maintenance, d'évolution et de recyclage en fin de vie. Au total, les économies procurées - soit 92 % de l'énergie consommée lors de l'exploitation du bâtiment - font apparaître un bilan écologique très favorable pour ce matériau.

AE : En définitive, quelles sont les pistes de réflexion qui ressortent de l'étude ?
JD :
L'étude a dégagé des recommandations sous forme d'actions, qui doivent prioritairement aider au décloisonnement de la filière. Les principales propositions portent sur la nécessité de mieux communiquer en termes d'impact environnemental de l'acier, d'incitation à construire dans une démarche de coût global (investissement plus exploitation), et sur l'appui de la formation et de la diffusion de la “culture acier” dans le secteur de la construction. Il faudrait aussi favoriser les travaux de recherche sur les filières de récupération et de recyclage des matériaux associés à l'acier. Et comme pour tout matériau, il conviendrait de revaloriser le coût des études, de définir un coût arbitraire des impacts environnementaux et sociaux pour donner une valeur durable à l'analyse en coût global, devenue notoirement insuffisante au regard des enjeux !

1/L'Office technique pour l'utilisation de l'acier.
2/Menée par Développement & Conseil pour le compte de la DGE, cette étude intitulée “L'Acier dans la Construction au regard du Développement Durable” s'est appuyée sur un Comité regroupant des industriels de l'acier et de la construction métallique, concepteurs, centres techniques et organismes institutionnels, ainsi que les ministères chargés du développement durable et du logement.

Réactions25 réactions à cet article

 
Encore mieux : le bois

tout est dans le titre...

On dirait que les industries de l'acier sont en train de s'approprier le discours des filieres de construction bois...

Memes arguments, sauf que pour le bois, on pourrait ajouter une meilleure protection aux incendies, une consommation énergétique moindre pour l'élaboration du matériau,des émissions de GES négatives (stockage de CO2), la dynamisation des territoires ruraux, l'usage au plus proche de la production, le maintien d'un gisement d'emplois ruraux considérables...

J'arrête, la liste est longue.

Sans compter que le bois, c'est beau, c'est agréable, c'est chaleureux !

Yahoooooooh, vive le bois-construction !

Jerem | 09 février 2007 à 17h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 
FAUX ! L'acier n'a rien d'un éco-produit

Bonjour, j'ai quelques remarques.

Certes, l'acier présente quelques avantages:
* recyclage possible
* évolutivité du bâtiment
* chantier plus propre et plus rapide qu'avec le béton.

MAIS cet article avance des arguments commeciaux infondés. L'acier ne présente pas de bonnes propriétés thermiques, acoustiques et sa fabrication cosomme beaucoup d'énergie.


"En Europe, 6 % des émissions de C02 émanent de la sidérurgie". Il n'y a donc pas de quoi pavoiser.... L'acier de 2007 est mieux que l'acier de 1980, certes. Mais ça n'en fait pas un écomatériau pour autant.

"L'acier facilite la mise en œuvre de solutions d'isolation par l'extérieur". Dans l'agro-alimentaire, on trouve le même argumentaire menteur, du genre "associé à un régime équilibré et une bonne activité sportive, cette margarine vous fera maigrir" (ou ce soda). Sachez qu'on peut isoler par l'extérieur sans que la structure soit en acier!!!!

"bâtiments à faible inertie thermique. (...) pratiquement sans système de chauffage". Le commercial qui a dit ça devrait lire quelques cours de thermique.

"En faisant appel au principe principe masse-ressort-masse, on obtient également une isolation acoustique performante". Autrement dit, avec un bon système d'isolation acoustique, l'acier est un bon isolant acoustique. Et j'affirme que la margarine fait maigrir... associée à un régime équilibré.

Je suis sûr de la vigilance des lecteurs d'actu envir pour ne pas se laisser avoir pas de tel publi-reportages.

Vincent

Vince | 15 février 2007 à 09h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Encore mieux : le bois

Salut ,

entièrement d'accord et content qu'il en soit ainsi. Le 1er article sur l'acier m'a fait froid dans le dos.

Où en est-on des constructions en bois aujourd'hui? As-tu des liens à me donner? J'habite dans une région méditerranéennes où il fait parfois très chaud l'été. Le bois peut parfois s'user très vite.

merci

Jérôme

jeromgeo13 | 15 février 2007 à 10h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:FAUX ! L'acier n'a rien d'un éco-produit

T'inquiêtes pas, on n'est pas dupes...

C'est comme EDF, Carrefour ou Rockwool qui font du "développement durable"

Jerem | 15 février 2007 à 12h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Et le bois alors ?

Le bois est un matériau qui possède tellement de vertus qu'il n'a pas besoin d'être vendu...Sauf quand on essaie de montrer que l'acier est plus écologique...Que des efforts soient faits, d'accord, mais il ne faut pas oublier que l'acier ne détrônera jamais le bois d'un point de vue environnemental quelques soient les efforts déployés.

Sandra Bas Rhin | 15 février 2007 à 12h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Encore mieux : le bois

Un bémol au bois, en climat méditerranéen : le bois n'offre que peu d'inertie thermique, donc le bâtiment se réchauffe vite (à l'inverse d'une maison provençale aux lourds murs de pierre, par exemple).

Plusieurs solutions sont envisageables : améliorer l'inertie en combinant intelligemment les matériaux. Par exemple ossature bois et planchers béton, refends en pierre ou en terre. Evidemment protéger les vitrages, mais aussi les murs par de la végétation grimpante, une pergola ou autre. Assurer une ventilation naturelle performante (ouvrants de grande taille, disposés de manière à balayer convenablement tout l'espace habité).

Salutations

Jerem | 15 février 2007 à 12h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Petit comparatif sur les couts énérgitiques

Si on compare l’énergie nécessaire à la production d’un kg de divers matériaux, on constate que le bois (encore lui) est celui qui consomme, et de loin, le moins d’énergie par rapport aux autres matériaux usuels :
- 1 mégajoules pour le bois
- 4 mégajoules pour le béton
- 60 mégajoules pour l’acier
- 130 mégajoules pour l’aluminium

En plus, il est le seul parmi ceux-ci a être renouvelable.
Bientôt, avec tous ces encravatés, on construira des batiments en galettes de mazout HQE !!!

Jérôme | 15 février 2007 à 17h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Suite

La conséquence des qualités du bois est un "bilan CO2" positif . Quandque tous les autres matériaux de construction rejettent du dioxyde de carbone pour être extraits, transformés et mis en œuvre, le bois en absorbe pendant la croissance de l’arbre et en rejette très peu lors de sa production et de sa mise en œuvre car car moins gourmand en énérgie.

Comparaison des émissions de CO2 liées à la réalisation d’une poutre en aluminium, en acier, en béton armé et en bois massif pour une même solicitation :
Aluminium : 327 Kg de CO2 émis, 0 kg absobé
Acier : 101 Kg de CO2 émis, 0 kg absobé
Béton : 76 Kg de CO2 émis, 0 kg absobé
bois : 6 Kg de CO2 émis, 101 kg absobés

Jérôme | 15 février 2007 à 18h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 
L'acier est un matériau vert et polyvalent!

L'acier est effectivement un matériaux vert car indéfiniment recyclable mais il est aussi polyvalent. Les ossatures en acier accueillent aussi bien le verre, le plâtre, le béton que le bois mais de façon optimale. Les architectes y voient beaucoup d'avantages en terme de créativité, de rénovation de l'habitat ou de versatilité des solutions. Le bilan carbone du fait de la réduction des masses mises en oeuvre est très amélioré. Il ne faudrait pas passer de la culture tout béton à la culture tout en bois!!

jacques-henri | 15 février 2007 à 18h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Les vertus de la langue de bois !

Voici un bel exemple d'une démonstration creuse faite par un bureaucrate n'ayant probablement jamais visité un bassin industriel où règnent ses merveilleuses usines (qu'on appellera par la suite friche industrielle !) désertées . D'ailleurs les pays émergents peuvent nous parler de ce merveilleux matériau si écologique, tellement renouvelable et s'insérant si bien dans le paysage, et ô combien bénéfique pour la santé des ouvriers et de leur famille... Et puis les structures sont si légères, les constructions si économiques STOP ! Assez d'inepties sur le développement durable, la HQE, et de revendications bidons pour se donner bonne conscience !

BAD | 15 février 2007 à 18h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Et le fer à dix sous...

OK avec Jacques-Henri pour la mixité des matériaux dans l'architecture. Je ne suis pas non-plus un partisan du "tout bois".
Mais le rapport performances mécaniques/densité est encore à l’avantage du bois. Ce phénomène est amplifié du fait qu’à résistance mécanique égale le bois est le matériau de structure le plus léger, ce qui accentue encore la performance énergétique du bois. A titre d'exemple, une poutre de 3 mètres ,capable de supporter une charge linéaire de 20 tonnes, pésera 300 kg en béton, 80 kg en acier et 60 kg en bois.

Après, en ce qui concerne l'analyse de cycle de vie, c'est un peu le pot de fer contre le pot de terre. Arcelor peut se payer les études, un scieur, non.

Jérôme | 15 février 2007 à 18h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Juge et partie

Bonjour,

Je constate que l'étude en question regroupe exclusivement des professionnels de la construction métallique et de l'acier. Ce document, plein de bonnes intentions commerciales, n'est doté d'aucune vertue scientifique objective ... C'est bien essayé !!
Gico

Gico | 16 février 2007 à 18h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Encore mieux : le bois

Pour info chiffrée : une structure bois , bien que plus lourde nécessite 3,5 fois moins d'énergie que l'équivalent en acier et 11 fois moins qu'en aluminium.
L'aluminium et l'acier sont recyclables, mais à condition de fournir à nouveau de l'énergie : 1 à 2 fois (seulement) le bois.
(source ENSAM)
Quant à lui, il ne consomme pas, mais fourni de l'énergie lors de sa destruction.
Encore des questions ?

bruno sainte croix | 19 février 2007 à 16h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Encore mieux : le bois

Merci merci merci.

Et vive le bois.

jeromgeo13 | 19 février 2007 à 18h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Encore mieux : le bois

Bonjour,
Je suis egalement favorable au developpement des constructions en bois, mais j ai un question concernant les ressources locales: quelles sont nos limites de production de matiere premiere si l'on developpe davantage ce mode de construction?
Y a t il des risques ecologiques (deforestation, engrais...)? quel type de bois utilise t on?
Merci!

amelie | 23 février 2007 à 21h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Etat et industriels désespérés prêt à tout

Une étude menée par les industriels du secteur et le gouvernement qui ne sait plus comment aider une industrie qui laisse des travailleurs sur le carreau cela donne un beau rapport qui n'aura d'intérêt que pour faire démarrer le feu de nos cheminées.

Je ne comprends pas comment en 2007, sur le thème du développement durable, on puisse oser publier une étude aussi peu objective sans consulter quelques "parties prenantes".

Ce serait amusant si ce n'était financé en partie avec les impôts des français.

tom | 12 mars 2007 à 16h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 
info ou intox ?

Depuis le temps que cette pub déguisée fait la une de cette lettre et étant donné les commentaires qu'elle s'est attirée, on peut se poser la question !

suzzarini jf | 13 mars 2007 à 18h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:info ou intox ?

Bonjour,

Sur notre site, une interview en remplace une autre... Rien donc de bien étrange à ce que celle-ci figure depuis plusieurs jours sur la page d'accueil...

Cordialement

David Ascher

David Ascher | 13 mars 2007 à 18h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Etat et industriels désespérés prêt à tout

Voyant monter l'intérêt croissant des ossatures bois, les pro acier se défendent en se comparant au pire de la classe, en terme d'impact environnemental: le béton.
Pourquoi pas une petite analyse de cycle de vie comparée à une structure bois???

C est tellement peu énergivore de refondre l'acier à 1500°C à chaque recyclage...

Le secteur de l'acier produit peu de CO2 en France; normal, la sidérugie est un secteur très délocalisé. Le CO2 est juste passé chez les voisins.

jp-42 | 19 mars 2007 à 17h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Encore mieux : le bois

Le potentiel bois en france est quand même élevé.
Dans le massif central, par exemple, les bois sont sous exploitées. Déforestation veut dire qu'on ne replante pas, pour utiliser la terrre pour autre chose. Un intérêt croissant pour la filière bois au contraire est le meilleur moyen de défendre nos forêts, en leur donnant de la valeur.

jp-42 | 19 mars 2007 à 17h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:L'acier est un matériau vert et polyvalent!

"Il ne faudrait pas passer de la culture tout béton à la culture tout en bois!!"
Ah bon ! Et pourquoi ? Vous travaillez pour un fabricant d'acier ? Ca vous gène vraiment que le bois soit un matériau d'avenir ?

suzzarini | 22 avril 2007 à 00h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:FAUX ! L'acier n'a rien d'un éco-produit

Bonjour,

Il semble que vous n'ayez pas réalisé d'étude ACV ou analyse de cycle de vie, qui permet de relativiser l'ensemble des matériaux avec leur impact environnemental, depuis leur fabrication jusqu'à leur mort, et leur recyclage éventuel. Il n'y a pas plus neutre comme analyse. Et bien sûr qu'il y a mieux que l'acier, c'est le titane et au-dessus de tout, le bois. Mais comparativement aux autres matériaux, l'acier est extrêmement écologique. Il est intégralement recyclable et a, contrairement à ce que vous dites, des qualités thermiques (six fois moins conducteur que l'aluminium par exemple !!). etc, etc, etc...

Bien cordialement,

nairys | 28 février 2008 à 18h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Etat et industriels désespérés prêt à tout

Bonjour,

"pire de la classe, en terme d'impact environnemental: le béton" : excusez mon mécontentement à lire ce commentaire...
Le béton --> "Obtenu en mélangeant du sable, des granulats, du ciment et de l’eau. parmi ses constituants, seul le ciment nécessite une cuisson et donc consomme de l’énergie lors
de sa production ; or le dosage en ciment est de 15 % en moyenne dans le béton."[Sessi], je vous conseillerai aussi de vous renseigner sur les différents types de ciments (CEM III) par ex... vous ferez peut-être un peu mieux la part des choses... pour ce qui est du bois : je ne pense pas que de le brûler soit très bon en termes de recyclage, il faut l'avouer... ne rejette-t-il pas alors du méthane qui est 23 fois plus polluant que le gaz carbonique ? et les colles et traitements utilisés dans les panneaux... bref je vous conseillerai de réfléchir à tout ça avant d'avancer des informations erronées ou trop vite engagée...chaque matériau a ses avantages et inconvénients... il suffit juste de les employer en fonction.
cordialement

Anonyme | 25 juillet 2008 à 15h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Suite

Bonjour,

Votre chiffre sur le béton me semble erroné. Il faut compter, dans votre bilan carbone, la masse de CO2 émise lors de sa fabrication, qui est enorme.
Le ciment ordinaire, a base de chaux, provient de la reaction suivante : CaCO3 ---> CaO + CO2, soit environ 44% de la masse de carbonate de chaux extraite est émise en dioxyde de carbone, pour une pouttre de 100kg ca requiert donc 100kg d'émission de CO2...
De plus, ce CO2 était a la base sur forme minérale, il n'a JAMAIS été dans l'atmosphère, et c'est donc une pollution plus grave que de bruler du bois.

Donc le bois propre oui, le béton plus propre que l'acier, surement pas !

Marc | 19 octobre 2008 à 10h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

quelqu'un a 1 idee quels de quels sont les impacts de l'acier sur l'environnement???????????????????

lalilalolalulala | 11 octobre 2013 à 14h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…