En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'OCDE publie le bilan environnemental de la Belgique

Malgré des progrès notables, la politique environnementale de la Belgique doit désormais s'attacher à adapter les secteurs de l'agriculture, de l'énergie et des transports ainsi que les politiques fiscales aux préoccupations environnementales.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Dans le cadre de sa mission d'appui aux politiques gouvernementales des 30 pays de l'OCDE, l'organisation consacre à chacun de ses pays membres des examens par les pairs de la situation de l'environnement et des progrès accomplis en la matière. Ils étudient les efforts menés par les pays pour atteindre leurs objectifs nationaux et engagements internationaux en matière d'environnement et formulent des recommandations. Après l'achèvement d'un 1er cycle de 32 examens portant sur l'ensemble des pays de l'OCDE et trois pays non membres, un 2ème cycle est très avancé. L'accent y est mis sur le développement durable, l'efficacité environnementale et l'efficience économique. C'est au tour de la Belgique de se faire analyser et de voir son bilan publié par l'organisation. Cette nouvelle analyse porte sur une période caractérisée par une organisation institutionnelle stable pour la Belgique qui a connu dans la période qui a précédé 1993, toute une série de réformes institutionnelles qui l'ont conduite en un État fédéral composé de trois régions et de trois communautés linguistiques. Ce bilan est donc le fruit des actions de cette nouvelle organisation qui, selon l'OCDE, a mis en place des politiques environnementales très élaborées.

L'OCDE remarque avec beaucoup de satisfaction que les dépenses totales de lutte contre la pollution ont considérablement augmenté pour atteindre 1,7% du PIB. La protection de la nature a également progressé avec l'extension des zones protégées dans le cadre du réseau Natura 2000, malgré la très forte densité de la population, des activités économiques et des infrastructures du pays. L'OCDE fait état de progrès notables dans le découplage des pressions environnementales et de la croissance économique pour certains polluants classiques comme les émissions de SOx et de NOx, et pour les prélèvements d'eau. Par ailleurs, la part de la population reliée à une station d'épuration des eaux usées est passée de 26 à 46% au cours de la dernière décennie. En conséquence, la concentration de polluants dans la plupart des eaux de surface a diminué et la faune et la flore aquatiques sont devenues plus abondantes. Grâce à ses taux de recyclage élevés, le pays est aussi parvenu à découpler l'augmentation des quantités de déchets ménagers destinés à une élimination finale et la croissance économique. S'agissant de la sensibilisation aux questions d'environnement et des actions connexes, de nombreuses initiatives ont été prises aux niveaux fédéral, régional, communautaire et local, notamment : campagnes de communication, transferts financiers aux autorités locales, signature de conventions volontaires aux niveaux régional et municipal, et soutien aux projets novateurs de prévention de la production de déchets et d'éco-consommation. L'OCDE estime également que la Belgique a vigoureusement relevé le défi constitué par la montée des préoccupations relatives à la santé et à l'environnement (par exemple, incidence croissante des affections respiratoires, de l'asthme, des allergies, des cancers et de l'obésité).

Toutefois, malgré ces avancées majeures, l'OCDE remarque que plusieurs indicateurs montrent que ces résultats ne sont pas suffisants. Selon le rapport, les pressions exercées sur les ressources en eau et en sols par les prélèvements d'eau, les nitrates et les pesticides sont parmi les plus fortes observées dans les pays de l'OCDE. L'intensité énergétique soit les approvisionnements totaux en énergie primaire par unité de PIB, reste nettement supérieure à celle des pays voisins. L'intégration des préoccupations environnementales dans la politique énergétique laisse à désirer. L'OCDE estime qu'aucune action n'a été entreprise pour introduire une réforme fiscale écologique comme elle le recommandait dans son précédent examen des performances environnementales en 1998. Concernant la qualité de l'air, l'OCDE estime que des efforts supplémentaires sont indispensables pour réduire les émissions de certaines substances et engranger les avantages économiques et sanitaires y afférents. L'organisation intergouvernementale signale également que la Belgique reste confrontée à d'importants problèmes de pollution de l'eau liés notamment à son agriculture intensive et à la densification de certaines régions. La proportion des eaux de baignade satisfaisant aux normes européennes n'est pas aussi élevée que dans nombre d'autres pays de l'UE. D'autre part, les activités économiques menées en Belgique, dans un contexte d'extrême densité de la population (341 habitants/km2) et du réseau routier (488 km/100 km2), exercent de fortes pressions sur les espèces et les habitats, et la perte de biodiversité s'accentue. Pour l'OCDE, il apparaît nécessaire de découpler les transports routiers de marchandises de la croissance économique, dans la mesure où l'augmentation du trafic routier de marchandises est très préoccupante.

C'est pourquoi, l'OCDE a inclus 47 recommandations spécifiques dans son rapport à travers lesquelles elle conseille notamment à la Belgique de renforcer ses efforts de protection de l'environnement et d'améliorer leur rapport coût-efficacité en recourant davantage aux instruments économiques et à l'analyse économique notamment pour la gestion de l'air, de l'eau et des déchets. L'OCDE recommande par ailleurs de mieux intégrer les préoccupations environnementales dans les politiques sectorielles particulièrement dans l'énergie, les transports et l'agriculture par le biais des évaluations environnementales stratégiques et des mécanismes de marché.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager