En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Publication des premiers produits pesticides et biocides potentiellement perturbateurs endocriniens

Le gouvernement a publié les listes de produits pesticides et biocides susceptibles de contenir des substances perturbatrices endocriniennes. La nouvelle définition de ces substances, votée par les Etats de l'UE, modifiera ces listes provisoires.

Risques  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Les ministres de l'Agriculture et de la Transition écologique ont mis en ligne le 13 juillet deux listes de produits pesticides et biocides autorisés à ce jour contenant une substance susceptible d'être perturbatrice endocrinienne (PE). Soit près de 600 produits phytosanitaires (fongicides, herbicides, insecticides) et un millier de produits biocides (insecticides pour la maison, produits de protection du bois, pour l'hygiène vétérinaire, etc.), actuellement sur le marché européen.

 
La liste publiée semble longue mais porte sur des produits commerciaux. Il faudrait maintenant que les ministères publient la liste des matières actives concernées pour qu'on y voit plus clair.  
Générations futures
 
Les listes des produits ont été élaborées à partir des données de l'étude d'impact de la Commission européenne, conduite de juin 2015 à juin 2016, dans le cadre de la procédure de définition des PE. Les substances actives présentes dans ces produits "[peuvent] relever de la définition (des perturbateurs endocriniens) telle qu'elle était proposée par la Commission européenne" l'an dernier, ont souligné les ministères. Le 4 juillet 2017, les représentants des Etats membres ont adopté une définition différente qui inclut les PE présumés, et les substances pour lesquelles une action perturbatrice endocrinienne est "plausible".

Les ministres publient, "dès à présent", ces listes "dans l'attente de l'évaluation par la Commission des dispositions du texte entrainant l'exemption de certaines substances". Ces listes sont par conséquent susceptibles d'évoluer "après analyses détaillées par les agences sanitaires européennes", ont-ils prévenu. "Si les critères ont été approuvés par les Etats membres, les agences scientifiques n'ont pas encore mené le travail détaillé, substance par substance, de vérification de leur caractère perturbateur endocrinien."

Des listes "prématurées"

Les ONG et l'industrie phytopharmaceutique ont critiqué ces listes provisoires. "La liste publiée semble longue mais porte sur des produits commerciaux. Il faudrait maintenant que les ministères publient la liste des matières actives concernées pour qu'on y voit plus clair", souligne l'ONG Générations futures, dans un communiqué, tout en rappelant son opposition aux critères votés qu'elle juge "insuffisamment protecteurs". Ces critères "exig[ent] un niveau de preuve beaucoup trop élevé avant de pouvoir exclure une substance et prévoit des dérogations à l'interdiction pour de nombreuses substances !", fustige l'association. Le projet de définition des PE doit encore être validé par le Parlement européen et le Conseil de l'UE. Afin d'être applicables, les critères devront être traduits en lignes directrices d'évaluation par les agences de sécurité sanitaire. Les "lignes directrices (actuellement en discussion) pourraient encore restreindre la portée des critères votés", craint aussi l'association.

Le processus de décision européen en cours n'est "pas respecté", dénonce, de son côté, l'Union des industries de la protection des plantes (UIPP). "Qu'en est-il de l'engagement présidentiel de respecter le cadre européen et de ne pas aller au-delà de la réglementation en vigueur dans l'UE ? Il est donc prématuré à ce jour de traduire le projet de définition en liste de substances", déplore l'UIPP dans un communiqué, alors que les critères retenus "ne sont plus les mêmes que ceux de la nouvelle définition". Eugénia Pommaret, directrice générale de l'UIPP, "regrette qu'au lendemain d'un premier accord européen destiné à harmoniser la réglementation, la France prenne une telle décision unilatérale qui induira de nouvelles distorsions de concurrence pour la filière agricole française, sans pour autant protéger davantage nos concitoyens".

Les ministres ont confirmé, le 4 juillet, "leur [engagement] à utiliser la procédure prévue par le droit européen permettant, sur la base d'analyses scientifiques et techniques menées au niveau national, d'interdire la mise sur le marché français de produits contenant ces substances". La publication de ces listes fait aussi partie des concessions obtenues par la France, en contrepartie de son vote de la définition de la Commission.

Réactions4 réactions à cet article

 

1600 produits responsables de perturber nos 8 glandes endocrines..Voilà du travail et du ménage à faire pour défaire ce que nous avons fait depuis plus d'un siècle (DDT 1874)...Quelles sont nos glandes les plus sensibles et quelles sont les molécules les plus perturbatrices ???

agregat | 19 juillet 2017 à 10h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Très bien ! mais alors souhaitons déjà la bienvenue aux 'adorables insectes' moustiques, poux, puces, cafards... dans nos foyers, sans parler des tiques et autres acariens. Ah,ah,ah je me réjouis d'avance ! Sûr que l'on en reparlera...

Bazil | 19 juillet 2017 à 15h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bazil, toutes ces joyeuses petites bêtes existaient avant la mise en circuit des pesticides, il existe des moyens non toxiques pour s'en débarrasser sans hypothéquer l'avenir de nos enfants.

la souris verte | 20 juillet 2017 à 01h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les joyeuses petites bêtes sont des vecteurs de graves maladies. Rien qu'à Paris, avec la politique de protection des rats, nous voyons se répandre de nouveau la gale: c'est bio.
Des gens comme "petite souris verte" vont nous dire qu'ils s'en foutent, ce ne sont pas leurs enfants...
Un biocide qui ne tue pas : la recherche est perplexe...

Albatros | 25 juillet 2017 à 18h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…