En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La France stabilise sa consommation d'énergie en 2007

Le dernier bilan énergétique de la France révèle une stagnation des consommations d'énergie sauf dans le secteur des transports. En revanche, malgré un fort développement des énergies renouvelables, les émissions de CO2 stagnent elles aussi.

Energie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
   
La France stabilise sa consommation d'énergie en 2007
© CSDA
   
Publié hier par le Ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement Durable et de l'Aménagement du Territoire (MEEDDAT), le bilan énergétique 2007 de la France dévoile que le pays a consommé 276,1 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep) l'année dernière contre 275,3 Mtep en 2006. La consommation d'énergie primaire stagne donc globalement de même que la consommation d'énergie finale (+0,2% soit 162,1 Mtep) c'est-à-dire celle qui est achetée par les ménages et les entreprises, après transformation, transport et pertes. Pourtant, le PIB du pays a augmenté de 1,9% sur la même période. Résultat, l'intensité énergétique de l'économie française affiche une baisse de -1,9%, soit pratiquement l'objectif fixé par la loi du 13 juillet 2005 fixant les orientations de politique énergétique à savoir -2 % par an d'ici 2015. L'évolution du bilan énergétique de la France est plutôt positive et les efforts engagés commencent à porter leurs fruits, s'est réjouit Jean-Louis Borloo, ministre du Développement Durable et de l'Aménagement du Territoire.

Cependant, on note des évolutions contrastées par secteurs : alors que l'industrie poursuit sa baisse tendancielle (-1,7%), le secteur du résidentiel-tertiaire stagne (-0,1%) et le secteur des transports consomme toujours plus. Après une baisse de 0,9% en 2005, la consommation des transports a augmenté de 0,9% en 2006 et de 1,5% en 2007 pour atteindre 51,6 Mtep. Les carburants issus du pétrole constituent 95% de la consommation totale du secteur (en perte de 2 points), l'électricité 2% et les biocarburants 3% (en gain de 2 points). Cette consommation accrue s'explique par une augmentation du parc de véhicules et un accroissement des distances parcourues. Ces résultats confirment ainsi la rigidité des comportements dans les transports, même face à des prix très élevés des carburants.

Côté production d'énergie, le bilan 2007 fait état d'une réduction de 1,7% (136,3 Mtep) du fait d'une sensible baisse du nucléaire (-2,3%) que ne compense pas le bond de production des énergies renouvelables. La production primaire d'énergies renouvelables a en effet progressé de 4,2% et atteint 18,0 Mtep. Les capacités de l'éolien « mises en service industriel » (MSI) augmentent de 56% pour atteindre 2.200 MW en fin d'année. Les nouvelles installations se concentrent plus particulièrement dans quelques régions comme la Lorraine (173 MW installés en 2007), la Bretagne (94 MW), les Pays de la Loire (86 MW) et le Centre (84 MW).
Le solaire photovoltaïque connaît également une forte croissance, égale à 70%, mais reste encore faible en niveau, avec 0,02 TWh pour les MSI et pour la production de sites isolés suivis par l'Ademe. La puissance raccordée au réseau fin 2007 est estimée à 11,4 MW contre seulement 3,3 MW un an plus tôt.
La production de chaleur renouvelable qui inclut le bois-énergie, le solaire thermique, la géothermie, les pompes à chaleur, les biocarburants et le biogaz est également à la hausse : +3,2% avec 12,6 Mtep.
Pour la première fois, le bilan énergétique indique que la France a importé des énergies renouvelables à hauteur de 0,3 Mtep. Il s'agit essentiellement en biocarburants d'origine européenne.

Au regard de toutes ces informations, le MEEDDAT prévoit une stagnation des émissions de CO2 liées à la production d'énergie. Selon lui, les émissions de gaz à effet de serre de la France devraient rester, comme en 2006, nettement inférieures au plafond fixé par le protocole de Kyoto pour la période 2008-2012, soit 564 Mteq CO2. Si l'on ne tenait pas compte des « puits de carbone », ni des autres gaz à effet de serre, le niveau des émissions de CO2 de la France dues à l'énergie serait, comme l'année dernière, d'environ 2% au dessus de celui de 1990, peut-on lire dans le bilan.

Réactions2 réactions à cet article

 
Facile de stabiliser quand on a tant délocalisé !

M'étonne pas que le secteur de l'industrie "poursuit sa baisse tendancielle": ça fait des décennies qu'on a délocalisé les productions industrielles polluantes dans les pays du Sud (Chine, Indonésie, etc).

Résultat, chez nous on peut afficher un bilan tout propre mais on peut pas en dire autant pour ces pays.

Mais c'est vrai qu'après c'est facile de montrer du doigt ces méchants chinois qui polluent sans vergogne...

À quand "l'internalisation" des émissions dues aux importations ? (Moins celles des exportations pour tirer les choses au clair également)

Colibri | 09 juin 2008 à 10h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Facile de stabiliser quand on a tant délocalisé

Oui colibri, mille fois oui,

Nos dirigeants et leurs consiellers mériteraient d'être mis en accusation pour tromperie.

Par ailleurs, ne serait-ce pas le rôle, voire la responsabilité, des journalistes de faire un peu d'investigation dans ce domaine plutot que de relayer sans regard critique la propagande étatique?

nini | 13 juin 2008 à 17h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…