En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'éco-organisme Recylum fait son premier bilan à 6 mois

Après six mois d'existence, l'éco-organisme Recylum tire un premier bilan positif de la mise en place de la filière de collecte et de traitement des lampes usagées. Plutôt satisfait, l'organisme mise beaucoup sur les six prochains mois.

Déchets  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
   
L'éco-organisme Recylum fait son premier bilan à 6 mois
   
Parce qu'elles contiennent une petite quantité de substances dangereuses, les lampes usagées*, autrement dit toutes les lampes à l'exception des ampoules à filament, doivent être collectées et recyclées dans le respect des réglementations européennes et françaises. En tant que déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE) contenant du mercure, fragiles et répartis de manière diffuse sur le territoire, elles bénéficient depuis novembre 2006 d'une filière de collecte et de recyclage spécifique. En France, cette filière est coordonnée par l'éco-organisme Recylum qui organise la collecte et le traitement de ces DEEE pour le compte des fabricants de lampes.

Six mois après le lancement de la filière, l'heure est au bilan pour l'éco-organisme qui semble satisfait : à l'heure actuelle, Recylum regroupe plus de 300 producteurs, représentant 92 millions de lampes mises sur le marché en 2006. L'organisme se félicite d'avoir installé plus de 4.500 points de collecte. Résultat, en 6 mois, 3 millions de lampes ont été collectées soit plus de 460 tonnes. Ces lampes ont été regroupées par des distributeurs grand public (44%), des distributeurs professionnels (27%), des collectivités/déchèteries (16%), des électriciens/installateurs (8%), des collecteurs de déchets (4%) et des gros utilisateurs (1%). Mais le gisement est conséquent puisqu'il est estimé à 80 millions de lampes usagées par an. C'est pourquoi d'ici fin 2007, Récylum a pour objectifs de proposer 5.000 points de collecte, d'enlever plus de 100 tonnes de lampe par semaine pour atteindre un taux de collecte de 38% du gisement.

La totalité des lampes collectées pour l'instant a été dirigée vers des centres de traitement spécifiques. Le taux de valorisation atteint 93%. Les étapes de traitement successives permettent d'isoler le verre qui sera recyclé en verrerie pour la fabrication de tubes fluorescents neufs, d'abrasifs, de céramiques, etc.
Le mercure, présent en infime quantité, est lui aussi recyclé. Une fois isolé par distillation, puis purifié, il s'utilise comme du mercure neuf. Le recyclage du mercure, toutes origines confondues, assure 40 % des besoins mondiaux de matière première.
Les métaux comme le fer, l'aluminium, le cuivre composant notamment les contacts et culots de lampes sont également réintégrés dans les filières de fabrication.
En revanche, les poudres fluorescentes recouvrant l'intérieur des tubes et de certaines lampes ne sont pas récupérables dans des conditions acceptables. Constituées de terres rares, elles doivent être enfouies, après extraction du mercure, dans des installations de stockage de déchets ultimes et stabilisés (centres de classe 1).
Par ailleurs, certains composants, tels la bakélite et les plastiques, ne sont pas recyclés à ce jour. Les volumes en jeu sont insuffisants pour la mise en place d'une filière économiquement viable. Ils font souvent l'objet d'une valorisation thermique par incinération.


* tubes fluorescents, dits « néons » (65 % du gisement), lampes fluocompactes, dites « basse consommation » (35 % du gisement), lampes sodium basse et haute pression, lampes à vapeur de mercure, lampes à iodures métalliques, dites à halogénures métalliques, lampes techniques (génération d'UV, vidéoprojection…), lampes à LED, etc.

Réactions1 réaction à cet article

 
lieux de collecte

bonjour,
j'aimerais connaitre les lieux de recuperation d'ampoules sans filament les plus proches de mon domicile (Toulon-Hyeres, Var), y a t'il un organisme qui puisse me renseigner?
Merci.
IR

IR | 24 mai 2007 à 09h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager