Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Biodiversité et agriculture : le fiasco de la politique agricole commune

L'agriculture intensive constitue l'une des principales causes d'érosion de la biodiversité. Ni la stratégie de l'UE en faveur de la biodiversité, ni la PAC ne sont parvenues à enrayer cette dégradation, pointe la Cour des comptes européenne.

Agroécologie  |    |  Laurent Radisson
Biodiversité et agriculture : le fiasco de la politique agricole commune

Un fiasco. C'est la conclusion,...

Réactions5 réactions à cet article

 

Cela fait des décennies que scientifiques et environnementalistes de terrain tirent la sonnette d'alarme. On ne compte plus les publications, les programmes LIFE et les articles dans diverses revues qui prouvent ce que la Cour des comptes européenne découvre enfin. Il ne faut pourtant pas être sorti de St-Cyr pour constater les effets délétères de la PAC !
Mais déni des évidences, omerta au sein du milieu agricole productiviste, campagnes de désinformation et d'intimidation orchestrées par les principaux syndicats agricoles et des chambres d'agriculture et complicité plus ou moins volontaire (si ce n'est forfaiture dans certains cas...) des services "compétents" de l'Etat ont permis à ce système catastrophique de se maintenir depuis des décennies et d'amplifier ses méfaits.
C'est tout un système qu'il faut donc d'urgence réformer, nettoyer de la cave au grenier. La main droite de l'UE ne peut désormais plus ignorer ce que fait sa main gauche. La réforme de la PAC en cours doit prendre radicalement le contre-pied des précédentes, sauf à commettre un délit - si ce n'est un crime - à l'encontre des européens qui aspirent à des modèles agricoles qui ne soient plus hostiles à la vie.
L'Etat français ne peut par ailleurs faire l'économie d'un changement radical de paradigme au sein du ministère de l'agriculture (notamment sa coupable porosité aux diktats des FNSEA/JA) et d'une refonte intégrale des missions de service public qu'il délègue aux chambres d'agriculture.

Pégase | 08 juin 2020 à 14h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La PAC... un outil aux mains de l'agro-business. Aux antipodes de la préservation des biotopes. Pourquoi faire mine de s'étonner de ses résultats ?! Quant aux Etats... Juste en France, mentionner Demeter : une accord gendarmerie-FNSEA qui vise à circonvenir les environnementalistes...

dmg | 10 juin 2020 à 22h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Eh bien je pense que ce n'est pas si compliqué que ça , il suffit de nommer un ministre de l'agriculture responsable , voilà! Bon ,vous me direz que c'est introuvable ? Oui peut être, mais quand on cherche bien , on finit par trouver sauf à n'avoir aucune volonté de chercher ni aucune volonté de changer, donc à ce moment là ,à quoi bon avoir une ministre de l'écologie qui toutouille dans son coin ses mesures si on n'a pas l'intention de les appliquer ? Un peu de cohérence dans ce gouvernement ne ferait de mal à personne.

gaïa94 | 10 juin 2020 à 23h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ gaïa94 : vous semblez oublier que les ministres de l'agriculture sont nommés après avoir été adoubés par le ou la président(e) de la FNSEA, ainsi que la Canard enchaîné l'avait révélé pour la nomination de Stéphane LE FOLL. Le président HOLLANDE avait reçu en personne le président à l'époque de la FNSEA, Xavier BEULIN (pourtant, exception notable, M. LE FOLL avait eu l'outrecuidance de montrer une certaine volonté d'indépendance dans la conduit de son ministère, ce qui lui a valu quelques visites en pleine nuit de bruyantes et menaçantes délégations du syndicat agricole à son domicile personnel).
Peu de chances que le "protocole" de notre république limite bananière ait évolué depuis. De fait, peu de chances d'avoir un ministre qui soit "responsable" comme vous le dites.

Pégase | 11 juin 2020 à 14h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pégase:merci pour ces infos, je ne connaissais pas le détail des manifestions agricoles sous les fenêtres du ministre. Ce qui m'étonne le plus c'est de voir des gouvernements se satisfaire de se laisser empoisonner au premier sens du terme par la FNSEA, on a l'impression qu'il ne boivent ni ne mangent pas les mêmes aliments que nous !? Pourtant il me semble qu'ils sont aptes à tomber malades tout comme nous en cas d'intoxication, je pense qu'ils respirent aussi le même air pollué que nous , les mêmes pesticides etc...non? Donc ils préfèrent mourir de pathologies bizarres plutôt que d'essayer de changer leur système, ce n'est pas franchement une preuve de leur intelligence!

gaïa94 | 12 juin 2020 à 00h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

VALORMAX BA : une gamme de matériels pour la valorisation de biomasse NOREMAT
Bouée DB600 : station d'alerte instrumentée et autonome en milieux naturels Xylem Analytics France