En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Biodiversité et agriculture : le fiasco de la politique agricole commune

L'agriculture intensive constitue l'une des principales causes d'érosion de la biodiversité. Ni la stratégie de l'UE en faveur de la biodiversité, ni la PAC ne sont parvenues à enrayer cette dégradation, pointe la Cour des comptes européenne.

Agroécologie  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com
Biodiversité et agriculture : le fiasco de la politique agricole commune

Un fiasco. C'est la conclusion, formulée de manière plus diplomatique, à laquelle parvient la Cour des comptes européenne après avoir audité la contribution de la politique agricole commune (PAC) au maintien et à l'amélioration de la biodiversité. L'agriculture intensive reste par conséquent l'une des principales causes de déclin de la biodiversité. En février dernier, la juridiction financière communautaire avait déjà pointé les graves insuffisances de la politique agricole en matière de réduction des pesticides.

La population d'oiseaux des champs en baisse de 34 %

« Les données disponibles relatives à la biodiversité des terres agricoles dans l'UE indiquent un déclin incontestable au cours des dernières décennies », conclut la Cour. Les populations d'oiseaux des champs ont diminué de 34 % depuis 1990, alors que celle des oiseaux de forêt augmentait de 0,1 %, ce qui suggère que l'agriculture est un facteur important de perte de biodiversité. Les papillons de prairies constituent un autre bon indicateur de l'état de la biodiversité. Or, leur population a baissé de 39 % depuis 1990, même si la Commission a constaté une certaine stabilisation depuis 2013.

Autre indice : l'état de la biodiversité est bien supérieur dans des pays comme la Bulgarie ou la Roumanie, qui ont conservé des pratiques agricoles plus traditionnelles, qu'aux Pays-Bas ou en Allemagne, chantres de l'agriculture intensive. La forte diminution des populations d'insectes constatée dans cette dernière serait directement liée à la suppression, en 2009, de l'obligation de mise en jachère.

Incapacité à enrayer la diminution de la diversité génétique

Les auditeurs de la Cour des comptes, qui se sont rendus en Allemagne, en Irlande, à Chypre, en Pologne et en Roumanie, ont relevé de graves lacunes dans la stratégie de l'Union européenne en faveur de la biodiversité, adoptée en 2011, ainsi que dans la coordination de cette stratégie avec la PAC. « Aucun objectif mesurable n'avait été fixé en ce qui concerne l'agriculture dans [cette] stratégie », pointe la Cour. Ce qui empêche d'évaluer la performance des actions financées par l'UE. La mauvaise coordination des politiques s'est notamment traduite par « une incapacité à enrayer la diminution de la diversité génétique ». Selon un rapport de la Commission de 2016, près de 50 % de l'ensemble des races de bétail européennes sont proches de l'extinction, menacées ou en danger critique d'extinction. La cause ? L'intensification agricole axée sur les races à haut rendement, accompagnée par la forte baisse du pâturage.

Le déclin de la biodiversité des terres agricoles est dû à une utilisation plus intensive des terres. © Cour des comptes européenne
 

Autre grief formulé par la juridiction financière ? La majeure partie des fonds de la PAC a un impact positif limité sur la biodiversité. Et encore, quand cet impact peut être mesuré, car le suivi par la Commission des dépenses affectées à la biodiversité n'est pas fiable, cette dernière surestimant la contribution de certaines mesures à sa préservation. La plupart des paiements directs, qui représentent environ 70 % des dépenses agricoles de l'UE, ne contribuent pas à cette préservation. Dix pour cent d'entre eux peuvent même avoir un impact négatif. Les exigences associées au paiement direct qui contribuent à la préservation, notamment le « verdissement » et la « conditionnalité », ont été délaissées au profit d'options à faible impact telles que les cultures dérobées ou celles fixant l'azote. En outre, le régime des sanctions lié à la conditionnalité n'a pas eu d'incidence manifeste sur la biodiversité des terres agricoles, pointent les auditeurs européens.

Quant aux instruments de développement rural, deuxième type de mesures de soutien de la PAC, ils se révèlent mieux adaptés en matière de biodiversité. Ce sont les mesures agro-environnementales et climatiques (Maec), celles en faveur de l'agriculture biologique, et les mesures Natura 2000, qui apparaissent les plus efficientes. Mais les États membres ne recourent que rarement à des démarches à fort impact. Parmi celles-ci figurent les mesures dites « vert foncé », qui prennent en compte la spécificité de chaque site et qui exigent des agriculteurs qu'ils fournissent davantage d'efforts, ou les mesures fondées sur les résultats. Ainsi, en Irlande, dans le cadre du programme Burren portant sur la conservation du paysage agricole dans des zones spécifiques, plus la note obtenue est élevée, plus le paiement l'est aussi. « La performance globale en matière de biodiversité des surfaces/parcelles couvertes par le régime s'est progressivement améliorée chaque année depuis le lancement de celui-ci », rapportent les auditeurs.

Définir des actions concrètes et mesurables

 
Selon un rapport de la Commission de 2016, près de 50 % de l'ensemble des races de bétail européennes sont proches de l'extinction, menacées ou en danger critique d'extinction.  
 
Cet audit et les recommandations de la Cour arrivent à point nommé, puisque les deux instruments communautaires objets des critiques sont en pleine révision. La Commission européenne a présenté, le 20 mai, sa nouvelle stratégie pour la biodiversité, qui doit couvrir la période post-2020, et qui fait l'objet d'un premier échange de vues par les États membres ce lundi 8 juin. La Cour des comptes recommande à l'exécutif européen de définir dans cette stratégie des actions concrètes et mesurables, et d'améliorer sa coordination avec les programmes biodiversité des États membres.

Quant à la nouvelle politique agricole commune, elle est en cours de révision et doit couvrir la période 2021-2027. Les auteurs de l'audit recommandent de renforcer ses soutiens, paiements directs et contributions au développement rural, à la biodiversité des terres agricoles, et d'élaborer des indicateurs fiables.

« Jusqu'ici la PAC n'a pas suffi à contrer le déclin de la biodiversité des terres agricoles, lequel représente une grave menace pour l'agriculture et l'environnement », relève laconiquement Viorel Ștefan, responsable du rapport. « La stratégie en faveur de la biodiversité à l'horizon 2030 et la proposition pour la PAC après 2020 doivent permettre à cette dernière d'être plus réactive face à des défis tels que la perte de biodiversité, le changement climatique ou le renouvellement des générations, tout en continuant à aider les agriculteurs européens dans l'optique d'un secteur agricole durable et compétitif », ajoute le représentant de la Cour des comptes européenne.

La balle est maintenant dans le camps des États membres, car, si le rapport vise la Commission, celle-ci ne peut rien faire sans la volonté politique de chacun des pays composant l'Union.

Réactions5 réactions à cet article

 

Cela fait des décennies que scientifiques et environnementalistes de terrain tirent la sonnette d'alarme. On ne compte plus les publications, les programmes LIFE et les articles dans diverses revues qui prouvent ce que la Cour des comptes européenne découvre enfin. Il ne faut pourtant pas être sorti de St-Cyr pour constater les effets délétères de la PAC !
Mais déni des évidences, omerta au sein du milieu agricole productiviste, campagnes de désinformation et d'intimidation orchestrées par les principaux syndicats agricoles et des chambres d'agriculture et complicité plus ou moins volontaire (si ce n'est forfaiture dans certains cas...) des services "compétents" de l'Etat ont permis à ce système catastrophique de se maintenir depuis des décennies et d'amplifier ses méfaits.
C'est tout un système qu'il faut donc d'urgence réformer, nettoyer de la cave au grenier. La main droite de l'UE ne peut désormais plus ignorer ce que fait sa main gauche. La réforme de la PAC en cours doit prendre radicalement le contre-pied des précédentes, sauf à commettre un délit - si ce n'est un crime - à l'encontre des européens qui aspirent à des modèles agricoles qui ne soient plus hostiles à la vie.
L'Etat français ne peut par ailleurs faire l'économie d'un changement radical de paradigme au sein du ministère de l'agriculture (notamment sa coupable porosité aux diktats des FNSEA/JA) et d'une refonte intégrale des missions de service public qu'il délègue aux chambres d'agriculture.

Pégase | 08 juin 2020 à 14h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La PAC... un outil aux mains de l'agro-business. Aux antipodes de la préservation des biotopes. Pourquoi faire mine de s'étonner de ses résultats ?! Quant aux Etats... Juste en France, mentionner Demeter : une accord gendarmerie-FNSEA qui vise à circonvenir les environnementalistes...

dmg | 10 juin 2020 à 22h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Eh bien je pense que ce n'est pas si compliqué que ça , il suffit de nommer un ministre de l'agriculture responsable , voilà! Bon ,vous me direz que c'est introuvable ? Oui peut être, mais quand on cherche bien , on finit par trouver sauf à n'avoir aucune volonté de chercher ni aucune volonté de changer, donc à ce moment là ,à quoi bon avoir une ministre de l'écologie qui toutouille dans son coin ses mesures si on n'a pas l'intention de les appliquer ? Un peu de cohérence dans ce gouvernement ne ferait de mal à personne.

gaïa94 | 10 juin 2020 à 23h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ gaïa94 : vous semblez oublier que les ministres de l'agriculture sont nommés après avoir été adoubés par le ou la président(e) de la FNSEA, ainsi que la Canard enchaîné l'avait révélé pour la nomination de Stéphane LE FOLL. Le président HOLLANDE avait reçu en personne le président à l'époque de la FNSEA, Xavier BEULIN (pourtant, exception notable, M. LE FOLL avait eu l'outrecuidance de montrer une certaine volonté d'indépendance dans la conduit de son ministère, ce qui lui a valu quelques visites en pleine nuit de bruyantes et menaçantes délégations du syndicat agricole à son domicile personnel).
Peu de chances que le "protocole" de notre république limite bananière ait évolué depuis. De fait, peu de chances d'avoir un ministre qui soit "responsable" comme vous le dites.

Pégase | 11 juin 2020 à 14h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pégase:merci pour ces infos, je ne connaissais pas le détail des manifestions agricoles sous les fenêtres du ministre. Ce qui m'étonne le plus c'est de voir des gouvernements se satisfaire de se laisser empoisonner au premier sens du terme par la FNSEA, on a l'impression qu'il ne boivent ni ne mangent pas les mêmes aliments que nous !? Pourtant il me semble qu'ils sont aptes à tomber malades tout comme nous en cas d'intoxication, je pense qu'ils respirent aussi le même air pollué que nous , les mêmes pesticides etc...non? Donc ils préfèrent mourir de pathologies bizarres plutôt que d'essayer de changer leur système, ce n'est pas franchement une preuve de leur intelligence!

gaïa94 | 12 juin 2020 à 00h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager