En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Biodiversité : les espèces écologiquement rares sont les plus menacées

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com
Biodiversité : les espèces écologiquement rares sont les plus menacées

Les oiseaux et les mammifères écologiquement rares sont plus menacés par l'Homme que les espèces communes et seront plus impactés par les changements climatiques. C'est la conclusion à laquelle parviennent des scientifiques du CNRS, de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB), et des universités Grenoble Alpes et de Montpellier, dans une étude publiée le 8 octobre dans la revue Nature Communications.

Les chercheurs ont cartographié le nombre d'espèces écologiquement rares dans des zones géographiques de 50 km par 50 km à travers le monde en se fondant sur deux bases de données regroupant les espèces de mammifères terrestres (4 654 espèces) et d'oiseaux (9 287 espèces). Il en résulte que les mammifères écologiquement rares sont surreprésentés dans les tropiques et dans l'hémisphère sud. C'est le cas dans les îles indonésiennes, Madagascar et au Costa Rica avec des espèces nocturnes et frugivores (chauves-souris, lémuriens, etc.) ou insectivores (petits rongeurs). Les espèces d'oiseaux rares sont surtout présentes dans les régions montagneuses tropicales et subtropicales, avec essentiellement des espèces frugivores ou nectarivores (oiseaux mouches), en particulier en Nouvelle-Guinée, en Indonésie, dans les Andes et en Amérique centrale.

L'étude montre que ces espèces sont surreprésentées dans les catégories menacées d'après la classification de l'UICN et qu'elles sont plus impactées par l'influence humaine. Ainsi, une grande partie des oiseaux écologiquement rares risque l'extinction d'ici 40 ans du fait des changements climatiques.

Ces résultats mettent en lumière l'insuffisante préservation de ces espèces, en conclut l'étude. En effet, ce n'est pas parce qu'elles sont rares qu'elles n'ont pas un rôle important à jouer au sein des écosystèmes. « La prise en compte de l'originalité de leurs rôles écologiques est essentielle et devrait aussi guider les actions de conservation », expliquent les chercheurs.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager