Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Un rapport interne de la Commission européenne épinglerait les biocarburants

Une note interne du Centre Commun de Recherche dévoilée par les associations remet en cause les avantages des biocarburants, alors que la Commission s'apprête à présenter une feuille de route sur les énergies renouvelables plutôt controversée.

Energie  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Plébiscités par les pouvoirs publics pour se substituer à l'utilisation du pétrole comme carburant, les biocarburants – ou agrocarburants - font l'objet d'une politique de soutien active en France, en Europe et dans le monde. L'objectif consiste à sécuriser les approvisionnements énergétiques des pays, réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) et fournir une nouvelle source de revenus aux agriculteurs. Cependant, de nombreuses voix s'élèvent afin de dénoncer les inconvénients de ces produits : hausse des prix des denrées alimentaires, perte de biodiversité, augmentation de la pression polluante sur l'environnement, etc.

Dernier avertissement en date, celui du Centre Commun de Recherche (JRC). L'organisme scientifique de la Commission européenne a été sollicité pour se prononcer sur l'objectif d'incorporation de 10% de biocarburants que la Commission envisage d'intégrer dans la future directive sur les énergies renouvelables. Dans une note interne dévoilée par l'association Les Amis de la Terre, le JRC analyse les avantages et inconvénients des agrocarburants, en termes d'émissions de gaz à effet de serre, d'amélioration de la sécurité des approvisionnements et de la création d'emplois. Selon l'association, le rapport donne clairement un zéro pointé dans ces trois domaines.
Le Centre Commun de Recherche conclurait qu'il n'y a aucune certitude que l'objectif d'incorporation de 10% de biocarburants dans les carburants automobiles permettrait d'économiser des GES à cause des effets indirects lors de la culture des produits agricoles. Le JRC expliquerait également que l'utilisation d'engrais azotés a une incidence nettement plus importante sur les émissions de gaz à effet de serre et que le changement de vocation des terres (déforestation, drainage de tourbières ou labourage de pâturage) pouvait potentiellement relâcher suffisamment de gaz à effet de serre pour annihiler les gains des biocarburants.
Concernant la création d'emplois, le JRC semble tout autant pessimiste et craint que les gains dans le secteur des biocarburants soient compensés par des pertes dans d'autres secteurs touchés par cet objectif. Le Centre Commun de Recherche conclurait ainsi que l'effet net sur l'emploi sera insignifiant.
Enfin, en termes de sécurisation de l'approvisionnement, le JRC conseillerait à l'Union européenne de mieux investir dans des capacités de stockage supplémentaires pour créer une réserve de pétrole stratégique, plutôt que d'investir des sommes plus importantes dans les biocarburants qui ne donneront qu'une réponse limitée au problème de l'insécurité des approvisionnements. Il y aurait un effet positif, mais son importance est minime comparée aux coûts, estimerait le JRC selon l'association.
Au final, selon cette note, les inconvénients de l'utilisation des agrocarburants sembleraient peser plus lourds que les avantages. Les Amis de la Terre relate ainsi que le JRC estime qu'en fixant cet objectif obligatoire sur les biocarburants, on ponctionnera les caisses publiques, avec une probabilité de 80%, d'une somme comprise entre 33 et 65 milliards d'euros alors qu'en consacrant les mêmes sommes aux développements de la biomasse, on pourrait obtenir une diminution des gaz à effet de serre nettement plus importante, uniquement en fixant des objectifs globaux, au lieu de les limiter aux seuls transports.

La diffusion de la position du JRC intervient dans un contexte tendu à l'heure où la commission européenne s'apprête à présenter sa feuille de route pour le développement des énergies renouvelables en Europe. Selon Euractiv, une commission parlementaire britannique a même appelé à la mise en place d'un moratoire sur la promotion des biocarburants ; demande vivement refusée par les commissaires européens à l'Energie et à l'Agriculture Andris Piebalgs et Mariann Fischer Boel.
De plus les biocarburants ne sont pas le seul sujet de mésentente. À quelques jours de la présentation de la directive prévue mercredi prochain, le lobbying des Etats membres et de certains industriels est intensif.
La proposition de répartir l'effort sur la base d'objectifs nationaux fixés en fonction du PIB par habitant fait partie des points controversés. Selon l'AFP, le chef de l'Etat français, Nicolas Sarkozy, refuse le principe du PIB par habitant et demande de retenir le niveau de départ des émissions par habitant, faible en France grâce au nucléaire. Le débat est également houleux sur la mise aux enchères ou non des quotas d'émissions de CO2 et sur la mise ne place ou non d'un traitement spécial pour les secteurs très consommateurs d'énergie. Plusieurs Etats membres dont la France, l'Allemagne, ou la Roumanie ont par ailleurs insisté sur les risques de délocalisations massives si les entreprises européennes devaient payer de plus en plus cher leurs droits à polluer.

Cette directive, très attendue, devra être la traduction du triple objectif que les 27 Etats membres se sont fixé en mars 2007 : réduire les émissions de gaz à effet de serre de 20% par rapport à 1990 à l'horizon 2020, gagner 20% en termes d'efficience énergétique et faire passer la part des énergies renouvelables dans la consommation totale d'énergie à 20% d'ici à 2020.

Réactions6 réactions à cet article

 
confusion entre bio et agrocarburant?

j'ai du mal à savoir de quoi il est question dans l'article. J'ai l'impression que l'auteur a fait une confusion entre biocarburant et agrocarburant.
Il parle apparement uniquement des agrocarburants si j'ai bien compris.

Sinon, globalement rien de très nouveau dans tout ça. Cette offensive médiatique globale anti biocarburants est fatigante. Les avantages et inconvéniens des agrocarburants sont connus depuis toujours. là depuis plusieurs mois on prétend qu'on vient de découvrir qu'ils étaient pas 100%propres. C'est vraiment scandaleux.

Bien sur tant qu'on prendra le brésil comme modèle à suivre (et encore le moins vite possible) et qu'on s'occupera pas du tout de monter des filières (de production, mais aussi d'utilisation) le bilan sera négatif. ça me fait penser à la SNCF qui auto-saborde sa filière marchandise alors que tout le monde sait qu'elle devrait au contraire la développer massivement.

En gros c'est pas parceque le gouvernement est anti-agrocarburant et fait en sorte qu'ils soient produits de manière dégueulasse que les agro-carburants n'ont pas à prendre la place qu'ils peuvent prendre proprement.

bastien | 24 janvier 2008 à 09h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:confusion entre bio et agrocarburant?

En fait , parler de biocarburant est un peu abusif, car celà laisse sous entendre que c'est propre ( le "bio" est une valeur sure ) il est plus juste de parler d'agrocarburant ( carburant issus de l'agriculture) mais au final on parle bel et bien de la meme chose.

Aucun rapport valable n'a jamais été réalisé sur le bilan global des agrocarburants .... qui sont évidemment une abérration écologique en dehors du ponctuel et exceptionnel (utilisation des huiles de fritures de la restauration...).

Palomamour | 24 janvier 2008 à 23h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Non aux "biocarburants" !!

Je vais tout à fait ds le sens de la commission. On pourrait simplifier en disant que pour faire rouler ls voitures des riches on va faire mourir de faim les pauvres. Il faut aussi mettre en évidence que la diminution ds rejets de dioxyde de carbone par l'utilisation ds"biocarburants" sera moins importante que la production d'énergie grise et quand même temps et au même titre on déforeste l'Amazonie... 1 stade de foot toutes ls 3 secondes. Les solution donc à nos problèmes d'énergies ne se trouvent pas ds les "biocarburants!! Et il va de soi que si l'on veut préserver la Planète, nous allons devoir changer aussi et surtout nos modes de vie.

David | 25 janvier 2008 à 19h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:confusion entre bio et agrocarburant?

c'est surtout que les biocarburants c'est les carburants issus du vivant. donc soit des plantes, soit des bactéries pour faire simple.

ça comprend donc les carburants obtenus à partir des déchets organiques. Qui n'ont strictement rien à voir avec les bio-carburants issus des betteraves par exemple.

donc dire bio au lieu d'agro c'est pas la même chose. Pour savoir de quoi on parle faut être précis, surtout dans ce domaine ou les confusions sont quasi permanentes.

[quote/]des agrocarburants .... qui sont évidemment une abérration écologique en dehors du ponctuel et exceptionnel[/quote]

Pas d'accord, il y a une place pour les agrocarburants dans l'alimentation future de nos moteurs. Ils feront obligatoirement parti de notre mix-énergétique permettant d'assurer l'après pétrole (avec l'électricité et les autres bio-carburants). L'autre solution qui nous pend sérieusement au nez c'est la conversion du charbon en carburant (technologie parfaitement maitrisée), solution bien pire écologiquement parlant.
MAIS il faut sérieusement contrôller la filière. Les surfaces à destination non alimentaires doivent être limitée pour éviter la concurence.

Faut pas oublier qu'on est en surproduction alimentaire à l'échelle mondiale alors que la plupart des surface sont Bio ou presque (parceque les paysans ont pas les moyens de payer les pesticides et engrais). Il y a un potentiel qu'il ne faut pas dépasser. C'est pour celà qu'il faut raisonner par flottes captives. Par exemple on décide que d'ici 5 ans tous les bateaux de pêche consommeront de l'éthanol et on monte la filière de production d'éthanol correspondante localement.

Raisonner les agrocarburant (et même les biocarburants) comme des carburants normaux diffusés partout n'est pas intelligent au vu des capacité de production acceptables.

bastien | 30 janvier 2008 à 16h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Non aux

il va de soit que l'importation massive (voir l'importation tout court) de bio-carburant est une absurdité totale. Et que des pays comme le brésil sont les exemples concrêt de ce qu'il ne faut surtout pas faire.

Et bien sur qu'on devra passer par une réduction massive de nos consommation de carburant (disont environ 50%), mais il nous faudra toujours un minimum de carburant. Et pour l'instant je vois mal comment on pourra se passer des agro-carburants sans leur substituer des solutions bien pires. (prolifération nucléaire ou charbon principalement.)

bastien | 30 janvier 2008 à 16h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Agrocarburants et non biocarburants

Le terme biocarburants est abusif et trompeur pour l'opinion publique et le consommateur. Il y a lieu de supprimer ce terme car les agrocarbuants n'ont rien de bio, mais sont néfastes à l'environnement, à la biodiversité et à l'huamnité toute entière

Francois | 06 juillet 2009 à 09h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager